DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Lava Storm : la catastrophe, c’est le film lui-même (2008)

Par • 5 juin 2011 à 13:46

Valérie Valois et Ian Ziering (Le frisé dans la première mouture de Berverly Hills 90210) composent le supercouple sur qui reposent la lourde responsabilité de sauver le monde d’une tempête de lave dans ce qui, à mon avis, est un des pires films catastrophes de tous les temps.  Un film tourné pour la télévision auquel on a étrangement voulu donner une deuxième vie sur DVD.

Ce navet est un gâchis monumental sur toute la ligne.  Des acteurs très peu convaincants, une histoire décousue et invraisemblable, des dialogues insipides et des situations tout aussi loufoques les unes que les autres.  Dès le départ, on ne comprend pas pourquoi absolument personne n’interagit avec les cinq personnages principaux du film.  En fait il n’y a personne d’autre dans cette histoire ridicule à part Valois, Ziering qui a pris quelques kilos depuis les années, leurs deux adolescents insipides et le père de celui-ci qui s’avère être un personnage aussi inutile que les deux cadavres qu’on entrevoit au début du film.

À aucun moment pendant ces 83 atrocement longues minutes a-t-on l’impression que l’histoire se tient.  La fausse rébellion de deux ados envers leurs parents qui seraient selon les dires de ceux-ci en instance de divorce (?) ne se base sur absolument rien de concret.  La lave qui tombe sous formes de météores un peu partout dans la ville et qui enflamme pratiquement tous les bâtiments réussit toutefois à épargner la maison des protagonistes ainsi que leur véhicule et tout le matériel nécessaire à leur survie.  Lors d’une scène plutôt ridicule où Valérie et Ian entreprennent de fouiller les décombres d’un centre d’urgence ravagé par la pluie de météores, ils réussissent miraculeusement à sortir intact un lance-roquettes qui provoque des avalanches, des masques à gaz (qui ressemblent beaucoup plus à des masques d’oxygène tous droits sortis d’un local d’inhalothérapie) et oh surprise!  un ordinateur portable en parfait état!  Ledit ordinateur qui nous apprend grâce à ses signaux satellites que des éruptions de magma font rage un peu partout simultanément sur la planète.  Quand même pratique que l’ordinateur fonctionne toujours alors que tous les moyens de communication ont été coupés dans le village!

Un autre moment tout à fait délicieux du film se produit alors que la combinaison de l’ex vedette de Chambres en Ville reste mystérieusement coincée sous une roche dans un tunnel alors que tout le reste de son corps a parfaitement bien passé dans le tunnel.  C’est alors qu’ils s’y prennent à trois (!!) pour réussir à découper et déchirer la combinaison de l’héroïne afin qu’elle puisse trouver refuge quelque part dans une grotte en hauteur.  Tout ça pendant que Ziering et son super ado s’affairent à détruire un barrage qui cède sous l’impact de deux minuscules roquettes utilisées pour provoquer des avalanches!  Quelle chance que Ian aux grosses fesses dans un pantalon blanc trop serré et super ado à chemise à carreaux et tuque beige réussissent à rejoindre leur famille à deux heures de route avant que l’eau du barrage réussisse à inonder la grotte qui les abrite.

Une triste prestation dans un film irréaliste, insipide et ridicule du début à la fin.  Par pitié pour les deux jeunes comédiens canadiens qui aspireraient peut être à une carrière dans le cinéma une fois ce désastre oublié, je vais taire leur nom.  La mise en scène, le jeu des acteurs, le scénario et le découpage me faisait étrangement penser aux épisodes du Vagabond de ma jeunesse.  Ne manquait que la narration de Bruno Landry et on aurait pu présenter ce film à minuit un mercredi soir à V.  Ne cherchez pas les étoiles à la fin de la critique.  Je n’ai pas oublié de les mettre.

Par
Lire les 241 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2860 , 1