DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
1 an en AllemagnePartir un an pour voyager, pour travailler, pour vivre à travers une autre culture. Partir un an à Freiburg en Allemagne pour découvrir, savourer et revenir...

Die deutsche Sprache (La langue allemande)

Par • 21 février 2011 à 19:01

AllemagneL’allemand, avec ses 100 millions de locuteurs, est l’une des langues les plus parlées en Europe. De l’Allemagne à la Suisse, en passant par l’Autriche, la France le Luxembourg et bien d’autres pays, cette langue d’origine germanique est maintenant une langue économique incontournable parlée par plusieurs peuples, malgré le fait qu’elle n’ait pas le statut de langue officielle.

Je parle allemand depuis maintenant 5 ans. Pourquoi ai-je appris cette langue? Bonne question. En fait sans trop savoir pourquoi, l’Allemagne est un pays qui m’a toujours fasciné. Sa culture, son histoire mouvementée et sa langue m’ont toujours captivé.

Tout a commencé lors de l’été 2004, lorsqu’un ami m’a vendu un livre pour apprendre à parler allemand de façon naturelle. Le tout était une méthode assez simple qui se pratique à la maison en lisant de petits textes allemands traduits en français, accompagné d’une cassette audio qui permet de maîtriser la prononciation. J’ai donc commencé tranquillement à réciter ces petits exercices tous les jours. Cependant, comme toute chose, les leçons se sont espacées avec le temps. À l’hiver, une amie est revenue de l’agence de voyage du Cégep de Jonquière avec un dépliant concernant un séjour linguistique en Allemagne organisé par le Collège Maisonneuve. Elle avait vu le prospectus alors qu’elle cherchait des informations sur le Mexique et comme elle savait que j’étais intéressé, elle a pensé bon de me le remettre. C’était effectivement une excellente idée.

Je rêvais de l’Allemagne, mais je n’avais jamais pensé y mettre les pieds un jour. Voyager en Europe me paraissait impossible. C’est loin, je n’y connais rien. Comment pourrais-je bien me rendre là-bas. L’idée de passer quatre semaines dans ce pays me paraissait farfelue au départ, un peu comme une illusion. Puis à force d’y réfléchir, le déclic s’est fait. « Let’s go, je pars en Europe cet été », me suis-je dit. J’ai donc rempli donc le formulaire, assisté à la rencontre d’information et, du jour au lendemain, je me suis retrouvé ceinturé à un siège d’avion à destination de Berlin.

C’est maintenant que je réalise que je n’avais aucune idée dans quoi je m’embarquais. Je ne parlais pratiquement pas allemand. La preuve : voulant être sympathique, je tente d’amorcer une conversation avec mon voisin de siège. Je relis le passage de mon livre qui traite de la présentation et je baragouine un Wie heißen Sie? . L’homme d’une cinquantaine d’année se met à rire en m’entendant et me parle anglais tout le reste du voyage. Je l’ignorais alors, mais je croyais que les gens parlaient tous anglais et qu’il serait donc facile de me débrouiller en cas de problème. Ce fût mon premier choc, seul les enfants de 20 ans et moins parlaient anglais et même là, ce n’était pas toujours le cas. C’est probablement une bonne chose en fin de compte, j’ai appris plus rapidement dans un monde où cela m’était absolument nécessaire afin de communiquer. Deux semaines à Berlin, suivies de deux semaines à Munich où j’ai assisté à de petits cours de 9h à 13h, tous les jours de la semaine, m’a permis de me donner une bonne base de départ. J’étais déjà capable de parler avec des gens au sujet de petites choses simples… comment allez-vous? Il fait beau aujourd’hui, avez-vous un stylo?

De retour chez moi, je me suis mis à écouter différents groupe de musique allemands et parfois même à écouter des films, le tout en continuant à lire mon livre. J’ai aussi découvert qu’il y avait une réunion d’étudiants et d’Allemands qui se rassemblaient afin de discuter entre eux, le fameux « Stammtisch ». J’ai affiché ma présence à ce rendez-vous hebdomadaire pendant près de 3 ans. De plus, j’ai rencontré Katharina, une copine originaire de Berlin et qui étudie à Montréal. Nous avons fait un échange linguistique, elle a appris le français et moi, l’allemand bien évidement. Je crois que c’est la chose qui m’a le plus aidé en bout de ligne, ma maîtrise de la langue s’est grandement améliorée depuis cette période.

Il y a 2 ans je suis retourné faire un petit tour outre-Atlantique pour visiter mon ami Louis, parti étudier à Freiburg. Je suis resté un total de 3 semaines et cette fois-ci, qu’elle sensation d’être de retour à cet endroit, mais bien meilleur que la première fois. Louis me parlait qu’il désirait effectuer sa maîtrise à Freiburg l’année suivante, d’un coup de tête j’ai sauté sur l’occasion pour lui dire que j’allais l’accompagner. Malheureusement les choses ne se sont pas passées tout à fait comme prévu et me voila finalement ici à vous écrire des chroniques depuis l’autre bout du monde.

L’allemand n’est pas une langue si compliquée à apprendre contrairement à l’image qu’on en a. Si l’on a l’intérêt et que l’on pratique, ça vient tout seul. C’est probablement le cas de n’importe quel dialecte si l’on se donne pour un peu la peine. Mon apprentissage a débuté il y a de cela 5 ans, maintenant que je me suis embarqué dans cette aventure qu’est de vivre en Allemagne pendant un an, j’apprends de nouvelles chose tous les jours et mes connaissances ne cessent de s’agrandir.

(…)

Vous pouvez suivre le périple de Mathieu en Allemagne et lire d’autres anecdotes sur son blogue personnel : http://mathieufrechette.com/blog/

Par
Lire les 17 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 4331 , 1