DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique Habits du dimancheLes écrits restent, les habits du dimanche s'envolent. Des mots du passé qui résonnent aujourd'hui.

Cette ville va me rendre fou

Par • 2 septembre 2007 à 0:00

Cette ville va me rendre fou. Voilà de sages paroles chantées par Xavier Caféïne en parlant de Montréal. Cette semaine exactement, ça fait un an que je vis dans cette ville. J’aime la diversité qu’elle m’offre, l’abondance. Je sens qu’une mer de possibilités s’offre à moi. Mais parfois, j’ai envie d’être d’accord avec Xavier. Vous voulez savoir ce qui ne va pas à Montréal ? Bien j’vais vous l’dire!

Quand ton chien jappe, tu ne le sors pas dehors à 6h du matin pour qu’il fasse ses besoins. Tu attends un peu plus tard. Beaucoup plus tard. Surtout quand tu as des voisins proches… surtout quand t’es mon voisin. Ton chien a des besoins, j’en conviens, mais moi j’ai BESOIN de dormir.

Bon ok, on va mettre une chose au clair : si vous êtes un vieux et que vous me regardez de haut avec un petit air de pitié pour avoir mon banc dans l’autobus, ça se pourrait que je ne vous le donne pas. Quand j’arrive de travailler et que j’ai ma journée dans le cul, ça m’arrive de vouloir déposer ce même cul sur quelque chose de semi-confortable. Certes, votre partie de pétanque a été éreintante, mais ce n’est pas à moi d’absorber votre mépris. Dans certaines circonstances, il me ferait plaisir de vous laisser mon siège, mais ce n’est pas toujours le cas. Après tout, je paye ma carte plus cher que vous!

Heille les chauffeurs. Votre clignotant, ce n’est pas juste pour avertir le char d’en arrière. Le piéton aussi a besoin de savoir si vous êtes sur le point de lui foncer dans les cannes avant de traverser la rue. J’ai même pas mon permis de conduire et je sais ça. Relisez le manuel d’utilisation de votre bazou, ou bien restez chez vous! En plus, avec l’argent économisé sur l’essence, vous allez pouvoir retourner à l’école.

Si vous êtes deux amoureux qui adorez marcher côte à côte, pour quelque raison que ce soit, pourriez-vous avoir l’obligeance de faire une exception dans les escaliers roulants ? Il y a une voie lente et une voie rapide, est-ce clair ? Si vous bloquez l’escalier en largeur, je ne pourrai pas sortir avant tout le monde pour éviter la cohue. Ah pis c’est même pas une question de cohue… ça me fait juste chier de perdre 30 secondes de ma vie à cause que vous vous tenez la main en vous laissant monter.

Ah, ça fait du bien de se vider le coeur des fois!

Par
Lire les 382 articles par

12 Réponses »

  1. On peut rajouter à ça les jours de pluie où on doit être plus rapide que Karate Kid pour éviter les milliers de parapluies meurtriers qui manquent vous arracher un oeil à chaque 10 secondes? C’est de l’EAU bordel! Au pire, ça va sécher dans 5 minutes…

  2. Mon dieu Pierre-Luc!
    La ville de Montreal te rendrait-elle hyper-stresse? Ou est passe le gars relaxe que t’es? Franchement, perdre 30 secondes dans un escalier roulant! Tu debarques a Pie-IX comme moi, y’a amplement d’escaliers non-roulants pour les gars en forme comme toi!
    Et peut-etre que tu ne veux pas laisser ton siege au vieux monsieur ou a la vieille madame. Moi je me dis seulement que si je tombe (a cause du chauffeur qui conduit mal, et breake a la derniere seconde, ca je te contredirai pas sur leur facon de conduire) ben je pense que j’ai pas mal plus d’equilibre qu’elle quoique oui, je suis fatiguee… mais que je serai capable de rester assise sur mon sofa toute la soiree, donc je me reprendrai a ce moment-la.
    Quant au chien, ca c’est du non respect de la part de ton voisin. Y’a des cons partout.
    Voila, tu tombes sur le nez de Montreal, mais je pense seulement que tu etais juste dans un mauvais mood en ecrivant ta chronique… ca va passer, j’espere…
    J’aime mieux quand tu nous fais rire!
    En passant, imaginez les accents s’il vous plait, mon clavier bogue la la, je sais pas pourquoi!

  3. @Catherine : Je ne tombe pas sur Montréal, j’avais simplement envie d’évacuer quelques démons. Comme tout le monde. Mon introduction fait l’éloge de Montréal en laissant sous-entendre quelques exclusions que j’énumère plus bas. Et je pourrais le faire pour bien des villes. Mais si tu dis que je suis un gars pas stressé, alors tu ne me connais pas assez (eh eh).

  4. Moi c’est la campagne qui me stresse. Être obligée de prendre l’auto pour aller chercher du lait. Avoir le rhume des fois, donc ne pas oublier les anti-histaminiques avant d’aller chez maman sinon prendre l’auto pour aller à la pharmacie en chercher. C’est stressant être pognée derrière un tracteur qui roule pas et qu’on peut pas dépasser à cause de la ligne double sur le rang de campagne!! Ouf.. ça fait du bien! merci pour la tribune 😀

  5. Et les bus pleins à craquer.
    Et les centres d’achat qui débordent.
    Et la vie chère et…
    A très petites doses pour moi, les grandes villes, à doses homéopathiques…..

  6. Toutes les villes et villages ont leurs problèmes. Comme je ne trippe pas sur la ville (pas en ce moment, du moins) ni sur la campagne (la vraie!) je me sens bien… chez moi. Le transport en commun, les départs, les ethnies, les trafiquants de drogue; c’est comme Montréal… avec quelques milliers d’habitants en moins. Et puis si jamais on s’en ennuie, ça se fait en une heure!

  7. Ah les Montréalais… Si c’est pas la métropole et ses trois millions et demi d’habitants, c’est forcément un champ de blé d’Inde avec quelques cabanes sur le long de la route ! C’est justement cette ignorance inconsciente qui me purge chez vous des fois… Ya des dizaines de villes entre 10000 et 750000 habitants au Québec en passant. Tous des endroits où vous pourriez vous perdre easy, si on avait l’idée de vous garrocher là.

    Autre chose (Amélie, je te pointe du doigt 😉 : j’habite dans une ville qui fait 0.23% de la population de Montréal et sa banlieue, pourtant je te gage 1000 piasses que j’ai plus de trucs et de commerces, essentiels ou non, dans les trois kilomètres autour de chez moi que dans n’importe quel secteur de Ville St-Laurent…

    Sans rancune. J’aime bien Montréal, sérieux. Plusieurs de mes meilleurs amis y sont. C’est juste que des fois on frôle l’overdose, surtout quand on entend que c’est ville ou campagne, sans rien entre les deux.

  8. J’ai fait un p’tit test aussi :

    1- Temps que ça me prend pour me procurer une pinte de lait, à pied : 1.5 minutes

    2- Des médicaments : 2.5 minutes

    3- Louer (ou acheter) un DVD : 4 minutes

    4- Gazer mon auto : 1.5 minutes (en auto, ça j’y vais jamais à pied)

    5- Jouer au golf, à pied : 9 minutes

    6- Trouver des dizaines de kilomètres de sentiers pédestres : 4 minutes

    7- L’épicerie la plus proche : 2 minutes

    8- Restaurant le plus proche : (quatre au choix) entre 1.5 et 4 minutes

    9- Ne pas avoir à rester à Pointe-Aux-Trembles : priceless.

    J’aime bien vous agacer, mes chéris 😛

  9. Voici ce qui me fait détester Montréal:

    1) Les gens sont hyper individualiste. Tu te ferais tuer sur un coin de rue que personne ne broncherait.

    2) Je ne veux pas généraliser mais d’après ce que j’ai vu. Si tu as appris à conduire à Montréal, t’es un chauffard. Des U-Turn, brûler des feux rouges, tourner sur les piétons qui traversent, coller au cul de l’autre… J’ai hâte qu’on me prouve le contraire.

    3)Tout le monde est trop pressé… pas capable d’attendre 2 petites minutes, patiente un peu, tu mourras pas.

    4) Se faire réveiller par un téléphonne qui diffuse un message enregistré, j’en eux pas de balayeuse moi!!

    5) Se faire harceler par les Jesus freak un peu partout, non je ne veux pas une bible gratuite.

    6) La saleté des rues et l’apparence de la ville en général me désespère.

    7) Penser que Montréal est le centre du Québec et que tout ce qui a autour c’est des villages…

    8) Les SDF qui quêttent partout… tu peux même plus te promenner tranquille sans te faire harceller. Je veux bien en aider quelques un de temps en temps, mais je peux pas tous les faire vivre…

    9) La pollution qui te fait suer et te rends collant dès que tu fais le moindre pas dehors…

    Y a des trucs bien à Montréal, mais je peux trouver tuot ce que j’ai besoin et plus encore dans les autres villes… alors pourquoi endurer tous ces désagréments…

  10. Moi pense qu’il y a beaucoup d’incompréhension et d’intolérance dans l’actuelle discussion. Mon article n’initiait en aucun point du « Montreal Bashing ». Je voulais juste me défouler sur certaines choses isolées, comme j’aurais pu le faire sur n’importe quelle ville du Québec.

    J’ai vécu en profonde campagne (St-David-de-Falardeau), dans une ville moyenne (Saguenay) et maintenant dans une grande ville (Montréal). Dans les trois cas, je peux dire qu’il y a des bons côtés comme des mauvais. Pour ce qui est de la proximité des services (toujours essentiels ou non, pour répondre à M. Habel), je suis loin d’être à plaindre.

    1- Temps que ça me prend pour me procurer une pinte de lait, à pied : 45 secondes.

    2- Des médicaments : 58 secondes

    3- Louer (ou acheter) un DVD : 4 minutes et un autre à 6 minutes

    4- Gazer mon auto : 1.5 minutes (en auto, ça j’y vais jamais à pied)

    5- Jouer au golf : pas intéressé

    6- Trouver un coin de nature : quelques parcs à 2-3 minutes… et le jardin botannique à 8 minutes.

    7- L’épicerie la plus proche : 7 minutes

    8- Restaurant le plus proche : 20 secondes

  11. Et je rajouterais dans mon cas :

    10 – Bar le plus proche : 13 secondes (mais il est plutôt miteux 😉

  12. Dans mon cas, le bar le plus proche se trouve à environ 3 minutes de marche, mais c’est un peu « vieux jeu » et crasse aussi.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2386 , 1