DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Mononc’ Serge – Pestak (2008)

Par • 18 février 2008 à 16:34

Vous pouvez acheter ce CD maintenant à bas prix sur eBay : cliquez ici !

 

Après plusieurs disques studio irrévérencieux, Mononc’ Serge a décidé d’appuyer sur record en spectacle pour livrer un boîtier CD + DVD bien garni. Les fans assoiffés s’en réjouiront, même si le produit est relativement moyen. Serge Robert est reconnu pour sa verve crue et ses textes à messages, sérieux, rigolos ou les deux à la fois. Or, en spectacle, il semble préférer jouer les rock star et s’époumoner à beugler sa prose grivoise. Ce n’est pas mauvais, mais ça ne met aucunement le style en valeur.

 

Sur CD, Mononc’ offre une bonne sélection de chansons (10 + 3 du groupe Suxxion). En ouverture, on retrouve l’excellente Je Chante Pour les Morons que l’on pouvait retrouver en version beaucoup plus intéressante sur le dernier album studio Serge Blanc d’Amérique. D’ailleurs, les meilleurs moments du live sont extraite de ce dernier album (Bacaisse, Hitler Robert, Noël Est un Jour Comme les Autres), à l’exception de l’irrésistible West Edmonton Mall, mon coup de coeur de l’exercice. Pour le reste, donnons raison à M. Robert : il chante comme une casserole!

 

Sur DVD, le son n’est pas meilleur, du moins si l’on désire entendre les excellents vers de Serge. Toutefois, Mononc’ a l’avantage de pouvoir démontrer qu’il est une véritable bête de scène. Côté audible, le segment « Enfin seul avec Mononc' » permet de voir la vie d’une autre couleur. Six vidéoclips complètent le tableau et permettent au détenteur du coffret d’avoir l’impression de rentabiliser son achat.

 

En toute franchise, la plume de ce gars est foutrement bien aiguisée. Mais Pestak est loin d’être l’entrée en matière souhaitée pour les néophytes. C’est une masse de matériel pour les érudits du chansonnier barbare, rien de plus. Au moins, sur le lot, on n’a pas l’impression de se faire fourrer, même si ça sonne le cul!

 

** ½

Par
Lire les 376 articles par

2 Réponses »

  1. Quel article !

    Effectivement, les fans assoiffés se réjouissent de ce produit moyen.
    (ne pas oublier qu’il n’a pas non plus les moyens pour se la jouer à la « j’me la tape plus haut que mon… etc).
    – Il chante comme une casserole ? Nous, on ne trouve pas. On a vu bien pire !
    – Ce n’est pas l’entrée en matière souhaitée des néophites ? T’en fais pas, nous on est encore là, et encore là et toujours là. Donc tes néophites, ils n’écoutent pas ce que nous nous écoutons et ils ne recherchent absolument ce que nous nous recherchons (et inutile de dire que c’est tant mieux ! on n’est pas du même monde – chacun sa place !)
    – Quant à se faire fourrer, il doit n’y avoir que toi et ton entourage à qui s’est arrivé en écoutant Mononc. Nous, on paye 10 euros pour cet album (euros ? là, tu sais d’où je viens !).
    Tu payes combien pour ta grosse gourde de C.D. ? Tu payes combien pour son concert à Végas ? On paye combien pour voir Mononc’ ? Le plus fourré dans l’histoire (et bien profond !) ce n’est certainement pas le Moron assoiffé de M.S.
    Revoies donc tes critiques et occupes toi des innombrables niaiseries qui t’entourent et que tu apprécies ; je pense qu’il y a assez à faire à ce niveau là.

    A notre niveau, on continue la propagande pour le faire grimper et je peux t’assurer qu’on va y arriver et notre critique est bien plus forte et plus saine que la tienne.
    Son album, qui semble relativement mauvais à tes yeux, ne l’est pas aux nôtres. Nous n’avons absolument pas le même regard.

    Bien cordialement.

    NB : tu peux publier, il n’y a pas de vulgarité, il n’y a pas de gros mots… disons éventuellement « fourrer » mais tu l’utilises avec grand plaisir a priori !

  2. J’ai bien aimé votre commentaire Mme Maudite. Mais vous ne semblez pas avoir compris la plupart des compliments que j’adressais à Mononc’ dans mon article. Parce que oui, il y en a plusieurs. Et mes références grossières sont TOUTES (sans exception) des références aux chansons de Mononc’ Serge (la pièce « fourrer » ou « Je chante comme une casserole » sur le premier album des Colocs). Mais probablement que les premiers élans de M’sieur Robert n’ont pas trouvé d’écho en Europe. Je n’ai pas aimé le CD parce qu’il ne répondait pas à mes attentes vis-à-vis le matériel que j’avais déjà entendu de l’artiste. Mais comme je le dis dans ma critique, je ne suis probablement pas un adepte des spectacles de Mononc’, du moins, pas sur disque. Mais ça n’enlève rien à ce bonhomme qui demeure un must côté texte au Québec… à mon humble avis. Sinon, je veux bien lire votre critique qui est plus saine que la mienne. Même si je ne suis pas sûr d’apprécier les choses saines!

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2120 , 1