DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique Habits du dimancheLes écrits restent, les habits du dimanche s'envolent. Des mots du passé qui résonnent aujourd'hui.

Séjour trifluvien

Par • 8 juillet 2007 à 0:00

Habituellement, mes chroniques sont nostalgiques. Et par définition, la nostalgie est un état de tristesse causé par le désir de revivre un souvenir passé. Généralement, ce passé est plus ou moins lointain. Or, aujourd’hui je ressens de la nostalgie pour ma journée d’hier, alors que je revoyais ma blonde pour la première fois depuis deux semaines, lors d’un court séjour à Trois-Rivières.

 

C’était la première fois que je mettais les pieds dans cette ville. J’y suis déjà passé, comme tous les gens qui empruntent la 40 entre Québec et Montréal, mais je ne m’y étais jamais arrêté auparavant. Et je dois avouer que j’ai plutôt apprécié mon passage.

 

À mon arrivée, nous nous sommes rendus directement au motel Super 8 où ma chère copine et moi avons passé l’après-midi, la soirée et la nuit. Nous avons évidemment profité de la piscine, de la glissade d’eau et du bain-tourbillon. Nous avons aussi eu la chance de regarder le film Dream House, mettant en vedette… aucune vedette. Quel navet remarquable! C’est l’histoire d’une maison dotée d’un ordinateur central qui finit par prendre le contrôle de la famille qui habite ladite maison. Heureusement, j’étais avec mon amoureuse et je vous épargne quelques détails intimes.

 

Le lendemain, c’était l’immersion culturelle. Nous avons visité le Musée québécois de la culture populaire, adjescent à la prison que nous avons aussi visitée.

 

Le Musée

Mon plus grand plaisir, je l’ai retrouvé dans l’exposition Le phénomène Passe-Partout. Juste pour la nostalgie (d’un passé lointain cette fois-ci). Quelle joie de voir les réels costumes des comédiens, de revoir les articles promotionnels que j’ai quasiment tous possédés, les décors, les voix… tant d’images de ma jeunesse. Seul petit bémol : ils auraient pu exposer les marionnettes de Pruneau et Canelle. Et que dire de celle de Perlin!

 

Les autres expositions étaient « L’Art de s’évader » (exhibition d’art fait par des détenus), « Passion d’un collectionneur » (euh, des objets), « Accro du vélo » (plein de vélos, des vieux et des plus récents), « Prendre le bois » (de l’art amérindien, des peintures thématiques, l’ambiance d’un chalet) et « L’Ogre de la forêt à Gaultier » (basé sur une légende trifluvienne). Toutes les expositions étaient relativement intéressantes et se parcouraient en quelques minutes pour l’observateur furtif.

 

La prison

Le tour des cellules, en compagnie du guide Normand qui est un ex-détenu, était une belle expérience. C’est bien de pouvoir mettre des images sur toutes les histoires que l’on peut lire dans les journaux ou voir à la télé et dans les films. Les histoires de Normand, un homme qui s’est repris en main, représentent de belles leçons d’humilités.

 

Mais toute bonne chose à une fin et je suis de retour à Montréal, seul dans l’appartement. Je devrai attendre encore plusieurs semaines avant de revoir ma copine. Mais ces petits souvenirs auront le mérite de me faire patienter avec un peu plus de joie.

 

Aaaaah l’amour!

Par
Lire les 376 articles par

Une Réponse »

  1. Pour ton information, on utilisait plusieurs marionettes de Canelle et Pruneau pour le tournage de l’émission, mais les seules qu’on peut encore observer serait exposées à Télé-Québec.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1082 , 1