DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

Star Académie et moi

Par • 14 août 2008 à 8:30

Pas facile de détester quelque chose, au Québec. Le noir et le blanc ne sont plus des couleurs à la mode ; non, c’est plutôt le gris pâle qui a la cote. À la minute que quelqu’un parle trop fort, on essaie subtilement de le faire taire ou on le ridiculise.

 

Par exemple : je déteste Star Académie, ainsi que toutes les insipides émissions de « téléréalité », d’ici ou d’ailleurs ; je les hais avec ardeur, et avec chaque centimètre de mon corps. Et si j’ai le malheur d’exprimer mon opinion à proximité d’un adorateur ou d’une adoratrice de la formule, j’ai inexorablement droit à une réprimande verbale en règle ; cela varie entre l’accusation de jalousie et une grossière tentative de ruiner ma crédibilité, via un sophisme que n’aurait pas renié les philosophes de la Grèce Antique (« puisque je n’écoute pas d’émission de téléréalité, je n’y connais donc forcément rien »), le tout immanquablement agrémenté d’un simple mais ferme dédain exprimé avec passion. Autrement dit, si on aime ce genre de merde, c’est tout à fait normal de l’exprimer ; après tout, aimer quelque chose, c’est forcément plus positif que la détester, non ? Et si on n’aime pas, c’est qu’on n’a pas compris, ou qu’on est à coup sûr un artiste wannabe minable qui a été refoulé aux auditions. Dans tous les cas, ta gueule mon gars. Si t’aimes pas, t’as qu’à ne pas en parler, après tout. En parler, ça fout la pagaille, et la pagaille c’est pas bien. Case closed.

 

La problématique, mes amis,  est malheureusement un peu plus complexe que « je vais donc refouler mes émotions et mes opinions pour ne pas confronter ces gens qui vivent dans les rêves des autres ». Avec la quatrième mouture québécoise de l’académie viendra bientôt une étouffante promotion, la convergence des médias dans toute sa splendeur, la machine Québécor, bien huilée, qui va produire à fond la caisse. On aura droit aux articles spéciaux en magazine entre deux nouvelles de séparation sur un imbécile X de Loft Story ; on nous exposera aussi aux plogues dégoulinantes d’opportunisme sur les stations de radio de la province, aux présentoirs de DVD des meilleurs bouttes du show du dimanche dans les Maxi et Cie., les sorties CD dominées par les clones cheap de Wilfred et Marie-Mai. Même si je n’ai pas la télé chez moi, impossible de rater le « phénomène » Star Académie, ce concours amateur élevé au rang d’élection pour les Dieux de l’année, la seule et unique référence musicale et culturelle au Québec, final et sans appel. Une énorme mascarade basée sur le pouvoir d’une image créée de toutes pièces, et la mise en scène de ce pouvoir à travers tous les médias. Et cette concoction douteuse, on vous l’enfonce dans la gorge que vous le vouliez ou non.

 

Quand Star Ac’ 4 va commencer, je vais le savoir. Et ce n’est pas parce que je n’ai pas la coupole, et que je n’écoute pas la radio (étant animateur d’une émission du retour en semaine, je répugne quelque peu à ramener du travail à la maison), que je vais manquer le coup de départ pour autant. Le bombardement média finira bien par m’atteindre d’une façon ou d’une autre. Un peu comme Alex dans Orange Mécanique, nous sommes tous forcés de regarder la parade passer, et si possible en silence.

Par
Lire les 155 articles par

8 Réponses »

  1. Ce n’est pas juste les médias qui vont nous bombarder. TOUT LE MONDE va en parler un peu partout. Au travail, dans la rue, dans l’autobus… C’est un phénomène duquel on n’échappe pas, tu as raison.

  2. Le fait que René Angélil s’acoquine avec Star Académie est le sommet de la bêtise. Comment justifier l’implication de cet homme qui a sué à grosses gouttes pour imposer sa protégée ? Il a mis plusieurs années et d’innombrables efforts pour atteindre son but. Et voilà qu’il va parrainer des vedettes instantanées, propulsées à l’avant-scène sans le moindre apprêt. C’est à n’y rien comprendre. Triste à dire mais ces jeunes sont à plaindre; la plupart ne sont probablement pas méchants, seulement naïfs… Certains ont probablement du talent mais ledit talent sera bouffé tout cru par la démoniaque et insatiable machine des Productions J. Bravo pour ce beau texte, Jonathan : il renferme une bonne part de vérités que les futur(e)s académicien(ne)s comprendront sans doute un jour (mais peut-être trop tard).

  3. « Star Académie » est le reflet d’une bêtise qui va au-delà de la télé-réalité. Cette émission témoigne d’un manque flagrant d’idées de nos penseurs télévisuels, puisque le concept est piqué d’une émission américaine, comme tant d’autres. Bref, trouver une émission qui fait grimper les cotes d’écoutes sans trop se fatiguer les méninges. Cela témoigne aussi de l’américanisation galopante du Québec en matière culturel, en particulier dans la conception de stars instantanés « pour une poignée de dollars et pour quelques dollars de plus ». La chanson québécoise connait donc une grosse wal-mardisation et nous, petit peuple ignorant, on se laisse prendre par ses beaux atours, quoique d’autres pays aussi sont tombés dans le panneau.

  4. j’ai fait un lien vers ce merveilleux texte sur mon blog!
    🙂

  5. @Pierre-Luc : ouais, et ça c’est peut-être le pire… ça fait autant de gens avec qui on n’a aucune envie d’avoir une conversation… quel dommage, et quelle perte de temps.

    @Richard : Excellent point. Ces jeunes ont parfois, oui, du talent, à défaut d’avoir la moindre parcelle d’originalité. Et ce talent sera brûlé par la machine dans le temps de le dire. Une fois leur nom associé au bulldozer de la StarAc, ils se seront aliénés tout un secteur du public musical québécois. Parce qu’on ressort toujours de Star Académie avec des étiquettes : vedette-minute, promotion démesurée par rapport au réel talent, chanteur / euse pop bonbon sans versatilité. Quand à notre gros René, je le soupçonne d’avoir encore des signes de piasse dans les yeux.

    @Mathieu : Autre excellent point. À l’heure actuelle, qu’est-ce qui différencie la musique québécoise taillé sur mesure pour le FM, et les autres artistes nord-américains et britanniques du même acabit ? La langue. Et encore, nous on a droit à des « emmène-moi danser sur la Lune », « pourquoi ai-je tant de mal à lui dire que je l’aime », et autres phrases tellement sucrettes que le coeur nous lève. De la musique comme ça, c’est presque surprenant qu’il existe du piratage illégal pour ça.

    @Yay : Eh, merci ! J’en suis honoré.

  6. Ca résume tellement bien le phénomène, j’ai eu une bouffée de nostalgie de l’âge d’or du forum de Star Épidémie!

    Comme tu dis, si on n’aime pas ça, on n’a pas le droit de parole; Pourtant, il semblerait que ceux qui aiment ça ont tout à fait le droit de nous harceler (et je parle ici des publicités, des revues, de la radio, etc.). C’est tellement vrai que des gens venaient jusque sur le forum de Star Épidémie pour nous dire de nous la fermer, sans même qu’on soit aller donner notre opinion sur le forum de S.A.! Excellent move de PKP de rendre ce forum payant d’ailleurs : si tu t’y inscris pour crier des insultes aux fans de S.A., non seulement tu te fais ramasser mais surtout, PKP est payé alors il s’en contresacre de ce que tu as à dire! Génial!

    A propos du sophisme « puisque je n’écoute pas d’émission de téléréalité, je n’y connais donc forcément rien », j’ai déjà demandé à un pro S.A. (qui venait évidemment de m’accuser de parler en méconnaissance de cause) de me dire le nombre exact d’émissions que je devais écouter pour avoir le droit d’avoir une opinion. Si on n’en écoute aucune, on se fait dire qu’on n’y connait rien mais si on les écoute toutes, on se fait dire : « t’haïs ça mais tu l’écoutes quand même, alors au fond t’aimes ça et ton avis ne vaut rien! » J’attends toujours de connaître ce nombre.

  7. Il est vrai que nous allons être bombardés de toutes parts et je n’appuie pas non plus toute cette convergence médiatique. Toutefois, je ne peux m’empêcher de penser aux jeunes qui vont y participer. Certains ont beaucoup de talent et quelques uns vont sûrement en sortir gagnants. Même si c’est vrai que ce sont des vedettes instantanées, ceux qui se seront véritablement démarqués seront encore dans le paysage artistique dans quelques années. Je ne suis pas le plus grand fan de Marie-Mai mais force est d’admettre que ça marche pour elle! Peut importe d’où elle vient, elle est encore là aujourd’hui. Pensez tous à votre plus grand rêve un instant et demandez-vous pourquoi vous ne sauteriez pas sur une occasion en or de le réaliser! S’ils faisaient un concours du genre « Écrivains-dramatiques-académie », c’est certain que je m’y inscrirais! Il est pas évident de percer dans le milieu artistique alors pourquoi ne pas profiter de la machine qu’ils mettent à notre disposition pour faciliter l’entrée dans le milieu?

  8. Oui, moi aussi je déteste cette émission de m*rde qu’est Star Académie ainsi que les autres télé-réalités qui ne sont que de vulgaires copies l’une de l’autre. Si ça continue ainsi, le seul métier que les gens pourront exercer sera celui de chanteur et ce sera dommage pour ceux qui savent pas chanter. De plus, le fait que René Angélil fasse parti de ce cirque rend la chose encore plus bizarre.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 3046 , 2