DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

Ma liste d’épicerie pour mon pays de demain (Dernière partie : Des ratés et des visions)

Par • 19 mai 2009 à 11:06

Si parfois le bon peuple soumis critique son gouvernement, c’est qu’il a de foutues bonnes raisons de le faire. Comme une très (ou trop) grande partie de nos salaires est retournée directement dans les poches de nos dirigeants sans qu’on en ait vu la couleur, je crois qu’il est très légitime qu’on exige qu’on nous rende des comptes.

Parmi les frasques gouvernementales, on peut penser à plusieurs projets qui n’ont jamais vu le jour ou qu’on doute qu’ils prennent forme à part peut être en 2040. Je pense entre autre au CHUM qui est un gâchis monumental sur toute la ligne. Des années à se battre à savoir quel lieu est le meilleur pour bâtir ce super-méga-hyper-hôpital. Mais nos bons dirigeants n’ont-ils pas réalisé qu’avant même de penser à bâtir un super-méga-hyper-hôpital, faudrait-il encore qu’il y ait suffisamment de médecins et d’infirmières pour faire fonctionner ce centre de santé ? Mais non, c’est un détail tout ça ! Concentrons-nous à remplir les poches des amis du partis en instaurant des groupes de discussions, des tables d’analystes-experts, des ingénieurs qui vont nous pondre de merveilleux rapports-tablettes ! ÇA, c’est important mes amis. Pendant ce temps, des milliers d’immigrés détenant des diplômes en médecine se butent à un Collège des Médecins qui ne daignent même pas reconnaître leurs compétences outre-mer.  Mais bon, on s’en fout ! Un docteur algérien, c’est bien plus pratique pour conduire un taxi et une infirmière vietnamienne est bien utile à gérer un dépanneur ! Je ne comprends pas nos gouvernements ! On encourage l’immigration, on les pousse à intégrer le marché du travail mais on est incapable de reconnaître leurs compétences ! Pathétique… Un de mes lecteurs me faisait un commentaire la semaine dernière sur le manque de ressources en région. Le manque est flagrant ! Les spécialistes manquent à l’appel et les gens dans le besoin sont laissés à eux-mêmes. Pourquoi tout ce beau monde ne travaillerait-il pas en concertation ? Si un CLSC ne peut pas dispenser le service nécessaire, pourquoi un individu ne pourrait-il pas être pris en charge par un autre organisme gouvernemental ? Mais non ! Il ne faut pas rêver en couleurs.  À chacun ses compétences et à chacun sa clientèle. Vous avez 18 ans ? Alors dehors ! Allez voir ailleurs ! La DPJ ne veut plus de vous. Et bonne chance pour trouver quelqu’un qui va faire un suivi…

Un autre exemple de raté ? Le milieu carcéral ! Quand on sait que la moitié des prisons est peuplé par des itinérants, des gens ayant commis des crimes mineurs, (comme des contraventions de stationnement non-payées) il y a lieu de se questionner sur la pertinence de mettre ces gens en-dedans. Un itinérant (le mot le dit) n’a pas de domicile fixe, probablement pas de revenus et souffre sans doute d’un manque de ressources pour s’en sortir. La meilleure solution ne serait-elle pas d’encourager les organismes de réinsertion sociale au lieu de les foutre au cachot ? Un prisonnier coûte beaucoup plus cher à l’état à entretenir que de le renvoyer dans la société avec les outils nécessaires pour qu’il redevienne un payeur de taxes. Mais non ! Nos vaillants policiers préfèrent de loin leur coller des contraventions qu’ils n’auront pas les moyens d’acquitter. Triste…

Un dernier petit exemple.  Le métro de Laval ! Combien de temps avant nous attendu avant de voir ce projet prendre forme. Des années et des années pour bâtir trois stations de métro qui ont coûté beaucoup plus cher que les estimations originales. Si on compare avec la Chine, le pays a développé un réseau de métro complet en quelques mois seulement, question d’être prêt à recevoir les derniers jeux Olympiques. Et rappelez-vous chers amis que le métro de Laval a eu le feu vert alors que le Parti Québécois se dirigeait vers une défaite aux élections suivantes.

Il est certain qu’on ne peut pas abattre un système au complet mais on peut très bien revoir le modèle en place. Ma liste d’épicerie est toute simple et parfaitement lucide à mon humble avis. C’est pas compliqué… Le gros bon sens !  Et si ça prend des lois pour faire passer certains projets, qu’attendez-vous ?  Après tout, c’est pour ça qu’on vous paie !

Par
Lire les 242 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2292 , 2