DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique broueUn blogue sur la bière. Plongez vos papilles dans l'univers brassicole. Dégustation et découvertes pour ceux qui ont envie de lever leur verre à la bonne bière.

La bière, une question d’étiquette

Par • 3 mars 2011 à 16:32

D’emblée, je dois vous aviser que cet article ne traite pas du savoir-vivre, ni des bonnes manières. Lorsque je parle d’étiquette, je fais référence à l’image qui est apposée sur une bouteille de bière. Je plaide coupable : je suis sensible à l’aspect visuel de chaque bière qui se présente devant mes yeux. Amis brasseurs, si votre étiquette est moche, je risque de mettre plus de temps avant de goûter votre produit. J’y porterai mes lèvres un jour, certes, mais longtemps après cette bière qui – bien qu’elle soit de moindre qualité – aura su me séduire par son pelage. Serais-je superficiel? Avec la hausse du prix des bières spécialisées, d’un accord digne d’un cartel, je pense être en mesure d’être un tatillon exigent!

Le premier exemple qui me vient en tête, lorsque je pense à une amélioration visuelle de marque, se trouve du côté de la Microbrasserie de l’Île d’Orléans. En quelques mois, leurs étiquettes sont passées de mornes à sublimes. Voyez par vous même avec l’image affichée ici, à votre gauche. La différence est nette non? On passe de quétaine à distingué!

D’autre part, il serait abominable de passer sous silence les efforts d’Unibroue pour nous présenter une image digne de mention. Mais quel travail! Le tout est en grande partie attribuable au maître d’oeuvre Asaf Mirza qui s’assure de livrer une image léchée et historiquement pertinente.

Étiquettes UnibroueEn général, dans tous les domaines, l’image a une importance significative. Personne ne peut le nier. Mais il ne faut pas non plus négliger l’influence que porte un texte, sur le dos d’une bouteille par exemple (comme sur plusieurs bouteilles de vin), pour nous présenter un produit. Je conclus mon argumentaire en vous laissant sur quelques extraits, d’une littérature fort alléchante, qui m’ont laissé impuissant face à mon envie d’acheter certaines bières.

Le whisky de la maison. Douce, complexe, charpentée, elle dégage des effluves de chêne et de beurre de noisette. Notre cheval de course.
– Polissonne : La Voie maltée

La levure unique isolée par le Père Théodore, combinée à la qualité supérieure de l’eau issue des puits de l’abbaye, confère aux bières Trappiste de Chimay toutes leurs particularités. Depuis 1862, les bières trappistes, refermentées en bouteille, sont brassées à partir de produits naturels et ne sont ni filtrées ni pasteurisées. La Chimay Grande Réserve est une bière puissante et complexe.
– Chimay Grande Réserve : Bières de Chimay

Nous avons concocté pour vous un mélange exquis de malts, de houblons et de thé à la bergamote. Savoureuse et toute en douceur, cette cuivrée vous surprendra autant qu’elle vous ravira.
– Cuivrée au Thé : La Barberie

Un nez discret de réglisse noire et de violette. Saveurs de café et de chocolat noir. Très racée par son caractère. À consommer comme un grand, tout seul. Surtout, ne pas partager!
– Criminelle : La Voie maltée

Vous voyez, quand on parle des saveurs nettes, du nez, de ce qui se dégage du produit, on se sent en confiance. On a le goût d’acheter pour comparer l’étiquette à nos propres sens. Sur cette réflexion goûteuse, je vous laisse vaquer à vos occupations. Cheers!

Par
Lire les 382 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 3402 , 4