DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Slipknot – All Hope Is Gone (2008)

Par • 18 septembre 2008 à 0:00

La bande masquée est de retour ! Et pour l’occasion, de nouvelles défigurations faciales, et une rage renouvelée qu’on nous avait promis, et qu’on a mélangée au côté mélodique du dernier album, l’excellent « Vol. 3 : The Subliminal Verses », lancé en 2004. Le résultat est pour le moins explosif… sur quelques pièces.

 

Avec un titre trépignant comme « All Hope Is Gone », on pouvait s’attendre à ce que la dernière galette du groupe de l’Iowa (qui comprend neuf membres, je vous le rappelle) ne sombre pas dans une joie béate, tintée de synthétiseurs complaisants et de jolis accords de guitare bien agencés. Au contraire, et on nous avait avertis,le disque nous arrache la face et c’est dissonnant à souhait. Après une intro cacophonique qui gagne en décibels au fur et à mesure que ses 110 secondes d’agressivité s’écoulent, l’auditeur a droit à une véritable claque : « Gematria (The Killing Name », c’est six minutes de rage concentrée, de quoi détourner tout de suite les coeurs sensibles. Sans pour autant délaisser cette intensité décapante, le sens mélodique du chanteur Corey Taylor reprend ses droits sur les trois pièces suivantes, dont l’extrait « Psychosocial ». C’est ensuite une longue montagne russe, qui nous fait valser entre des morceaux plus accessibles, presque doux à l’oreille d’un fan pur et dur (Dead Memories, la décevante Snuff, l’expérimentale Gehenna) et des blocs métal sans l’ombre d’un compromis (This Cold Black, Vendetta, la pièce-titre qui clôt l’album), le tout agrémenté de solos de guitare en spirales, et violemment martelé par les rythmes parfois tribaux du batteur émérite Joey Jordison, probablement l’un des meilleurs du moment dans le monde du métal. Au total, on hérite là d’une galette qui ne plaira peut-être pas totalement aux plus puristes des fans du groupe (que je soupçonne de n’être que des p’tits gars fâchés), mais qui confirmera à coup sûr tant au public qu’à la critique que Slipknot est définitivement passé du statut de simple band d’extreme nu metal en 1999, à une réelle sommité de la musique à notre époque. Avec ses deux derniers albums qui trônent au sommet de leur discographie, l’avenir est prometteur pour Slipknot…

 

J’ai particulièrement apprécié :

– Psychosocial

– Dead Memories

– All Hope Is Gone

 

Note : ****

Par
Lire les 155 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1522 , 1