DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

300 (2007)

Par • 10 mars 2007 à 13:21

La bataille des Thermopyles : 300 Spartiates et une poignée de volontaires grecs contre une armée perse beaucoup, beaucoup plus nombreuse. Un combat jusqu’à la mort, perdu d’avance. Le roi spartiate Léonidas contre le roi perse Xerxès. Voilà le fond historique sur lequel se fonde 300. Or, le réalisateur Zack Snyder ne s’est pas appuyé sur la version historique des faits, mais plutôt sur le roman illustré de Frank Miller qui enrobe l’Histoire d’une sauce de violence pure et exagérée. Le résultat est stupéfiant.

 

Comment vous décrire le film ? Imaginez des soldats entraînés depuis leur tendre enfance à se battre, à tuer, à massacrer sans merci, mais surtout à ne jamais plier devant l’ennemi. Imaginez une armée si disciplinée et si brute qu’elle peut tenir tête à n’importe quel adversaire au monde. Maintenant, prenez les trois cents meilleurs éléments de cette armée et faites-les affronter des milliers d’hommes dans un corridor si étroit que le nombre n’est pas un facteur. Seules la force virile et les capacités de combattre sont en jeu, deux aspects dans lesquels les Spartiates excellent.

 

À présent que vous avez une idée du contexte, dites-vous que les scènes de guerre occupent toute la place. Et elles sont incroyables. Vraiment. Les soldats perses tombent les uns après les autres, ils sont transpercés, tranchés, lacérés dans ce que l’on pourrait appeler un combat « poétique ». Oui, mesdames et messieurs, poétique. Évidemment, l’intrigue est un peu réduite et le jeu des acteurs est grandiloquent à souhait (avec une étrange insistance sur les cris mettant en valeur le sourire Colgate des acteurs). En revanche, on oublie vite ces imperfections minimes et le spectateur ne peut que s’incliner devant ces magnifiques corps grecs qui abattent de la chair à canon pendant deux heures et qui meurent dans la gloire. Pour amateurs avertis.

 

****½

Par
Lire les 99 articles par

Une Réponse »

  1. Dément. C’est noté ce film aussi, ma liste s’allonge et enfin je m’épanouis en tant que cinéphile haha.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1698 , 3