DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Panique chroniquePanique bouscule sa vie, provoque le chaos et observe avec le sourire ce qui en jaillira. Chronique publiée tous les dimanches.

Petit Guide Sur Comment Ne Pas Se Déplacer Pour Rien

Par • 17 août 2008 à 0:00

Belle ou pas, là n’est pas la question. Que je sois jolie comme une perle ou horrible comme un mal de cœur n’est pas le centre du sujet ici. Je vous parlerai de réseaux de rencontre et de politesse. Il nous est impossible de plaire à tous, c’est évident, mais comment doit-on se comporter avec les gens qui ne nous plaisent pas? La vérité toute crue, celle qui blesse mais se bombe le torse de sa tranchante franchise, doit-elle être exposée?

 

Un message m’attendait sur Réseau Contact.  En quelques minutes, me voilà déjà sur msn avec un mec qui veut me rencontrer.

 

Lui :« On va souper? » qu’il me balance. Moi je lui rétorque

Panique : « C’est rapide, on devrait peut-être discuter avant, question de ne pas se déplacer pour rien. »

 

Mes expériences de célibat m’ont appris à poser certaines questions AVANT la rencontre.

 

Voilà que je lui demande « As-tu des majeurs turn off, du genre raciste, intolérant, nanisme, étroitesse d’esprit? » à quoi il me répond par la négative, à l’exception de l’intolérance qu’il dit avoir développé pour certains aspects de sa vie.  Me voilà mentalement agiter le premier drapeau rouge.  Une marge existe entre faire preuve d’intolérance et de définir comme intolérant. Or, les grognons et les bougons sont des gens dont je me tanne assez vite, moi qui suis en constante recherche de fire starter.  Bonne joueuse, je laisse une chance au coureur; voyons où ça nous mènera.

 

J’enchaîne avec un « Et depuis quand es-tu célibataire? », ce à quoi il répond « 1 mois d’une relation d’un an, mais c’était pas mal on/off, je ne suis pas en peine d’amour. Ma moyenne c’est pas mal un an en relation ».  Dans ma tête, c’est un deuxième drapeau rouge qui vole au grand vent. Comment peut-on avoir 30 ans et toujours faire couler le navire après un an de croisière. C’est absurde, mais venant d’un intolérant… Il me rend méfiante. D’autant plus que je fais l’effort de lui poser plusieurs questions intéressantes (que je ne mentionnerai pas ici, je ne vous dévoilerai tout de même pas mon interrogatoire secret ici) et jamais il ne s’investit dans la conversation en m’en posant à son tour.  Diagnostic préliminaire : il s’aime beaucoup, s’investit peu et est probablement intransigeant.

 

Comme il ne pose toujours pas de question. J’ajoute « Je n’ai pas de défaut majeur, de turn off notable, je suis cependant ronde – pas mince,  pas grosse, juste confortable dans mes courbes – ce que je ne considère pas comme un défaut, mais ça ne plait pas à tous. » Il m’affirme aimer les justes milieux.  Je lui envoie deux photos, question qu’il sache de quoi j’ai l’air au-delà du joli minois réseau contact.

 

Silence de mort.  « Tu es une coche au-dessus de ce que je tolère en matière de grosseur. C’est dommage ».

 

J’ai senti les deux drapeaux me claquer au visage comme autant de gifles sur mon égo. Je manquais de mains pour tenir le troisième drapeau rouge alors j’ai tout balancé aux ordures.

 

Je crois que toute chose n’est pas bonne à dire – surtout à des inconnus qui ne recroiseront jamais notre route – , mais que tout se dit, il suffit de trouver l’angle pour l’aborder et surtout le moment pour l’étaler.

 

J’aurais dû lui dire qu’il avait la langue beaucoup trop molle et la prestance beaucoup trop courte pour satisfaire mes goûts en matière d’homme. Je garde cependant mes insultes pour les gens que j’aime et avec qui je peux m’emporter en vue d’un make up sex!

 

Autres récits et anecdotes à chaque dimanche. D’ici là, je vous invite à lire mon blogue : http://panique.wordpress.com/

Par
Lire les 27 articles par

5 Réponses »

  1. Quelques questions de base s’imposent, tu as tout à fait raison. Mais par la suite, la meilleure façon de savoir si ça clique, c’est de rencontrer l’individu en question en personne. La plus grosse perte de temps à moins avis dans ce genre de situation est de « chatter » pendant des semaines, voire des mois, pour finalement se rendre compte en vrai que ça ne clique juste pas! Écrire de belles choses sur MSN, c’est facile, charmer en personne, c’est autre chose!

  2. « Tu es une coche au-dessus de ce que je tolère en matière de grosseur. C’est dommage ». Voilà un parfait exemple d’un gars qui tente de rester poli mais qui passe encore plus pour un trou d’cul malgré ses efforts. Quel manque de classe! Internet permet une franchise que personne n’aurait osé avoir auparavant. Des fois ça a ses bons côtés, mais comme on vient de le constater, ça a aussi ses mauvais!

  3. Wow, quel trou du cul…

    Désolé, je m’emporte, je suis intolérant envers ce genre de raclure qui pourrit la réputation de la gent masculine 😉

  4. @Dominique: Je suis pour 1-2 discussions sur msn puis une rencontre rapide. Tu as raison, nous perdons beaucoup trop de temps dans le virtuel!

    @Pierre-Luc: L’over-franchise, ce n’est pas toujours vendeur!

    @Diorama96: Ahahah! Tu as le droit à ton opinion! (elle me fait un peu de bien je dois avouer!)

  5. J’ai beaucoup aimé et je me reconnais énormément ayant aussi des courbes et des rencontres sur internet! Par contre, moi je ne me gêne pas pour leur dire ce que je pense quand il sont méchant avec moi…je reste gentille pareil mais mon sarcasme est très bien…hehe

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2027 , 7