DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Qu’est-ce qui reste de Marie-Stella ? : Un singulier jeu de massacre

Par • 29 août 2008 à 21:40

La Petite Licorne entame sa saison 2008-2009 avec un spectacle écrit et mis en scène par le jeune auteur Simon Boulerice qui y dépeint des disputes entre trois adolescents. Le titre rappellera à plusieurs ce jeu de ballon fort populaire dans les cours d’écoles, à l’époque des baby-boomers (quoique l’action de cette pièce se situe bel et bien dans le présent millénaire).

 

On peut difficilement trouver individus plus opposés que Marie-Clown (Sophie Desmarais), Marie-Stella, alias MTS (Édith Arvisais), et Joseph (Gabriel Lessard). La première est la petite « agace » sexy à qui tout semble réussir et la seconde se plaît à jouer les martyres (autant en amitié qu’en amour). Quant à Gabriel, il vit uniquement pour le sport et ne s’intéresse pas outre-mesure à l’attention que lui témoignent ses compagnes de classe.

 

À plusieurs reprises, les mots entre les deux filles font mal, reflétant le feu intérieur dévorant les adolescentes à l’approche d’une première expérience sexuelle. Un peu en retrait au début, Joseph finit par entrer dans ce jeu de massacre mais sans jamais – en apparence du moins – admettre qu’il devra faire un choix entre les deux Marie.

 

Sur une scène aussi étroite, les comédiens doivent habituellement s’astreindre à une gestuelle minimaliste. Eh bien, ça bouge pas mal dans Qu’est-ce qui reste de Marie-Stella ? ! En plus de livrer une importante gamme d’émotions, Desmarais, Arvisais et Lessard font montre de leurs aptitudes en chant et en danse. Les éclairages contribuent quant à eux à souligner, de façon nuancée, les divers sentiments qui pimentent l’intrigue. Par ailleurs, les salles où le public est collé sur la scène ont l’avantage de nous faire respirer presque au même rythme que les personnages et un texte comme celui-ci s’y prête à merveille.

 

Qu’est-ce qui reste de Marie-Stella ? est essentiellement une pièce d’acteurs. Polyvalents à souhait, ceux-ci y vont à fond la caisse… ou presque. Si on croit dur comme fer aux interprétations de Desmarais et Lessard, on ne peut en dire autant d’Arvisais dont le jeu est très inégal (ceci dit, elle pourrait devenir chanteuse demain matin, quelle voix !). Tout de même, ce petit contretemps ne suffit pas pour m’empêcher de vous recommander cette pièce originale et d’une criante actualité.

 

Qu’est-ce qui reste de Marie-Stella ?

À l’affiche à La Petite Licorne du 26 au 30 août et les 21, 22, 23, 28, 29 et 30 septembre. Rés. : 514 523-2246 / www.theatrelalicorne.com.

Par
Lire les 54 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 3388 , 2