DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Borderline (2008)

Par • 1 mars 2008 à 21:39

Kiki a une mère qui est folle. Pourquoi Kiki ne peut-elle pas pleurer? Qu’est-ce qui pousse Kiki à coucher avec tout ce qui bouge, à être un danger privé comme elle se décrit? Pourquoi Kiki reste quand ça fait mal et part quand on l’aime? Aime-t-elle vraiment son professeur de littérature marié qui la retrouve quand il a du temps? Est-ce que Kiki est folle ? 

Vous aurez compris que c’est un film sur Kiki (Isabelle Blais) et, bien que son personnage nous dit qu’elle s’est trouvée et qu’elle ne peut plus se débarrasser d’elle-même, elle continue de chercher la clé de son existence. Elle a manqué d’amour et a joué à la mère avec sa propre maman. Aujourd’hui, elle ne sait pas aimer mais surtout, elle ne sait pas s’aimer.

Mon appréciation du film est l’image même de son titre; je n’arrive pas à choisir entre l’adoration et l’indifférence. Ai-je vraiment été touchée? Est-ce que c’était trop génial que je n’ai pas encore compris le sens subtile derrière toutes ces démonstrations? Il y avait de bons départs qui m’ont laissée sur ma faim et des abus qui ont fini par m’agacer.

J’en suis à me demander si les scènes de nudité omniprésentes étaient vraiment nécessaires. On se serait cru dans un film d’horreur, où la caméra, braquée sur une pauvre victime qui se fait trancher la gorge, montre le sang qui éjacule sans cesse de la blessure béante. Certaines scènes avaient pourtant toute leur place pour décrire l’état d’esprit de Kiki. Je pense à celle au lit avec Mickael, joué par un Pierre-Luc Brillant absolument brillant et une autre, lorsqu’on voit une multitude de visages d’hommes se succéder sur son corps alors qu’elle déballe la liste de ses amants. À noter aussi le rôle muet de la mère internée (Sylvie Drapeau) qui était divin et poignant.

Finalement, l’amour de la grand-mère (interprétée par une Angèle Coutu méconnaissable) pour sa fille et sa petite fille était le seul écran protecteur qui semblait protéger de la cruauté des autres émotions véhiculées dans ce film.

*** ½

Par
Lire les 74 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2761 , 3