DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

La réalisation

Par • 13 juin 2007 à 0:00

Ça fait quoi concrètement un réalisateur?  Pourquoi on entend toujours parler du réalisateur, mais jamais de l’auteur?  Tout le monde connaît les Martin Scorsese et les Woody Allen de ce monde.  Pourquoi?  Parce que le réalisateur, c’est le maître d’œuvre d’un film ou d’une production télévisuelle.  Il est en charge de tout.  Vraiment tout.

 

Tout d’abord, le réalisateur se voit remettre un budget qu’il doit gérer très souvent en totalité.  Il a comme fonctions de coordonner les différents aspects techniques de la production que ce soit les types de plans, le cadrage, les mouvements de caméra et le déplacement des acteurs.  D’ailleurs, à cet effet, le réalisateur a comme responsabilité de diriger les comédiens en plus de s’occuper préalablement du casting.  Le réalisateur est à la télé ce que le metteur en scène est au théâtre.  Vu toutes ces responsabilités, le réalisateur a comme tâche additionnelle d’embaucher toute l’équipe technique qui l’entourera.  C’est lui qui distribue les budgets aux costumiers, aux accessoiristes, au directeur photo… C’est donc le premier ministre, le whip en chef et le ministre des Finances d’un film!  C’est un one-man-government!

 

Le réalisateur doit respecter la vision de l’auteur tout en apportant un aspect créatif personnel.  Il doit rendre le scénario vivant.  Il le porte à l’écran.  Dans quelques cas, l’auteur est aussi le réalisateur ce qui facilite grandement l’ouvrage.  Qui de mieux placé que soi-même pour savoir comment on voit les choses?

 

En plus, le réalisateur doit user de finesse et d’autorité, de latitude et de fermeté, bref, être un psychologue pour gérer tout ce beau monde.  Réussir à faire ramer toute une équipe technique et toute une brochette de comédiens dans le même sens relève souvent de l’exploit!  Il se doit donc d’être créatif, dynamique, motivateur, inspirer le respect et surtout être rassembleur.

 

Il n y a pas vraiment d’écoles qui peuvent former des réalisateurs spécifiquement.  Le mieux est d’apprendre sur le terrain.  En expérimentant soi-même, en côtoyant des réalisateurs ou en commençant au théâtre.  Il ne faut pas oublier que la direction d’acteurs est essentielle!  On peut penser à Yves Desgagnés qui était d’abord un comédien puis un metteur en scène.  Chez nos voisins du sud, on peut penser à Sylvester Stallone qui a laissé s’épanouir le Steven Seagal en lui en écrivant, réalisant et tenant le rôle principal dans son tout dernier long métrage.  Parfois ça fonctionne bien, d’autres fois, on devrait apprendre à déléguer…

 

À surveiller dans les prochains mois; les nouveaux chefs-d’œuvre de l’artiste à la queue de cheval où il agit justement comme auteur/réalisateur/producteur/comédien : Prince of Pistols et Once upon a time in the hood.  Ouf!!  Exigeant avoir autant de talent!

 

La semaine prochaine : La production

Par
Lire les 241 articles par

Une Réponse »

  1. Prince of Pistols ? Est-ce que Steven « Poker face » Seagal va tuer ses ennemis avec des pistolets ? Je vais m’ennuyer de ses célèbres coups à la nuque qui tuait davantage que les fusils d’Arnold.

    En passant, encore un texte intéressant, Dominique. Continue ton bon travail, il y a encore beaucoup de recoins à explorer dans les méandres de la télévision.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1189 , 1