DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

N’Dakaru, fragments d’amour… et de poésie

Par • 5 juin 2007 à 12:20

En mars 2007, l’auteure Ayavi Lake, qui est aussi une assidue rédactrice pour DimancheMatin.com, publiait son premier roman N’Dakaru fragments d’amour aux Éditions Cultures Croisées. Un peu comme la chronique qu’elle nous présente hebdomadairement (Sur d’autres rives), le roman d’Ayavi nous fait voyager au coeur d’une culture qui lui est propre. De Dakar à Paris… De Paris à Dakar… À Dakar où ils se sont aimés.

Côté structure, le roman alterne les récentes escapades d’une héroïne à Paris avec ses souvenirs amoureux à Dakar. Un peu comme une confrontation déchirante entre la réalité et des mémoires déchirées, éparpillées au gré du vent. Des fragments d’amour, le titre ne saurait mieux dire.

Le volet parisien est narratif. Il raconte les déboires de la jeune Sénégalaise, tant sur le plan des relations, du travail et de la vie en général. Ses tantes, de passage dans son appartement, mettent une pression énorme pour qu’elle se marie à un homme fortuné qui pourra la faire vivre aisément. Mais la fougueuse exilée se refuse à ce genre de protocole traditionnel. Elle fera sitôt une rencontre déplaisante, mais je n’en dis pas plus.

Le volet ouvert sur Dakar est plus poétique. Nettement plus. C’est carrément écrit en prose. Tout est déballé avec un lyrisme épatant. On croirait entendre Jean Leloup qui nous déballe ses extases africaines dans des chansons comme Paradis Perdu et autres. Ce qui est fascinant avec cette partie du livre, c’est l’espèce de paradoxe qui y réside. La narratrice décrit un Dakar sombre, à la limite du misérable, avec ses inondations puantes. Mais elle le décrit aussi avec beaucoup d’admiration. Un charmant contraste.

Non, je ne saurais trouver un meilleur commentaire pour conclure. Je réitère : un charmant contraste.

Par
Lire les 382 articles par

5 Réponses »

  1. Est-ce qu’on peut se le procurer n’importe où? Je suis très tentée!

  2. Je ne sais pas où l’on peut trouver le livre, j’ai cherché un peu sur Internet. Une chose est sûre, sans rien enlever à Ayavi, je le trouve un peu cher. 17€ (approx. 25$) pour un roman de 141 pages à couverture souple, c’est du jamais vu…

  3. on peut se procurer le livre sur le site des éditions cultures croisées; http://www.ed-cultures-croisees.org/27.htm

  4. Très beau livre à lire absolument. Pour ceux qui veulent se le procurer et qui demeurent pas loin de Montréal, vous pouvez me contacter à l’adresse courriel suivante : roxanekouassi@gmail.com. J’ai des exemplaires du livre qui sont disponibles à 20$ taxes incluses.

  5. Il est vrai qu’il est cher.
    Le premier ouvrage que j’ai publié en 2001 était un recueil de poésie et de nouvelles : Souffles étranges.
    Je continue à écrire ici et si je suis publiée cela sera plus facile d’accès ici.
    En attendant, merci à Dimanchematin de m’aider à me faire connaître

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2183 , 1