DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique classiques du cinéIl y a de ces films inoubliables. De grands réalisateurs au grand écran... du grand cinéma pour de grands moments!

Oliver ! : une tragicomédie musicale hors pair (1968)

Par • 7 décembre 2007 à 0:00

Adapter un classique de la littérature au cinéma relève toujours de l’exploit. La plupart du temps, les adorateurs de certains bouquins restent sur leur appétit en regardant les films tirés de leurs lectures favorites. Maintes fois transformé en long métrage, téléfilm ou télésérie, Oliver Twist de Charles Dickens avait bénéficié en 1968 d’un traitement majestueux grâce à la vision renouvelée – regorgeant de couleurs et de musiques mémorables – du cinéaste britannique Carol Reed (1906-1976).

 

Quoique plusieurs connaissent par cœur l’intrigue du roman, rappelons-en les grandes lignes. Expulsé d’un orphelinat – à tort – pour mauvaise conduite, le jeune Oliver Twist (Mark Lester) est recueilli par la famille d’un entrepreneur de pompes funèbres où il est profondément malheureux et incompris. Après s’être échappé, il envisage de se rendre jusqu’à Londres où, croit-il, il fera fortune. Naïf, le garçon ! Arrivé à destination, il sera contraint d’habiter une maison remplie de jeunes voyous que le vieux Fagin (Ron Moody) entraîne à devenir pickpockets. L’entourage londonien est finalement peu propice au succès dont rêvait Oliver, à commencer par le dangereux Bill Sikes (Oliver Reed) qui fut un des premiers « employés » de Fagin. Follement amoureuse, la petite amie de Bill, Nancy (Shani Wallis), refuse de reconnaître la cruauté de ‘son homme’; elle paiera cher son inconscience.

 

Parrainé par le sympathique et irresponsable Dodger (Jack Wild), Oliver s’initie à ce nouveau métier mais son manque d’expérience le mènera rapidement aux mains de la justice. Révolté par le jugement d’un magistrat ivre mort, celui qui avait déposé une plainte contre le gamin décide de le prendre sous son aile et de l’emmener vivre chez lui dans un quartier huppé voisin. Fagin et Sikes sont très inquiets, craignant qu’Oliver révèle leurs noirs desseins à sa famille d’adoption.

 

Oliver ! est une production délectable et remarquablement mise en images. Les décors et les costumes sont formidables et la photographie capte à la perfection l’atmosphère du Londres de l’époque. Les nombreuses chansons (textes et musiques de Lionel Bart) oscillent adroitement entre le tragique le plus noir et la plus pure joie de vivre. Quant aux chorégraphies, elles sont d’une beauté tout simplement époustouflante.

 

Candidat à de nombreux Oscars, Oliver ! en avait remporté 6 dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur ainsi qu’une statuette spéciale pour les chorégraphies signées Onna White.

 

À ceux qui se demandent ce qu’est devenu l’interprète d’Oliver (Mark Lester), sachez qu’il est maintenant un ostéopathe réputé au Royaume-Uni et père de quatre enfants. Quant à Oliver Reed (Bill Sikes dans le film), talentueux acteur et épicurien jusqu’à son dernier souffle en 1999, il était le neveu de Carol Reed, réalisateur du film.

 

Pour plus de deux heures trente d’enchantement ininterrompu, Oliver ! s’impose : votre cinéma maison en frémira de joie.

 

Cet article est publié en collaboration spéciale avec http://www.calendrierculturel.com/

Par
Lire les 54 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1824 , 1