DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Carte blanche à Stéphane Lépine

Par • 8 janvier 2008 à 13:36

À compter de janvier 2008, le Goethe-Institut va offrir de temps en temps carte blanche à une personnalité du milieu culturel pour programmer une série de films en relation avec l’Allemagne.

 

Notre premier choix c’est tourné vers Stéphane Lépine, cinéphile passionné. Directeur artistique du Studio littéraire à la Place des Arts, il est également conseiller littéraire auprès de la metteure en scène Brigitte Haentjens, rédacteur en chef des programmes du TNM et collaborateur à la revue de cinéma 24 images.

 

Les films qu’il a sélectionnés sont essentiellement des films allemands, mais pas uniquement, car le regard qu’ont porté Éric Rohmer et Luchino Visconti sur la culture allemande lui importe tout autant que celui de Fassbinder ou de Syberberg, de Straub et Huillet ou de Rudolf Thome. Cette carte blanche va permettre aux cinéphiles québécois de voir une œuvre récente, présentée en première canadienne (Nach Dresden de Vittorio Curzel) et plusieurs œuvres marquantes et rarement projetées sur grand écran, parmi lesquelles La Marquise d’O… de Éric Rohmer, Ludwig de Luchino Visconti, et Berlin Alexanderplatz de R.W. Fassbinder.

 

Stéphane Lépine, qui multiplie les séjours à Dresde depuis 2003, entretient depuis fort longtemps des « affinités électives » avec l’Allemagne. Et sans doute le cinéma est-il en partie à l’origine de ce rapport prégnant qu’il nourrit avec la culture allemande. Pour en parler, il se réfère au psychanalyste François Péraldi, selon lequel il existe pour chacun d’entre nous « un pays qui nous est étranger mais qui est le seul par lequel il est inscrit que nous devions passer pour parvenir chez nous, dans ce qui nous est propre. » Pour Stéphane Lépine  « Il ne fait aucun doute que ce pays-là est pour moi l’Allemagne et plus précisément l’Allemagne de l’Est. J’aurai mis du temps avant d’y passer, mais mes séjours répétés depuis 2000 me permettent dorénavant d’accéder à une part de moi-même qui m’était jusque-là en partie inconnue. »

Par
Lire les 156 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2918 , 1