DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique classiques du cinéIl y a de ces films inoubliables. De grands réalisateurs au grand écran... du grand cinéma pour de grands moments!

La Bataille d’Angleterre : énergique et saisissant (1969)

Par • 11 avril 2008 à 0:00

On a souvent l’impression qu’à peu près tout a été dit, écrit et filmé à propos de la Deuxième Guerre mondiale. D’innombrables longs métrages ont relaté avec application divers épisodes de ce conflit. Afin d’éclaircir le rôle primordial – et ingrat – de l’Angleterre durant les années ’39-’45, il faut voir Battle of Britain.

 

Cette colossale production raconte avec précision et sans complaisance les exploits de pilotes anglais, alors que l’Allemagne se prépare à envahir les terrains d’aviation du Sud de l’Angleterre. Lorsque une puissante escadrille d’appareils allemands de type 109 s’apprête à affronter leurs Spitfire, les dirigeants de l’aviation anglaise craignent le pire. La dictature hitlérienne s’étant juré d’aplatir la ville de Londres, des solutions drastiques doivent être envisagées par les autorités britanniques.

 

Sir Winston Churchill avait promis que son pays prêterait main-forte à la France, mais charité bien ordonnée commence par soi-même, n’est-ce pas ? Les Anglais préfèrent se protéger et se défendre avant d’aller porter secours à d’autres peuples. Par ailleurs, l’armée allemande doit mettre la pédale douce : toute attaque sur Londres est interdite, à moins d’un ordre officiel du Führer.

 

Les difficultés s’amoncellent. Aux prises avec des pilotes épuisés, l’Angleterre est contrainte d’embaucher des étrangers compétents pour succéder à ses hommes exténués. Les recrues tchèques et polonaises ne manquent pas de bonne volonté, mais elles sont peu familières avec la langue de Shakespeare. En fait, les nouveaux venus ne comprennent pas un traître mot des ordres de leurs supérieurs qui, eux, ignorent tout des dialectes des contrées d’Europe de l’Est…

 

Dès le début de Battle of Britain, le ton est donné. Énergiques à souhait, les jeux de caméras vertigineux laissent deviner que nous assisterons tout au long de la projection à une démonstration saisissante des prouesses du septième art de la fin des années soixante. Rappelons qu’à l’époque, les effets visuels et sonores ne bénéficiaient pas du support d’ordinateurs sophistiqués; l’exécution des trucages nécessitait donc une somme de travail incroyable. Du strict point de vue technique, ce film remplit sa mission honorablement. Ceux qui avaient eu l’opportunité de le voir sur grand écran ont dû garder en souvenir d’exquis frissons !

 

Avec sa bande sonore d’une grande richesse et sa splendide photographie, Battle of Britain possédait certains éléments pour en faire un classique du genre. Rien n’a été laissé au hasard pour nous exposer le dur quotidien des combattants anglais et de leurs supérieurs. Le récit est fertile en rebondissements et on ne s’y ennuie guère.

 

Malheureusement, les scénaristes ont écrit des dialogues terriblement bancals pour certaines scènes. Ainsi, les réparties entre le couple de militaires formé par Christopher Plummer (The Sound of Music, A Beautiful Mind) et Susannah York (Tom Jones, They Shoot Horses, Don’t They ?) tombent à plat et ce, malgré l’aptitude de ces deux comédiens; dommage !

 

Je vous entends soupirer, mesdames : « Un autre film de gars !? » Erreur : l’Histoire avec un grand H concerne assurément chacun de nous.

 

Cet article a été publié en collaboration avec http://www.calendrierculturel.com

Par
Lire les 54 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1899 , 1