DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique Habits du dimancheLes écrits restent, les habits du dimanche s'envolent. Des mots du passé qui résonnent aujourd'hui.

Un ordinateur sans Internet

Par • 26 août 2007 à 0:44

Ces temps-ci, je suis fatigué. Je crois que je travaille trop. Du moins, c’est ce que ma copine me fait sentir lorsqu’elle me regarde avec ses petits yeux doux et qu’elle me dit « je veux un peu de tendresse ». Donc question de rattaper un peu le temps perdu, et un peu par paresse, je vous livre une chronique recyclée, que j’ai écrite en juin 2005. Bonne lecture et je tente de vous revenir en forme la semaine prochaine.

Lorsque l’été arrive, c’est le temps du déménagement pour plusieurs personnes. Cette période s’accompagne inévitablement d’une rupture temporaire de services (téléphone, cable, et évidemment, Internet). Au moment de rebrancher l’ordinateur Internetless (sans Internet) dans la nouvelle demeure, nous avons toujours le réflexe de l’ouvrir quand même. Et c’est à ce moment précis que l’on constate qu’un ordinateur sans Internet, c’est un peu comme la poitrine d’une ministre, c’est plate!

L’internaute frustré tentera alors de noyer son infini chagrin en essayant de passer le niveau le plus difficile du démineur, en redécouvrant la dame de pique, et en changeant le papier-peint sur son bureau. C’est aussi lors de cette période cruciale de sa vie qu’il ouvrira Word et prendra le temps de lire les petits conseils du trombone. Il tentera en vain de faire fonctionner MSN Messenger, comme un junkie en sevrage, mais il découvrira assez rapidement qu’il devra passer son temps en dessinant des bonhommes sourire sur Paint. Au sommet de leur détresse, les gens sans Internet peuvent même aller jusqu’à défragmenter leur disque dur, en regardant les barres de couleur évoluer, ce qui n’est pas peu dire. Décidément, un ordinateur sans Internet, c’est comme un DEC en art plastique… ça n’offre pas beaucoup de possibilités. (Avis au gens d’art plastique : J’aurais très bien pu orienter ma blague vers les gens de génie mécanique, par exemple, mais ils sont plus musclés).

Par
Lire les 382 articles par

11 Réponses »

  1. Ahahahahahaha, oh, recyclée ou pas, je l’avais jamais lue, et elle est extrêmement réaliste cette chronique! Merci de me rappeler à quel point je suis vraiment accro à une drogue dans ma vie moi qui me pensait « clean ». 🙂

  2. Pierre-Luc, je l’avais déjà lue sur Spag., mais je vais te pardonner parce que c’est probablement l’article le plus véridique au monde. Faut avouer que je suis dépendant à 110% à Internet… Quand j’étais sous Windows, je n’avais rien de mieux à faire sans Internet que de jouer au démineur, créer des dossiers inutiles et les renommer à chaque deux minutes: maintenant que je suis sous Linux, j’ai un paquet de choses à faire, tab*****!

  3. on dit que le travail ne tue pas mais il faut savoir quand même s’arrêter. Peut-être qu’un peu de repos s’impose donc Pierre-Luc, la santé vaut bien plus que plusieurs dollars en poche, donc pense un peu à toi…

  4. J’avais déjà lu cette chronique à l’époque et elle me fait encore sourire aujourd’hui. C’est bon signe PL, même en reprise, tu es amusant 😉

  5. Eh ben dites donc, vous allez m’encourager à être encore plus paresseux eh eh!

  6. Bien faut pas en faire une habitude, hein!

  7. @Marc-Antoine : Sache que l’appétit vient en mangeant… Même lorsque c’est du réchauffé. Mais ne t’en fais pas, ce n’est pas dans mon habitude de sombrer dans la facilité.

  8. Eille je viens de passer 15 mois avec un ordinateur sans Internet. Après la mise à jour de mon antivirus (genre 75 megs), je me suis rendu compte que c’est vraiment, vraiment poche pas avoir Internet, mais tu t’en rends pas toujours compte.

  9. je dois avouer que cette article ma fait sourire,tant par son coté réaliste et son coté humoristique.Il est vraie que beaucoup de personne sont indépendant d’internet (moi y compris).

  10. @Jonathan : 15 mois, c’est quelque chose. De mon côté, je pourrais difficilement gérer DimancheMatin avec une telle absence. Mais ça doit permettre de redécouvrir quelques autres petits plaisirs.

    @seb62 : Merci pour le commentaire!

  11. […] y a déjà un certain temps de cela, mon cher ami et collègue Pierre-Luc Gagnon nous faisait une chronique délicieuse sur le sujet que je vous invite à lire ou à relire.  Une chronique qui est toujours d’actualité.  Bref, le sujet est toujours au goût du jour […]

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1937 , 2