DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Dorian Gray – La beauté éternelle ou le salut de l’âme (2009)

Par • 5 mars 2011 à 10:51

Iriez-vous jusqu’à vendre votre âme au diable pour conserver la jeunesse éternelle?  Est-ce que le jeu en vaut la chandelle?  Demandez à Dorian Gray.  Séduisant jeune homme aux airs innocents et naïfs qui se retrouve, suite aux mauvaises influences d’un mentor aux intentions douteuses, confronté à faire des choix de vie.  Le côté moral ou le plaisir?

Tiré du roman à succès d’Oscar Wilde « Le portrait de Dorian Gray »,  le réalisateur Oliver Parker (Hellraiser) nous livre cette adaptation cinématographique où se partagent la vedette, Ben Barnes, Colin Firth & Ben Chaplin.

Fraichement arrivé à Londres, Dorian Gray (Ben Barnes) fascine par sa beauté et son charme.  Il est alors approché par le peintre Basile Hallward qui décide d’immortaliser la beauté du jeune homme sur une toile.  Cette toile révèlera peu à peu l’âme de Gray, qui est tout sauf pure et innocente.  Il fera également connaissance avec Lord Henry Wotton qui, en quelque sorte, vivra la vie qu’il aurait souhaité mener à travers le jeune homme.

Il est difficile de qualifier ce film.  Les interprétations sont juste, l’histoire est bien ficelée et la réalisation est correcte également mais il manque un petite quelque chose.  On a l’impression que l’histoire est inachevée.   Qu’elle ne lève pas autant qu’elle devrait.  Entre deux scènes de plaisirs charnels entre Gray et différentes dames, on aimerait approfondir un peu plus sur la complexité du personnage de Dorian Gray.  Outre les perversions de jeune narcissique!  Mais bon, on ne réécrit pas une œuvre vieille de 120 ans!

Bref, Dorian Gray n’est pas un mauvais film mais je ne lui accorde pas non  plus la palme du long métrage de l’année.  Un bon divertissement mais sans plus.

[rating:2.5]

Par
Lire les 241 articles par

Une Réponse »

  1. J’ai eu à lire ce livre pour mon dernier cours de français de cégep et j’étais excitée à l’idée de voir le film. J’avoue que tu mets le doigts, il manque un petit quelque chose de majestueux ! Bonne critique!

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2906 , 1