DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

The Strokes – First Impressions Of Earth (2006)

Par • 21 janvier 2007 à 15:18

En v’là une autre bande dont on avait dit (prématurément) beaucoup de bien lors de leur arrivée dans le chobizzniss en 2001 : les Strokes et leur album Is This It ? s’étaient élevés dans la stratosphère du monde musical à la vitesse grand V, avant de retomber tout aussi rapidement dans un oubli dont la plupart ne se relèvent jamais. Après un second album bien reçu par la critique mais démoli par des ventes quasi anémiques (ordinaire Room On Fire), voilà que le quintette newyorkais revenait des morts dans les premiers jours de 2006 (le 3 janvier exactement, ce qui est plutôt rare), avec First Impressions Of Earth.

 

Délaissant le son lo fi et un peu old school qui avait caractérisé leurs premiers essais, le groupe du caverneux chanteur Julian Casablancas adopte aussi avec cet album une facture plus rock, parfois même grunge sur les bords (Juicebox, You Only Live Once, Vision Of Division), mais conservant plusieurs passages rappelant à fond les années 70, que ce soit la période pré-synthétiseur (Ask Me Anything), ou les moments de gloire d’un Bowie en puissance (Ize Of The World). Les Strokes ne délaissent pas non plus leur humour, qui se retrouve plutôt dans les beats que dans les mots (Red Light). Cependant, la voix éraillée et parfois relâchée de Casablancas peut en agacer plusieurs, et malheureusement, après une bonne première moitié de disque, on assiste à un essouflement, voire un petit effondrement à partir de la neuvième pièce.

 

Les Strokes ont un peu changé, mais surtout, ils se sont améliorés. Est-ce à dire que leur réputation n’était pas, au départ, surfaite ? Je crois toujours qu’elle l’était, mais avec cet album honnête, on se dit qu’ils méritent également beaucoup mieux qu’un oubli catégorique.

 

J’ai particulièrement aimé :
 – « Juicebox »
 – « You Only Live Once »
 – « Razorblade »

 

Note : ***

Par
Lire les 155 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1292 , 1