DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

Quelqu’un peut m’expliquer ?

Par • 25 juillet 2007 à 12:11

J’ai travaillé pendant un bon moment dans un club vidéo et la popularité de certains films me laisse souvent perplexe.  Des navets à mon avis qui s’envolent comme des petits pains chauds lors de leur sortie sur les tablettes.  Ce qui m’amène à me questionner sur la motivation des gens qui regardent des films et sur la nécessité de faire des longs métrages de qualité.

 

On me sert souvent la même sauce que le cinéma est là uniquement pour divertir.  Pour faire décrocher.  Certes.  Mais est-ce qu’il doit nous divertir à un point tel qu’on nous sert les mêmes comédies bidon jour après jour après jour?  Après « Beethoven 1 à 27 », « Bailey’s billions » ou « Shaggy Dog », avait-on vraiment besoin d’un « Karaté Dog »???  Je me rappelle encore il y a peu de temps l’engouement pour le film « Click » avec Adam Sandler ou « You, me and Dupree »… Je n’ai rien contre les comédies; mais est-ce qu’on s’entend que ce genre de comédies revient pas mal toujours au même?  Elle est où la différence entre « Meet the Fockers » et toutes les autres comédies de Ben Stiller?  Où sont les films intelligents?  Pour 25 comédies insipides sans saveur qui sortent chaque semaine, on a droit à peu être un ou parfois deux films de qualité.  Je crois que la dernière comédie qui m’a fait rire remonte au dîner de cons.  Pour le reste, je me rabats sur les bons vieux Seinfeld qui sont toujours aussi tordants même 15 ans plus tard. Mais bon; de toute évidence, on se contente de films ordinaires.

 

Où sont les « Requiem for a dream »?  Les « Half-Nelson »?  Nah!  Trop profond… Trop dramatique.  Regardons plutôt Jim Carrey faire des grimaces ou se foutre la tête dans le cul d’une vache.  ÇA, c’est du cinéma!!  Tim Allen qui se transforme en chien, voilà ce qu’on recherche… Pitié…

 

Scary Movie a fait du fric?  VITE, on sort le 2e, le 3e, le 4e puis un Date Movie puis un Epic Movie!  Allez, on dilue la sauce au maximum, on la réchauffe, on la brasse et on la rebrasse et on s’empresse de nous la resservir.  Même si elle est fade ou tiède, on s’en fout!  Il va sûrement y avoir des gens pas trop exigeants qui vont se tordre de rire juste à voir quelqu’un trébucher sur une pelure de banane…

 

Mais bon, les goûts ça ne se discute pas paraît-il… D’accord.  Je vais retourner à Seinfeld .  Vous me ferez signe quand quelqu’un daignera sortir une comédie qui ne sera pas une insulte à mon intelligence.  (Allez-y, traitez-moi d’intello pédant fini; je suis capable d’en prendre.)

Par
Lire les 241 articles par

3 Réponses »

  1. C’est vrai que plusieurs films réutilisent toujours la même formule. Moi j’appelle ça des films de « petit concept con ». Un scénariste fatigué trouve une idée « semi-cocasse » et ça fait un film. Un jeune dans un corps de vieux (Big), Un gars qui a les pouvoirs de Dieu (Bruce almighty), un gars qui contrôle sa vie avec une télécommande (Click). Non mais come on, c’est pas des idées de film ça, ce sont des jeux qu’on fait quand on est jeune! Et pour finir, je veux défendre Jim Carrey. Il a joué dans quelques navets, mais j’aime son oeuvre en général. D’excellentes comédies (Dumb and Dumber, Liar Liar) et des films plus sérieux irréprochables (Truman Show, Eternal Sunshine…).

  2. J’ai pas trouvé que Click était si mal (6.5 à 7 sur 10, environ). Et puis je déteste Seinfeld à me rendre malade. Sorry, Dom 😉

    Mais pour le reste, tu as raison. Tu as dû en voir des lettes au club vidéo ! C’est comme dans les disquaires ; ce sont les meilleurs endroits pour constater la stupidité des gens (non mais tsé, Crazy Frog…). Pierre-Luc souligne un bon point, on dirait que les scénarios sont nés dans l’esprit d’un boutonneux de 13 ans. Pathétique.

    Il y a de très bons films qui servent seulement à divertir mais qui ont au moins le mérite de stimuler l’intellect du spectateur (Lord Of The Rings en est un exemple : beaucoup de violence et de morale, mais la complexité de l’histoire rachète tout). Ils sont simplement plus rares, et c’est malheureux.

  3. Je crois qu’il y a des films pour tous les goûts et pour toutes les personnes. Quand je vais voir un film pour me détendre, je ne choisis pas quelque chose de dramatique et de complexe mais une comédie légère qui se voudra un unique divertissement. Juger des films que les gens aiment est comme juger de la musique qu’ils écoutent. Que ce soit un navet pour toi mais qu’il me fasse rire moi, c’est bien mon problème !
    Par contre, je suis très déçue que les budgets soient plus facilement accordés aux productions de séries (comme les Scream, etc) qu’aux gens qui tentent de lancer de nouvelles idées dans notre cinéma. Je suis triste de voir que le capitalisme prend toute la place afin de produire quelque chose qui va rapporter sinon on s’essaye même pas.
    On peut être critique sur ce qu’on voit et critique sur ce que les gens écoutent et regardent mais reste que ces productions sont là pour rester parce que des gens vont acheter des billets pour aller les voir. C’est notre responsabilité à tous de s’ouvrir aux autres films et apprécier ou non.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1811 , 1