DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

Les décors

Par • 4 juillet 2007 à 12:51

Avez-vous déjà remarqué dans les téléromans traditionnels (Virginie, Les poupées russes) que les logements des personnages se ressemblent souvent?  Êtes-vous tannés que vos héros fréquentent toujours les mêmes lieux publics (restaurants, parcs, etc.) ? Eh bien, si vous êtes du genre à remarquer ces éléments, c’est qu’il y a en effet une raison à ces ressemblances et à ces répétitions.  Une petite incursion dans la conception de décors.

 

Les décors intérieurs sont créés de toutes pièces et sont utilisés par une série télé tout au long d’une saison.  Ça demande donc beaucoup de place pour stocker ces appartements/bureaux/maisons faits sur mesure.  Voilà pourquoi, comme j’en faisais mention dans ma première chronique, il est important de se limiter en tant qu’auteur quant au nombre de décors à utiliser au cours d’une saison d’un téléroman.  Et puisqu’ils coûtent extrêmement chers à produire, ils sont par la suite recyclés pour d’autres décors et même d’autres émissions.

 

Il y a quelques mois, j’ai eu le plaisir de me promener dans les entrepôts de Radio-Canada où dorment les décors des téléromans pendant la saison morte.  C’est immense!  Il y en a du stock là-dedans!  Et la conception d’un décor est tout un travail de logistique.  Ils doivent être conçus de façon à ce que les caméras puissent y être installées sans gêner le travail des comédiens et sans qu’on filme le vide!  Les caméras seront très souvent fixées au même endroit et on gardera cette prise de vue tout au long de la saison!

 

Mais comment transforment-ils ces décors d’une émission à l’autre.  Comment les rendent-ils « déplaçables » sans avoir à effectuer un véritable déménagement à chaque fois?  Premièrement, il faut savoir que tout est vide.  Les réfrigérateurs et les cuisinières sont vidés de leurs moteurs.  Au pire, on laisse une petite lumière à l’intérieur pour donner l’impression qu’il fonctionne.  Pour le reste, les décorations murales, les armoires et tout le reste, on les peinture!  On change les dispositions et le couleurs et voilà un tout nouvel appartement.  On prend le logis de Virginie, on y ajoute un bonsaï et une table basse avec quatre coussins autour et nous voilà dans une chambre d’hôtel en Asie!  Aussi simple que ça.  On peut toujours y ajouter une murale de paysage qu’on colle à l’extérieur de la fenêtre et on a l’impression d’être à côté du Fujiyama!

 

Dans plusieurs maisons traditionnelles, il y a plus d’un étage.  Mais ne vous laissez pas berner.  Les décors ne sont pas montés sur deux ou trois étages.  Ils sont tous au niveau du sol.  C’est le jeu  des caméras qui donne l’impression qu’on grimpe au deuxième.  D’ailleurs, qu’est-ce qu’il y a en haut des escaliers qu’on voit dans les téléséries?  Une petite enseigne qui dit : « Prenez garde à la dernière marche »!  Il n y a rien en haut à part une vilaine chute si les comédiens s’y aventurent jusqu’au bout.

 

Certaines séries à plus grand budget qui nécessitent plus de décors utilisent plusieurs choses déjà en place dans leur studio d’enregistrement pour faciliter la tâche des concepteurs.  Par exemple, les romans-savons américains se déroulent souvent dans des tours à bureaux et on assiste souvent à des « scènes d’ascenseurs »  Dans ces cas-là, il s’agit véritablement des ascenseurs du studio autour desquels on y a ajouté un décor de bureau.

 

Il est facile de donner l’impression qu’on est à des milliers de kilomètres du lieu de tournage juste par quelques petits trucs techniques.  Le style des cadres sur le mur, la disposition des meubles ou même en inscrivant tout simplement « Rio de Janeiro » à l’écran au début d’une scène et le tour est joué.

 

Tentez l’exercice.  Dans le prochain téléroman de Radio-Canada que vous écouterez, si vous avez l’impression avoir déjà vu le super grille-pain à six tranches ou cette horrible lampe suspendue auparavant dans un autre décor… Vous avez probablement raison!

Par
Lire les 242 articles par

Une Réponse »

  1. J’suis bien d’accord pour qu’on réutilise les décors d’une série à l’autre… mais on ne devrait pas utiliser les mêmes acteurs ;).

    Bonne continuation Dominique.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1717 , 1