DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

Raine Maida – The Hunter’s Lullaby

Par • 6 janvier 2008 à 22:42

Aujourd’hui, peut-être que vous ne le reconnaîtriez même pas. Michael Anthony Maida, de son véritable nom, est le chanteur de la formation canadienne Our Lady Peace, avec laquelle il aura d’ailleurs écrit six albums en studio. C’est en 2006 qu’il tente sa chance en solitaire, avec la sortie de Love Hope Hero, un EP qui proposait quatre chansons. C’est à ce moment que Raine se lance dans l’écriture de son tout premier disque solo, The Hunters Lullaby, qui a été mis en marché le 13 novembre dernier. Bien qu’étant l’artisan principal de The Hunters Lullaby, Raine a écrit la majeure partie des chansons en compagnie de sa femme Chantal Kreviazuk. Celle-ci joue d’ailleurs au piano et on peut l’entendre sur quelques chansons du disque.

 

Pas besoin d’aller bien loin pour constater que Raine n’utilise que partiellement le style de Our Lady Peace, contrairement à ce qu’on aurait pu penser. En fait, le côté acoustique a été énormément mis à l’emphase. Naturellement, notre premier réflexe serait de croire que Raine a tenté de forger sa carrière solo sur une note plus acoustique, exactement comme Dallas Green l’a fait avec City & Colour, mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas le cas, puisque The Hunters Lullaby propose un petit quelque chose de spécial. On parvient à sentir quelques morceaux plus rythmés, voire même folkloriques par moment. Il ne faut pas se le cacher, le disque offre tout de même une belle variété de mélodies.

 

On ne peut pas passer sous silence la richesse des écrits de Raine. On pourrait presque croire que les paroles de ses chansons sont en fait une sorte d’autobiographie bien camouflée, même si ce n’est pas tout à fait le cas. Il n’en demeure pas moins que nous avons droit à une belle expérience au niveau des textes.

 

La magie de ce beau mélange vient toutefois s’estomper au fur et à mesure qu’on progresse sur le disque, qui soit dit en passant, est relativement court. On sent que notre vocaliste d’Our Lady Peace conserve un thème similaire sur plusieurs chansons, eux qui semblent se répéter de plus en plus vers la fin du disque.

 

Saviez-vous que…

Michael Anthony Maida s’est associé avec Warchild Canada afin d’amasser des fonds pour la fondation. Il a joué ainsi pendant une journée entière, parfois en solo, parfois accompagné de passants, dans les rues de Toronto. Il fut suivi de près par une équipe de caméramans qui ont capturé les images de cette magnifique journée. Les images ont par la suite constitué le vidéo clip officiel de la chanson Yellow Brick Road. En tout, a pu amasser 30 000$ et permis la reconstruction d’une école au Congo. Les constructions ont débuté au mois de décembre dernier. Vous pouvez visionner le clip en cliquant ici. En conclusion, Raine Maida réussi à bien s’en tirer, mais sans plus. Malgré le fait qu’il apporte une belle variété musicale, la linéarité de ses chansons vient ruiner le produit fini. Il s’agit toutefois d’un bon achat pour les incontestables fans d’Our Lady Peace, même si The Hunters Lullaby ne les tiendra pas en haleine bien longtemps.

 

***

Par
Lire les 37 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1995 , 2