DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Bierbrier Premium : À bas la superficialité

Par • 19 avril 2008 à 0:00

Brassée par : Brasserie Bierbrier, Montréal
Bouteille brune, 341 ml, 5% alc. / vol.

Disponibilité : Surtout dans les dépanneurs et épiceries spécialisés de la région métropolitaine (cliquez ici pour voir la liste complète) . 

Malgré son étiquette aux allures typiquement européennes, la Bierbrier Premium (du nom de son brasseur Charles Bierbrier) est une bière 100% montréalaise. Elle est brassée à partir de malt et de houblon, sans additifs ou agents de conservation.

Yeux : Dorée, avec un col de mousse qui ose à peine se dévoiler. Les multiples lignes de bulles qui se ruent vers la bordure du verre laissent anticiper un pétillement satisfaisant. Voilà qui suffit amplement à mettre l’eau à la bouche de votre humble serviteur.

Nez : Ça sent la céréale à plein nez. Le malt et le houblon sont mis en évidence, fort probablement par leur quantité présente dans la bière. Une pointe de tarte au sucre vient nuancer (ou même équilibrer) ces arômes de fraîcheur.

Bouche : D’une rondeur déstabilisante. Les arômes de la Bierbrier se transforment en flaveur bien dosées. Les céréales sont toujours de mise, mais elles enveloppent la langue, comme pour marquer leur prédominance. Un ami dégustateur a noté un goût de pêche : je ne peu affirmer, ni infirmer. Le mystère subsiste et je me promets de le débusquer à la prochaine bouteille (il y a toujours une prochaine bouteille).

Gorge : Le pétillement satisfaisant que l’œil pouvait présager est rendu avec justice. Les bordures du tube digestif en bénéficient à leur tour. Quoi de mieux qu’un arrière-goût aussi agréable que le goût lui-même ? Allez savoir !

Verdict : Une bière sans flafla. À bas la superficialité. La Bierbrier est certainement une bière qui se laisse boire (un peu trop vite). Une jolie découverte que j’ai hâte de savourer en fût, ne serait-ce que pour étirer le plaisir de l’expérience.

Note : 90%

Par
Lire les 376 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1981 , 1