DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

Pourvu que ce ne soit pas trop urgent!

Par • 12 juin 2008 à 11:49

Je vous écris ce matin du confort de mon foyer  avec la tête qui va bientôt m’éclater.  Depuis une dizaine d’années, je fais des sinusites plusieurs fois par année.  Pour ceux qui en douteraient, c’est extrêmement douloureux.  En fait, tout ce qui se termine en « ite » fait particulièrement mal.

 

Aujourd’hui par contre, je ne me sentais pas assez bien pour aller travailler.  D’ailleurs, le simple fait d’écrire ce texte me fait couler des larmes de douleurs.  Mais pourquoi n’as-tu pas été voir un médecin me direz-vous?  Eh bien, j’ai eu la « chance » hier soir de découvrir le merveilleux CHUM (Centre hospitalier universitaire de Montréal) ou l’hôpital St-Luc si vous préférez.  C’était la première fois et sûrement la dernière fois que je vais dans cet établissement de santé.  Déjà à mon arrivée, il y avait au moins une trentaine de patients à l’urgence dont plusieurs attendaient depuis de longues, très longues heures.  Tout ce que je voulais, c’est qu’on confirme mon auto-diagnostic, qu’on me prescrive des antibiotiques et que je puisse soulager cette douleur insoutenable.  Malheureusement pour moi, je n’avais pas choisi ni le bon temps, ni le bon hôpital.  Le soir à l’urgence dans un hôpital du centre-ville de Montréal, c’est pas une partie de plaisir.  Les ambulances arrivent à pleines portes avec des junkies en overdose, des itinérants mal en point et des prostitués amochées.

 

Mais je m’y attendais un peu.  J’ai donc attendu.  Une heure, puis deux, puis trois, puis finalement 9 heures plus tard après avoir passé la nuit assis sur la chaise de l’urgence à me tordre de douleur, on m’annonce qu’il y a un seul médecin en poste la nuit et que sa charge de travail est si lourde qu’il ne s’occupe que des cas graves jusqu’à l’arrivée du quart de jour le lendemain matin… Un seul médecin de nuit à l’urgence de l’hôpital le plus achalandé du centre-ville de Montréal?  Est-ce que quelque chose m’échappe?

 

Bref, j’attends patiemment que mon médecin de famille me donne un coup de fil pour que je puisse enfin obtenir soulagement à cette douleur horrible qui me martèle la tête et que je puisse retourner à l’ouvrage.  Merci système de santé de m’avoir fait attendre toute la nuit pour rien à l’urgence et conséquemment de m’avoir fait manquer une journée de travail.  Merci de cette belle humanité.

 

Toute la nuit en attendant, j’avais d’ailleurs cet écriteau devant moi qui disait que l’hôpital ne tolérait pas la violence verbale ou physique à l’endroit du personnel.  Mais en contrepartie, j’étais « en droit d’obtenir des soins de santé de qualité et HUMAINS conformes à mes attentes. »  Eh bien, 14 heures après mon passage à St-Luc, j’attends toujours…

Par
Lire les 241 articles par

2 Réponses »

  1. Ah cher Dominique, comme je te comprends! Moi qui déteste aller voir les médecins, je souffre d’un tourni et d’une fièvre épouvantable depuis samedi et je me suis résignée à aller faire la file à la clinique lundi matin. Heureusement pour moi, l’attente n’a été que de 2h et je dois souligner l’excellent travail efficace de la clinique Physimed. Le malheur c’est que je souffre d’une maladie en « ite » moi aussi, une labyrhyntite. Viens donc pleurer sur mon épaule que nous échangions nos virus! 😀

  2. Pauvre Dom, c’est plate, mais ce n’est pas à l’urgence qu’il aurait fallu que tu te présentes mais bien à ton CLSC le matin à 8h pour passer voir le médecin en avant-midi. Quoique très douloureuse (je te comprends, j’en fais aussi) la sinusite reste un cas classique de consultation des cliniques et des CLSC… dommage que tu aies du attendre tout ce temps pour rien…

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1522 , 2