DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique dans le sous-solTrente ans dans la vie de Dominique, c'est loin d'être reposant. Des histoires aussi touchantes que rocambolesques racontées avec humour et sincérité.

Vive les vendredis soirs

Par • 13 février 2008 à 0:00

À 30 ans, mes vendredis soirs se passent souvent entre amis autour d’une bière, d’une partie de hockey ou d’une table de poker.  Vingt ans auparavant, les choses étaient bien différentes.  Les vendredis soirs étaient pénibles, lourds et interminables.  C’était l’époque des petites sorties en famille.  Autopsie d’un de ces fameux vendredis soirs.

 

Alors que je revenais de l’école primaire où j’avais probablement passé la journée à terroriser mes petits camarades de classe pour ainsi écoper d’une copie de 50 pages du dictionnaire, ma mère, elle, se préparait à cette merveilleuse soirée de déplacements, de dépenses et de gâteries.  Après m’avoir arraché presque tout le visage à me faire récurer par une débarbouillette, nous étions fin prêts à partir.  Ma mère n’a jamais eu les mains délicates…  Souvent nous allions manger au Coq Rôti et plus.  Eh oui, nous avions le Coq Rôti et le Coq Rôti et plus.  Après un long litige en cour, le Coq Rôti devient Benney BBQ en l’honneur du propriétaire qui venait de perdre sa cause.  Nous devions aussi faire la commande.  Nous avions alors le choix entre le Dominion, le Steinberg et l’Héritage.  Depuis cette époque, je n’ai jamais revu aucune de ces bannières.

 

Puis vint le magasinage!  Quelqu’un se rappelle de Towers?  Miracle Mart?  Giant Tiger? Simpsons-Sears?  Woolco?  Woolworth (qui ressemblait étrangement à Jack Layton)?  Nous avions même un Tante Marie!  Ça c’est du luxe mes amis.  Une longue, longue soirée dans les magasins à faire chacune des allées une par une.  Pendant que mes parents arpentaient les départements des outils et du linge, je furetais dans les jouets.  Lorsque je trouvais quelque chose qui me plaisait, j’allais le montrer à ma mère qui déclinait souvent vu le prix trop élevé.  Ne reculant pas devant ce refus, je retournais dans l’allée des jouets et je changeais le prix pour une étiquette en affichant un beaucoup moins chérant.  Maman ne m’avait-elle pas dit que l’article était trop cher?

 

Une fois à la caisse, nous devions payer (évidemment).  Comment réglions-nous la facture?  Comptant?  Carte de crédit?  Débit?  Nah!  Rien de tout ça!  Ma mère sortait alors de son porte-feuilles, une carte affichant le logo du magasin en question où il était écrit : « Carte autorisant le paiement par chèque »  Oui, oui, on payait par chèque chez K Mart ou Zellers!  Préalablement, il avait fallu remplir un formulaire pour obtenir la carte de paiement par chèque.  Spécial, non?

 

Donc, les bras bien chargés, on retourne à bord de notre voiture, une Zephyr Z-27 noire au toit beige.  Vous savez, un de ces bateaux où on peut asseoir trois personnes sur la banquette avant?

 

Sur le chemin du retour, nous passions par le dépanneur pour ramasser du lait et des cigarettes pour maman. À l’époque, il n y avait pas encore d’épidémie de Couche-Tard.  Les bannières étaient celle de Mac’s (acheté par Couche-Tard), Pinto et Perrette (acheté par Couche-Tard).  Petit détail intéressant; presque tous les dépanneurs du quartier avaient une machine d’arcade à l’intérieur où se réunissaient les jeunes pour jouer pendant des heures à Street Fighter ou Arkanoid.

 

De retour à la maison, je pouvais enfin jouer avec mes nouveaux trucs achetés à rabais jusqu’à l’heure du dodo pendant que mes parents écoutaient les nouvelles à Télé-Métropole.  Puis ma mère écoutait son épisode de « The young and the restless » enregistré sur une cassette VHS alors que Brad était captif dans une cage par son ex-femme Lisa.  Mon père, de son bord, écoutait Twilight Zone et L.A. law également enregistré sur VHS, mais celui-ci, obtenu gratuitement avec nos points du Club Z!

Par
Lire les 242 articles par

2 Réponses »

  1. Je tiens à dire que Le tigre géant ça existe encore, y’en a un à St-Rémi sur la rive sud de Montréal 😛

  2. Oui il en reste à Gatineau aussi! Tante Marie également est encore (hélas) bien vivante 😉

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 4000 , 1