DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Juno : Donnez un oscar à Ellen Page au plus vite! (2007)

Par • 1 février 2008 à 9:27

En m’imaginant naïvement que j’allais voir un film tourné en Alaska, je me suis rendu au StarCité de Montréal avec ma copine. Deux billets pour Juno s.v.p… Les yeux rivés sur l’écran géant, je ne m’attendais à rien d’autre qu’à un simple divertissement. Or, dès les premières notes du générique d’ouverture, déjà, une impression rafraîchissante s’est emparé de mon sens du jugement. Qui est cette Ellen Page ? Serait-je sur le point d’assister à un grand film ?

 

Une grosse pinte de Sunny Delight dans la main droite, Juno fonce sur l’air de l’excellente « All I Want Is You » de Barry Louis Polisar. Et la table est mise…

 

Juno MacGuff (Ellen Page) – qui tient son nom de la mythologie et non de la ville d’Alaska – est une fille de 16 ans qui découvre qu’elle est enceinte après s’être envoyée en l’air avec Bleeker (Michael Cera), son jeune ami sportif qui bouffe des bonbons « Tic Tac » sans arrêt. À partir de ce constat, la fougueuse adolescente décide de partir à la recherche d’un couple pour faire adopter sa progéniture. En peu de temps, elle trouve Mark (Jason Bateman) et Vanessa (Jennifer Garner) dans un journal gratuit. Faisons omission de la suite, surtout par respect des acteurs qui la jouent beaucoup mieux que je ne peux la raconter.

 

Le scénario est en béton. L’histoire défile à un rythme fou, porté par l’énergie (à revendre) de cette jolie Juno qui pourrait défoncer une porte de grange avec un coup de pied. D’ailleurs, Ellen Page est nommée pour l’Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle et elle le mérite amplement. Si ce n’était de Marion Cotillard (La Vie en Rose), de qui on dit beaucoup de bien, Page pourrait devenir l’actrice la plus jeune à recevoir les honneurs (à égalité avec Marlee Matlin qui avait aussi 21 ans en 1986). Mais on s’en fiche des statistiques : donnez un oscar à Ellen Page au plus vite!

 

Dans un registre plus enchanté, la trame sonore est un véritable rayon de soleil. Des pièces acoustiques mélodiques guident le film jusqu’à la fin. On veut inévitablement acheter le disque en sortant du cinéma…

 

Lorsqu’on a envie de revoir un film tout de suite après l’avoir regardé pour la première fois, c’est un signe indéniable de la réussite de celui-ci. Pour ma part, j’attends la sortie vidéo pour entendre la version originale, plutôt que cette traduction boueuse truffée d’expressions françaises minables.

 

Nous ne sommes qu’en février, mais c’est probablement mon film de l’année… Drôle, touchant, beau portrait de la réalité.

 

*****

Par
Lire les 381 articles par

2 Réponses »

  1. Tu as tout à fait raison, Pierre-Luc ! Ellen Page est irrésistible. Quant au film, il est tantôt attendrissant, tantôt hilarant. Juno, c’est la petite soeur qu’on voudrait serrer très fort dans nos bras. C’est aussi comme une peine d’amour ou un coup de foudre : on en ressort le coeur lessivé.

  2. Tout ce qui est dit dans cet article est vrai et je dois dire que tu as su mettre des mots sur les emotions qui m’ont hantee pendant et a la suite du visionnement de ce film. Et je suis extremement contente de voir que je ne suis pas la seule a m’emballer en me disant que cette jeune actrice CANADIENNE! (Halifax) de ma generation soit en nomination aux Oscars en montrant aussi bien son talent a travers une histoire ecrite par une ex-stripteaseuse (oui oui!!)… Enfin, un film a decouvrir et a deguster!

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1626 , 3