DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

You Don’t Mess with the Zohan : du Adam Sandler, sans surprises (2008)

Par • 25 juin 2008 à 22:59

Zohan (Adam Sandler) est un soldat israélien, le meilleur de tous. En fait, il combat les Palestiniens presque à lui seul depuis longtemps. Trop longtemps. Zohan ne fait que tuer du Palestinien, sans pouvoir prendre de vacances. Il décide de feinter sa propre mort afin de vivre son rêve : partir aux États-Unis et devenir styliste capillaire.

 

You Don’t Mess with the Zohan est une comédie typique d’Adam Sandler : elle passe bien le temps sans révolutionner le genre. Dès le début du film, le spectateur est plongé dans un monde rempli d’accents bizarres et de bermudas trop courts et d’entrejambes proéminents. On entre dans cet univers sans trop se poser de questions. C’est un film d’Adam Sandler, après tout. Avec des apparitions de Rob Schneider, évidemment.

 

Une fois le héros bien exposé, on nous présente de multiples gags autour du personnage principal qui ne cadre pas avec le décor. Cette fois, c’est le Zohan, mais on pourrait bien y voir Billy Madison, Happy Gilmore, Bobby Boucher… La recette et les effets sont les mêmes. Avec un bon taux de gags par minute, vous vous esclafferez à quelques reprises, tout au plus.

 

En revanche, il faut avouer que le personnage de Zohan permet une panoplie de gags que ses prédécesseurs ne justifiaient pas. En tant que machine à tuer (littéralement), Zohan autorise des scènes d’action (exagérées) en bonne et due forme. Il s’agit sans doute des moments forts du film, notamment la musique qui accompagne lesdites scènes. Adam Sandler s’en tire plutôt bien et il fait oublier les autres scènes où il doit montrer son amour à Dalia (Emmanuelle Chriqui), la belle Palestinienne de service. Bref, You Don’t Mess with the Zohan est un film à louer, s’il n’y a rien d’autre au club vidéo.

 

** ½

Par
Lire les 99 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1136 , 1