DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Panique chroniquePanique bouscule sa vie, provoque le chaos et observe avec le sourire ce qui en jaillira. Chronique publiée tous les dimanches.

Spécial Speed Dating!

Par • 3 août 2008 à 0:00

Pour le bien de cet article, votre chroniqueuse en stiletto préférée s’est adonnée à une soirée de speed dating. Et oui! Je n’ai pas participé à cette soirée à titre d’espionne chroniqueuse mais bien dans mon réel statut de femme célibataire qui en a marre des rencontres sordides dans les bars.  Vous savez, ces rencontres dans les bars :  le beau ténébreux qu’on n’ose finalement pas approcher de toute la soirée mais à qui l’on offre nos plus beaux sourires et le mec plutôt tiède et sans intérêt qui ne cesse de revenir à la charge. C’est donc gonflée d’espoir (et de stress) que j’ai claqué mes talons jusqu’au Belmont (coin St-Laurent et Mont-Royal)  où  se déroulait la soirée organisée par Speed Dating Montréal.

 

La soirée

Ponctuelle, lorsque l’on m’avertit que l’activité débute à 19h, je me présente vers 18h45, question d’inspecter les lieux et de calmer mes angoisses (et d’éviter la file de retardataires). Malheureusement, je n’étais pas la seule à avoir eu cette idée et comme la porte n’ouvrait pas avant 19h, nous étions alignés comme du bétail sur St-Laurent, timides et mal à l’aise aux yeux des passants  qui nous demandait « C’est quoi la ligne? Y’a un show ce soir au Belmont? » Les réponses farfelues étaient égales au malaise; on ne dit pas qu’on va au speed dating, ça donne une impression de désespéré! Pourtant, moi j’assumais, mais je me suis tue pour le bien du groupe! Ce n’était pas le temps de commencer à me faire des ennemis! La beauté de ce petit moment de malaise : nous étions tous égaux, célibataires et angoissés, pas de VIP, pas d’over-confiant ni de Jo connaissant que des humains timides qui attendent d’être forcés de se rencontrer à l’ère où les technologies sont venues à bout de nos habiletés sociales. Nous sommes finalement entrés, moi et quelques 120 participants (60 hommes et 60 femmes, divisés en groupes d’âges 20-30 ans, 30-40 ans et 40-50 ans) tous aussi intrigués que moi par le potentiel de rencontres que promet ce genre de soirée. Un petit sondage express m’a informée que nous en étions presque tous à notre première expérience. Le stress ayant la faculté de se diviser par le nombre de convives anxieux présents, il s’est vite dissipé!  Après quelques cocktails, les dames se sont assises à de jolies tables de style bistro et les hommes valsaient d’une à l’autre à chaque tranche de 5 minutes.  Je dois proclamer haut et fort que le concept est génial, car bien que je sois incapable d’être foudroyée d’un coup de foudre en 5 minutes (est-ce que ce serait un défi?), je sais en moins de 2 minutes lorsqu’il n’y a aucun espoir.  Cette soirée m’a donc permis de rencontrer un peu plus d’une douzaine d’hommes célibataires de mon groupe d’âge plutôt sérieux dans leur démarche. J’étais cependant si épuisée d’avoir accordé ma totale concentration à chacun de ces messieurs que je suis allée faire une cure de silence et de repos à la maison, refusant l’invitation à poursuivre les conversations au bar.

 

Osez!

Bien qu’on assume difficilement notre participation à ces soirées (comme notre présence sur les réseaux de rencontres sur internet d’ailleurs), il y a de nombreux avantages à y participer. D’abord, la rencontre se fait physiquement, ce qui sauve les échanges mielleux sur internet avec un homme qui nous laisse de glace dans le réel.  Ensuite, les gens qui y participent sont habituellement sérieux dans leur démarche, étant donné qu’ils ont payé et se sont déplacés pour cette soirée. Vous conviendrez que c’est déjà plus proactif que de « chatter » en robe de chambre et en pantoufles dans le confort de son salon.  Je dois aussi lever mon chapeau à Speed Dating Montréal pour le choix de la salle. Son éclairage discret, les photophores et le service de bar contribuaient à une ambiance sexy  ou le flirt était de rigueur.  Moi qui visualisais dans mes pires cauchemars un local « style pastoral » éclairé au néon, assise sur une chaise en tissus rouille – couleur année 60 – j’ai été très agréablement surprise.  Finalement, j’ai été rassurée par le fonctionnement sans flafla de la soirée. Bien qu’elle se soit terminée beaucoup plus tard que prévue (22h40 au lieu de 21h00) il n’y a eu ni danse, ni concours embarrassant, ni chorégraphie qu’on exécute le sourire figé et les dents serrées- juste une multitude de rencontres (plaisantes et déplaisantes) et bonsoir la visite! On vous rappelle 24 heures plus tard pour vous dire si vous avez des matchs (intérêts réciproques).  La soirée du 26 juillet a rassemblé quelques 120 célibataires et a permis de former 131 matchs! Qui dit mieux?

 

Comble du bonheur, j’avais coché trois hommes et un d’entre eux m’avait aussi coché. J’ai donc eu les coordonnées de mon match parfait! (À partir d’ici, lui et moi ça ne vous concerne plus!)

 

Petits irritants

Malgré les sept années d’expérience de cette entreprise montréalaise, plusieurs petits détails m’ont dérangée durant cette soirée. Premièrement, attendre quarante minutes dans un bar alors qu’on ne connaît personne (de 19h à 19h40) c’est plutôt anxiogène. J’aurais dû inviter une copine pour passer le temps. J’étais tiraillée entre l’idée de fraterniser avec mes semblables ou de les bitcher en silence. Finalement, j’ai sympathisé avec certaines et nous avons critiqué les hommes ensemble en attendant le début de l’activité! Dans le fond, j’aurais pu en profiter pour débuter les rencontres, mais je suis une salle trouillarde! J’aurais eu besoin qu’on me structure des rencontres au bar, qu’on me force la main quoi! De plus, étant une éternelle angoissée, j’aurais aimé qu’on me rassure et m’explique dès mon arrivée.  La pédagogue en moi a passé l’heure pré-speed dating à rassurer les femmes qui ne comprenaient rien à la feuille qu’on leur avait mise entre les mains dès 19h.  C’était, je dois l’avouer, une belle façon de passer le temps et de ne pas écouter ma conscience qui me criait « Pourquoi ne vas-tu pas jaser aux hommes à la place? »

 

Je pense, de plus, qu’on aurait pu insérer entre les hommes et entre les femmes un jeton qui dit « Quand c’est ton tour d’avoir le jeton, tu as le droit à 5 minutes de silence et d’aller vider ta vessie (et d’observer les hommes des autres groupes d’âge.. d’un coup!) » parce plusieurs participants se sont plaints que leur vessie allait exploser durant mon 5 minutes en leur compagnie, ce qui n’est pas nécessairement sexy!  D’un autre côté, on m’a informé que les pauses permettraient aux participants de volontairement oublier où ils étaient situés pour passer par-dessus quelques rencontres ou revenir en arrière, ce qui nuit au bon fonctionnement de ces soirées.  Et puis, cette situation oblige les participants à ne pas trop boire, ce qui est un aspect positif non négligeable à l’impossibilité de vider sa vessie. Finalement, j’aurais aimé avoir un son ou une petite musique agréable (pas de sifflet ou de son de réveil matin!) qui m’indique la fin du 5 minutes parce qu’ils étaient souvent inégaux, mais je peux comprendre le souci de rendre l’activité humaine, sans numéro de participant ni de cloche : qu’une main qui tape dans le dos des hommes pour signaler la fin du 5 minutes. Le petit hic, c’est que le 5 minutes est réellement un 5 minutes que pour le premier duo de la rangé, – si l’homme prend une éternité à dire au revoir, tous les autres sont décalés.  La loi de Murphy étant ce qu’elle est, le 7 minutes est accordé à l’homme avec lequel on a le moins d’affinités et le 3 minutes avec celui qui nous intéresse!  Mais ce n’est pas grave, j’ai son numéro de téléphone! Tralalalalère!

 

Petit code de survie

1- Arrivez à la soirée hydraté et reposé. Vous êtes convié à un quasi-marathon! Ne sous-estimez pas l’effort!

2- Videz votre vessie avant l’activité! On ne sait pas quand vous serez autorisé à y retourner!

3- Essayez de rire! Le rire, c’est séduisant et puis ça chasse les malaises et fait passer le temps quand les 5 minutes paraissent une éternité!

4- Ayez l’air intéressé par le propos de votre rencontre même lorsque vous ne l’êtes pas, la politesse est de mise et le temps passera plus vite!

5- Regardez votre rencontre dans les yeux.  Les seins et la fourche, ça sera pour une autre fois!

6- Soyez imprévisible et spontané!  Laissez votre liste de questions à la maison et improvisez : grâce matinée ou jogging matinal,  café au lit ou sur la terrasse, pêché mignon, … J’en avais tellement marre de répondre à « tu fais quoi dans la vie » que j’ai eu envie de m’inventer des métiers vers la fin!

7- Ne vous prenez pas au sérieux et n’ayez pas d’attentes; vous ne pourrez qu’être agréablement surpris!

 

Pour connaître les dates des prochaines soirées, c’est par ici.  Inscrivez-vous rapidement car 40 inscriptions de dernières minutes ont été refusées lors de la dernière soirée faute de place!  J’ai aussi eu vent d’un futur projet, toujours dans la sphère des rencontres, qui verra le jour sous peu chez cette même entreprise. Une bonne raison de garder ce site dans vos favoris, section « fin du célibat »!

 

Autres récits et anecdotes à chaque dimanche. D’ici là, je vous invite à lire mon blogue : http://panique.wordpress.com/

Par
Lire les 27 articles par

6 Réponses »

  1. […] Voici mon texte “Édition spéciale Speed Dating” sur DimancheMatin (cliquez ici!) […]

  2. Excellent texte! Franchement, je m’attendais pas à avoir envie d’être célibataire de nouveau! Si jamais ça m’arrive, c’est garanti que je vais essayer ça, au moins pour rencontrer des gens! Merci Panique!

  3. Très belle rétrospective Panique. Y’a rien de tel que de vivre l’expérience pour la décrire aussi bien. J’ai bien aimé les pointes d’humour dans la description de ta soirée!

  4. Excellent texte! Très humoristique et descriptif en même temps! Ça donne presque le goût d’essayer!

  5. @Amélie: En te souhaitant de ne pas être célibataire, je répète que c’est un MUST pour tout célibataire d’essayer ça au moins une fois!

    @Pierre-Luc: Tu double-commentes?

    @Dominique: Et pourquoi pas?

  6. @Panique : Bah ouais, j’voulais faire profiter les lecteurs de ton blogue de mon commentaire aussi. 😛

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 4613 , 5