DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Bernard Werber – Le Papillon des Étoiles

Par • 21 décembre 2006 à 20:21

C’est peut-être le manque de publicité ou le nom à sens unique mais, il s’avère qu’au moment de le prendre dans mes mains, j’avais bien peur que le dernier livre du maintenant célèbre Bernard Werber soit ennuyant. Erreur. Dès les toutes premières lignes, j’ai été aspiré par cette saga de Werber qui, une fois de plus, a dépassé les limites de la littérature populaire pour nous faire part de son génie créatif sans précédents.

L’auteur a succès s’est encore lancé un défi personnel en rédigeant son nouveau roman. Pour un livre qui se lit d’une traite, ce sont mille années « post-humanité » qui vous seront présentées, dans l’une des possibilités de fuite qui fait courber l’échine des plus grands auteurs de Science-fiction : le vaisseau spatial. Le déclin des sociétés modernes, un sujet maintes et maintes fois abordé, est, pour une fois, présenté avec brio. Les personnages, dignes des plus grands romans-savon américains, sont de gros stéréotypes qui vous permettront de découvrir le « second degré » de cette épopée romanesque que vous adorerez à coup sûr. Il n’y que Bernard Werber pour vous embarquer dans un vaisseau spatial, dans une aventure de mille ans avec un milliardaire excentrique, un scientifique distrait et une ex-yachtwoman handicapée. Il faut aussi avoir de l’audace pour faire des métaphores, comme les « ailes » d’un vaisseau spatial en forme de papillon abîmées. Le papillon à l’aile brisé, nous l’avons tous souvent vu, mais j’ai eu besoin de Werber pour en comprendre tout son sens. Je ne veux pas en dire plus : l’histoire du Papillon des Étoiles est trop simple pour vous être racontée. Lisez! Car ne pas l’apprécier, c’est certainement ne pas en saisir le sens profond. Et croyez-moi : il ne faut certainement pas une maîtrise en littérature pour donner à ce livre tout son sens. Je n’ai pas honte d’avouer ici que Le Papillon des Étoiles est un autre coup sûr de Werber, qui n’aura définitivement, pour moi, plus aucune preuve à faire. Les choses ne cesseront pas de mal tourner dans cette planète de fous, mais vous pouvez certainement vous libérer l’esprit de tous tracas le temps de quelques heures en vous embarquant à bord du Papillon des Étoiles. Je suis loin d’être un sentimental, mais je dois admettre avoir été touché par la préface du livre, sur laquelle ont semble avoir mis le paquet :

« Cette planète est notre berceau mais nous l’avons saccagée. Nous ne pourrons plus jamais la soigner ni la retrouver comme avant. Quand la maison s’effondre, il faut partir. Recommencer tout, autrement et ailleurs. Le Dernier Espoir, c’est la fuite ».

Amoureux en manque d’idées de cadeau pour Noël, saisissez la chance qui vous êtes offerte ici : car ce ne sont pas les cadeaux les plus touchants dont on se souvient le plus ?

Par
Lire les 37 articles par

5 Réponses »

  1. Je n’ai pas lu ton article car j’attends avec impatience de le recevoir en cadeau à Noël mais juste le titre m’a donné une envie folle de te lire! Je ne veux même pas savoir si tu as aimé ça où non car j’ai une peur bleue d’être déçue. Je suis une fan inconditionnelle de Werber, j’ai tous ses livres dont mon préféré, les thanatonautes, qui est autographié, j’ai été voir son long métrage lors du festival des films à Montréal et je raffole de ses énigmes. Dans 7 jours, je vais recevoir son dernier bouquin et je sens que je passerai au travers en à peine quelques heures ! Merci d’avoir ravivé mon désir! 😛

  2. Tu peux lire la critique sans craintes, il est positif et j’ai évité de trop en dire, il n’a pas encore été beaucoup lu.

    Les Thanatonautes, c’est maintenant mon deuxième préféré (!)… D’ailleur, c’est une autre preuve que le Papillon des Étoiles ne peut être qu’excellent, même si certaines critiques disent le contraire. Les Thanatonautes n’est-t-il pas le roman le moins lu de Werber?

  3. Effectivement, Les Thanatonautes a été le mal aimé de la famille! Mais je persiste à ne pas te lire et je promets de le faire dès ma lecture complétée et je te ferai part de mon goût. J’ai vraiment hâte maintenant! Vivement les cadeaux de Noël ! 😛

  4. Oh vous me donnez le goût de lire! Ce n’est pas vraiment mon genre de récit, habituellement, mais j’aime les livres qui me touchent et m’amènent à réfléchir. Je vais donc noter ce titre 😉

  5. Je l’ai lu, j’ai été déçue. Si vous n’avez jamais lu Werber, vous aimerez. Mais si vous n’avez jamais lu Werber, je vous conseille les Fourmis ou les Thanatonautes au lieu de ce livre. Contrairement à ses autrs romans, le temps passe vite, il ne lambine pas sur les détails mais on dirait que certaines parties semble impossibles à réaliser voire utopique! L’idée est bonne de donner un réponse ou si vous préférez une autre théorie au créationnisme mais tout le livre aurait pu se résumer, à mon avis, à une nouvelle litéraire de 2 pages.

    Je commence à me rendre compte que Werber n’est pas différent des auteurs à la Dan Brown ou à la Mary Higgins Clark qui ont eu un succès fou avec un de leur livres et qui tentent de répéter l’exploit en changement vaguement l’histoire mais en utilisant toujours le même style pour écrire leurs romans. Je suis désilusionnée. Je crois que la recherche que Werber a mis dans les Fourmis et l’originalité dans Les thanatonautes semblent ne plus faire partie de son écriture « quotidienne ». Voilà le livre rangé dans la bibliothèque parmis les autres mais celui là, je ne crois pas que je relirai…

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 42956 , 5