DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Ben Harper – Both Sides Of The Gun (2006)

Par • 21 janvier 2007 à 15:42

Éclectique à souhait, ultra-talentueux et multi-instrumentiste, rocker reggae à saveur pop, Ben Harper a prouvé au monde toute l’étendue de ses moyens (et de ses influences) depuis son premier album en 1993, Welcome To The Cruel World, et surtout depuis la sortie de Fight For Your Mind, son classique de 1995. C’est peut-être parce qu’il n’a plus rien à prouver, et peut-être aussi parce qu’il maîtrise maintenant tous ces genres à la perfection qu’il s’est permis de faire une merveille de surplace musical, et en deux volets s’il-vous-plaît, avec Both Sides Of The Gun.

 

Comprenant donc dix-huit chansons sur deux disques (d’où le nom Both Sides…, vous aurez compris), l’album se veut plus engagé, mais aussi plus noir que tout ce qu’a fait Harper jusqu’à maintenant. Qu’il critique la politique du président Bush à propos de la gestion de la crise Katrina (Black Rain), qu’il ressasse des situations qu’il a déjà dénoncés, comme l’injustice (Please Don’t Talk About Murder While I’m Eatin’, Serve Your Soul, Gather Round The Stone), ou encore qu’il parle seulement d’amour, de solitude ou de mélancolie (Never Leave Lonely Alone, Picture In A Frame, More Than Sorry), l’artiste parle haut et fort dans un style que l’on devine taillé sur mesure pour lui, c’est-à-dire une mosaïque sonore de morceaux en morceaux. Parfois plus optimiste (Better Way, Get It Like You Like It) ou tout simplement « neutre » (l’instrumentale Sweet Nothing Serenade ou l’endiablée Engraved Invitation), Harper passe (et nous fait passer) par toute la gamme d’émotions.

 

Le premier disque, acoustique, calme, presque triste par moments, est une suite de pièces folk et de ballades convenues mais fort efficaces, avec parfois une touche d’orchestration. La seconde partie, beaucoup plus variée, nous présente un Ben Harper parfois hargneux, parfois moqueur, et même à certains moments agressif, sur des rythmes motown, rock et inspirés de l’Orient. Bref, aucune pièce ne mériterait vraiment de se voir laissée de côté, et s’il est peu recommandé d’effectuer l’écoute d’un seul trait comme s’il s’agissait effectivement d’un même album, l’attention accordée à l’un des sides du gun à la fois est une expérience des plus envoûtantes, si tant est qu’on y soit disposé.

 

J’ai particulièrement aimé :
   CD 1
 – « Picture In A Frame »
 – « Never Leave Lonely Alone »
 – « Morning Yearning »
   CD 2
 – « Serve Your Soul »
 – « Better Way »
 – « Engraved Invitation »

 

Note : *****

Par
Lire les 155 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 778 , 1