DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

Quiz 101 pour les nuls

Par • 31 octobre 2007 à 0:00

À la télé, il y a un public pour tout!  Certains vont saliver à savoir si Francis sera le prochain à sortir du Loft tandis que d’autres préfèrent chialer contre Kovalev. Et à travers tout ce beau monde, il y a aussi ceux qui suivent assidûment tout ce qui s’appelle quiz!

 

La fille enceinte habillée en fermier va-t-elle déjouer le Banquier?  Mme Latulippe va-t-elle choisir l’œuf ou l’enveloppe?  Roger connaît-il assez la famille Plouffe pour gagner le voyage en Gaspésie à Tous pour un?

 

Les quiz ont toujours causé un certain engouement.  Chez nos voisins du Sud, il y en a qui sévissent depuis des années.  On pense à The Price is right, Wheel of fortune, Jeopardy ou encore Family Feud qui a survécu à d’innombrables animateurs passant de Richard Dawson à Louie Anderson.  Pourquoi cet intérêt pour les quiz ?  Au fond, on s’en fout que Shirley gagne la roulotte à The price is right !  Je serais tenté de croire que c’est notre propre désir de participer et surtout de gagner à un de ces quiz qui nous poussent à s’y intéresser autant.  Et surtout, que plusieurs d’entres eux sont très accessibles.  Ça ne prend pas une lumière pour participer au Banquier !  Juste un peu de couilles et une personnalité flamboyante.

 

Aujourd’hui, avec Loto Québec, les grands prix dans les quiz sont plus intéressants.  Par contre, il y a quelques années, c’était très amusant de voir ce qu’on offrait aux participants.  Dans la version québécoise de Wheel of fortune, Donald Lautrec faisait miroiter aux aspirants rien de moins qu’un an de commandes chez IGA !  On est loin de la Cadillac à 50 000$ !  Et au lieu d’offrir un voyage d’une semaine au Japon, on offrait deux jours dans une auberge dans les Laurentides… De toute beauté !  Vous rappelez-vous de Lyne Sarrazin, l’hôtesse de La roue chanceuse ?  Elle avait été choisie parmi des milliers de filles venues auditionner.  Elle était supposément la plus belle… Je n’ose pas imaginer les autres…

 

Pourquoi au Québec, tout doit paraitre plus cheap ?  Regardez le Cercle avec le trop-omniprésent Charles Lafortune et comparez l’émission à la version française La Cible.  Le décor semble tellement minuscule ici.  La musique semble tout droit sortie des années ’80 et les prix sont aussi alléchants que des prix de présence au party de bureau à Noël.  Et surprise !  La majorité de ces quiz à petits budgets finissent par mourir après quelques années faute de cotes d’écoutes.  Je pense à Lingo, Presse-Citron ou d’autres retentissants échecs comme L’épicerie en folie… Pitié !  Je n’aime pas le Banquier parce que c’est abrutissant mais au moins, on y a mis du budget.  Les lots sont alléchants.  Et conséquemment, le monde l’écoute !  Vous imaginez Who wants to be a millionaire version québécoise ?  Ça s’appellerait probablement Qui veut gagner 100 piasses !  D’ailleurs notre version de Wheel of fortune ne s’appelait-elle pas La roue CHANCEUSE ?

 

Et comme un collègue écrivait dans les pages d’un hebdomadaire, le public en général ne veut pas se casser la tête.  On va écouter le Banquier et la Poule 100 fois avant de se taper un quiz intellectuel à Télé-Québec.  Des fois qu’on se rendrait compte qu’on est pas si cultivés qu’on le pense…

Par
Lire les 242 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 3307 , 2