DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Critique : Funny Games (Drôles de jeux) : vacances fatales

Par • 18 mars 2008 à 14:12

Excités d’aller passer quelques jours dans un magnifique chalet au bord d’une rivière, Ann, George et leur fils Georgie (Naomi Watts, Tim Roth, Devon Gearheart) entendent en profiter au maximum. Ils se proposent notamment une journée de golf avec un couple d’amis.

 

Le lendemain de leur arrivée, un jeune homme frappe à leur porte pour emprunter quatre œufs. Cette requête innocente en apparence dégénérera en cauchemar. L’étranger devient subitement menaçant sans véritable raison. Lorsqu’un de ses amis – guère plus rassurant – fait son entrée, bonjour, les problèmes ! Usant de cruauté à la fois physique et mentale, Paul et Peter (Michael Pitt et Brady Corbet) proposent un pari démoniaque à leurs hôtes. Les deux voyous gagent que 24 heures plus tard, la petite famille aura été sauvagement décimée…

 

Bien que Funny Games comporte des scènes d’une violence presque insoutenable, nos yeux restent rivés à l’écran. Paul et Peter son tellement convaincus qu’ils assassineront froidement le trio qu’on ne peut que se sentir très proches d’Ann, de George et de leur fiston. On rêve même par moments de traverser l’écran pour leur prêter main-forte. Ça rappelle d’ailleurs un peu Irréversible où nous assistions, tout aussi impuissants, à l’abject viol de Monica Bellucci.

 

Funny Games vise un public averti car la claustrophobie qui en découle ne conviendra pas à tous. Cette apologie de la violence nous prend aux tripes et nous marque pour quelque temps, il va sans dire. Quant à moi, j’étais content d’avoir choisi d’y aller en après-midi plutôt qu’en soirée. Voir Funny Games juste avant d’aller au lit… Brrr !!!

 

Rappelons que le même film avait été tourné par le même réalisateur en 1997 en Autriche. Il était tout aussi troublant et peut-être même davantage : étant donné que les acteurs nous étaient inconnus, le résultat n’en était que plus horrifiant.

 

Joué avec maîtrise par tous les comédiens et affichant un climat étouffant à souhait, ce Funny Games version 2008 démontre un savoir-faire diabolique qui n’étonne guère de la part du génial cinéaste d’origine allemande Michael Haneke (La Pianiste, Caché).

 

Cet article est publié en collaboration spéciale avec http://www.calendrierculturel.com.

Par
Lire les 54 articles par

Une Réponse »

  1. […] Funny Games de Michael Haneke. Cette production ne conviendra pas à tous. Omniprésente, la violence y est […]

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2653 , 1