DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

Clinton l’handicapée

Par • 10 janvier 2008 à 8:59

Finalement, après un verdict sévère en Iowa, cet État américain où vous n’êtes jamais allés, Hillary Clinton l’a emporté au New Hampshire, quoiqu’assez difficilement, pour un État réputé être parmi les plus à gauche du système électoral américain. Les candidats démocrates sortent tellement de l’ordinaire cette fois-ci (contrairement à l’incolore John  Kerry en 2004) que les résultats qu’ils obtiennent intéressent beaucoup plus les Américains, et le reste du monde par ricochet, que ceux que récoltent les prétendants républicains au poste de personne la plus puissante du monde. Et justement, est-ce que les voisins sont prêts à mettre aux commandes de leur pays un homme noir, ou une femme qui a déjà été la première dame ?

 

Pour ce qui est d’un homme noir, on dirait que l’idée a fait son chemin. Barack Obama a, après tout, volé la vedette dans ce vaste champ de blé bourré de rednecks qu’est l’Iowa. Rassurant, d’ailleurs, car les Américains ont su faire la part des choses, le monsieur aux cheveux ras mène jusqu’à maintenant une excellente campagne. Une femme par contre, c’est moins sûr : Clinton commet peut-être quelques erreurs mineures depuis le début des hostilités, mais plusieurs groupes entiers d’électeurs lui barrent la route. On n’a qu’à parcourir de façon générale quelques forums américains sur Internet pour s’apercevoir qu’il ne fait pas bon ces temps-ci d’appuyer publiquement mamzelle Clinton. Malheureusement, son expérience à la Maison-Blanche, son intégrité (aucun scandale ne l’a ébranlé jusqu’à maintenant), sa compréhension des enjeux et des problèmes de la société américaine semblent ne susciter qu’un effet limité. Pourquoi, parce qu’elle est riche ? Parce que son mari l’a triché et qu’elle a passé l’éponge, dévoilant un signe de faiblesse ? Parce que ses publicités sont poches ? Rien de tout cela n’est ressorti, ni aucune autre raison forte d’ailleurs.

 

Alors, est-ce que ce serait parce qu’elle est… une chick ? Ben voyons, les chicks ça peut pas être Présidente des US of A ! Pour être Président, il faut des nerfs d’acier, une force de caractère typiquement masculine, une politique étrangère baignant dans la testostérone, des programmes sociaux qui ont des couilles. Aucune femme ne peut possiblement avoir les caractéristiques requises, semblent dire des millions et des millions d’Américains. En fait, certains n’hésitent pas à le dire tout haut :

 

«Repasse ma chemise!» pouvait-on lire sur les pancartes brandies par deux hommes au cours d’un événement au cours duquel Hillary Clinton prenait la parole.
Les deux hommes avaient interrompu l’oratrice en scandant des slogans avant d’être expulsés de la rencontre de lundi soir à Salem, au New Hampshire.
(Beth Gorham, Agence France-Presse)

 

Les médias nationaux ont pratiquement passé sous silence l’incident ; pourtant, on peut penser que si des épais s’étaient présentés avec des pancartes disant « Fuck the nigger », tous les réseaux de télévisions se seraient empressés de crier à l’intolérance, et l’opinion publique aurait unanimement condamné l’action.

 

Est-ce que le manque de couilles (au sens propre) d’Hillary Clinton va lui coûter la présidence ? On semble se diriger vers cela, déjà dans cette longue campagne qui commence. L’idée doit encore faire son chemin dans l’esprit des Américains, et en ce sens, les performances politiques de l’ex première dame sont présentement déterminantes. En attendant, bon match de boxe les copains, parfois ça tape fort chez les voisins du bas.

Par
Lire les 155 articles par

6 Réponses »

  1. Dommage que madame Clinton ne fasse pas l’unanimité. Elle demeurait mon seul espoir pour « sauver » ce pays. Les Américains passent souvent (en généralisant tout de même) pour une bande d’imbéciles sans classe et réelles valeurs. Ça prend une femme pour transformer la graisse en grâce. Pour mettre un peu de féminité dans le pays des armes à feu. Pour adoucir les mentalités avec intelligence. Mais ça l’air que la société américaine n’est pas prête pour ça…

  2. Une femme parce qu’elle une femme, ou plutôt Hillary Clinton pour son expérience? C’est cela le handicap d’Hillary, certaines femmes croient qu’on devrait lui offrir les clés de la maison blanche parce qu’il faut essayer une femme. Analyser et décider sur la foi de son caractère et non son sexe. Sinon, il faut donner les clés à Obama parce qu’il est noir et que les noirs ont souffert? Non. Solution: évaluer les candidats et tenir compte de tous les facteurs spécifiques à l’Amérique. Ne pas oublier que d’énormes réfromes attendent les États-Unis et il faudrait un président capable démocrate capable de travailler avec des républicains…!!!

  3. Serge, vous marquez un point. Il est vrai que si Hillary ne doit pas être laissée de côté à cause de son sexe, elle ne doit pas être privilégiée pour cette même raison. Mais dans les faits, il se trouve qu’il y a des gens qui ne voteront pas pour elle pour cette raison alors que d’autres voteront pour elle strictement pour cette raison. Il est donc impossible, même en toute bonne foi, de faire abstraction de ce détail qui devrait être pourtant insignifiant. Donc, étant donné qu’il faut vivre avec « l’importance artificielle » de ce genre de critère, alors je réitère en disant que oui, ça pourrait être une bonne idée d’essayer une femme. Je pense que ça peut changer la face du monde.

  4. euh son intégrité?…et l’affaire du Whithewater alors??
    par ailleurs si elle souffre d’attaques myisogynes elle l’aura bien cherché parce que d’une part elle se prévaut de son expérience de first lady or il me semble qu’il s’agit là sans doute plus d’une expérience personnelle enrichissante que d’une véritable expérience politique à moins qu’elle ne veuille faire passer son mari pour un c** et nous faire croire qu’en fait elle était aux commandes à ce moment-là…puis en jouant la carte de l’émotion,en versant des larmes de crocodiles à la veille des votes dans le NH,elle confirme ce que les pires machos peuvent reprocher aux femmes:qu’elles ne savent pas maitriser leurs nerfs ,qu’elles sont trop sensibles…or il s’agira de ne pas pleurer quand elle aura éventuellement à négocier avec des pays comme l’Iran,la Syrie ou la Corée du Nord…
    Enfin elle n’est pas crédible ne serait-ce que par sa versatilité concernant la guerre en Irak(un jour pour un jour contre ).
    L’amérique a besoin de changement et je ne vois pas en quoi elle peut l’incarner,elle est l’establishment même,suffit de regarder son staff,je ne parle pas que de son mari mais de Mme Albright aussi par exemple vous savez celle qui était convaincue que des milliers d’enfants irakiens morts pendant le blocus c’était nécessaire…
    Au sénat,elle n’a fait qu’approuver les pleins pouvoirs à Bush..elle ne représente en rien le changement!
    Enfin si juste changement de visage parce qu’elle est pareil que Bush…il faut absolument que les USA se débarassenet du monopole des familles Bush-Clinton qui auront gouverné ces dernières années!

  5. «Repasse ma chemise!» pouvait-on lire sur les pancartes brandies par deux hommes au cours d’un événement au cours duquel Hillary Clinton prenait la parole.
    Les deux hommes avaient interrompu l’oratrice en scandant des slogans avant d’être expulsés de la rencontre de lundi soir à Salem, au New Hampshire.
    (Beth Gorham, Agence France-Presse)

    Les médias nationaux ont pratiquement passé sous silence l’incident ; pourtant, on peut penser que si des épais s’étaient présentés avec des pancartes disant « Fuck the nigger », tous les réseaux de télévisions se seraient empressés de crier à l’intolérance, et l’opinion publique aurait unanimement condamné l’action. »

    Les journaux n’ont pas fait de bruit car c’était très évident qu’il s’agissait d’un coup monté par Hilary.
    D’habitude, quelqu’un qui lance des insultes tant raciales que sexistes à un autre va être généralement a l’extrême. Un joueur de hockey albertain ne traitera pas un québécois de « mauvais joueur français » mais plutôt de « saloperie de français » comme Sean Avery a l’habitude de le faire d’ailleurs. Un exemple vivant fut celui du noir dans une banlieue de Toronto qui accusait ses voisins d’harcèlement raciaux. Sauf que les lettres qu’il a présentée comme preuves étaient si modérées comme insultes que la police a commencé a s’en douter. Car n’oublions pas que très peu de gens peuvent s’insulter avec une haine sans retenue.

    HILARY EST PRETE A TOUT POUR Y ARRIVER. Dites moi, C’est quelle femme qui subirait l’humiliation mondiale qu’elle a subie (la cigare dans le vagin de Monica Lewinsky) et se taire de la sorte et quelques temps après se présenter aux élections sénatoriales et par la suite aux présidentielles avec une telle arrogance.

  6. Votons Mike Gravel alors LOL

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1198 , 1