DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Pirates II : Stagnetti’s Revenge (2008)

Par • 27 octobre 2008 à 11:41

Après avoir causé la mort du pirate Victor Stagnetti (Tommy Gunn), le capitaine Edward Reynolds (Evan Stone) et sa subalterne Jules Steel (Jesse Jane) sont en quête de nouvelles aventures comme chasseurs de pirates. Ils décident d’acquérir la liberté d’une ancienne ennemie devenue alliée, en partant à la recherche d’une pierre magique volée par la redoutable Xifeng (Katsuni).

En regardant la pochette de ce DVD, vous allez probablement vous poser certaines questions. Pourquoi les acteurs ont-ils des noms farfelus ? Pourquoi est-ce qu’il n’y a que de plantureuses demoiselles sur la couverture ? Pourquoi y’a-t-il la mention « R » à l’arrière ? Ces questions sont pertinentes et voici la réponse… il s’agit d’un film pornographique.

Alors, pourquoi s’en soucier ? Ces films ne sont pas des œuvres d’art. Non ? Eh bien, avec Pirates II : Stagnetti’s Revenge, il y a lieu d’en douter.

Mais commençons du début. S’il y a Pirates II, c’est qu’il y a un Pirates I. Ce premier film, produit en 2005 avec un budget d’un million de dollars, constitue une tentative du milieu porno de faire une œuvre « sérieuse » (tout en « s’amusant »). Le résultat : une flopée de récompenses aux Adult Video News Awards, le prix du meilleur vendeur pendant deux années d’affilée, et ce, avec un film contenant beaucoup d’effets spéciaux, certes, mais un jeu d’acteur tout à fait terrible. Bref, Pirates I est une jolie caricature grivoise de Pirates of the Caribbean, mais sans plus.

Et maintenant, nous avons droit à Pirates II. Bénéficiant d’un budget total de 10 millions de dollars (faisant de ce film le plus gros blockbuster de l’histoire du X, et de loin), les producteurs ont mis le paquet, bien rasé en plus. Et ça paraît. D’abord, ils ont sûrement payé des leçons de cinéma aux acteurs, car ils sont méconnaissables, particulièrement celles qui sont davantage là pour leur prestance orale que pour leur prestance oratoire… L’ensemble du jeu est plus que supportable. 

Les comédiens sont d’ailleurs munis d’un script de meilleure qualité, avec une intrigue sans trous béants, comme c’était le cas dans le premier film. Les dialogues sont corrects, avec une belle dose de clins d’œil à d’autres films populaires. Ce film ne se prend vraiment pas au sérieux. L’action est fluide (sans mauvais jeu de mots) et il y a même des moments humoristiques remarquables. Les blagues sont non seulement voulues, mais elles sont aussi bien construites. Le personnage du capitaine Reynolds, par exemple, est un vrai personnage de comédie. Il inclut même de l’humour dans des scènes « moins comiques » (lire : « sexuelles »). 

Si le niveau de jeu des acteurs se situe presque au niveau de la moyenne, les effets spéciaux, eux, dépassent la plupart des films d’action « normaux ». Il y a de nombreuses scènes tournées avec un « blue screen », des centaines de squelettes animés, un calmar géant qui attaque un bateau, un gigantesque trou dans l’océan, plusieurs scènes de combats chorégraphiées… Ajoutez à cela des costumes d’époque, un décor minutieusement préparé, un éclairage professionnel, une musique franchement bien composée (largement inspirée de la trame sonore de Pirates of the Caribbean) et vous obtenez un autre genre de film d’action. Un film d’action avec des coups de canon et des coups de bassin.

Vous aurez remarqué que, pour une porno, je n’ai pas encore parlé des scènes sexuellement explicites. Si le premier film était assez banal de ce point de vue, le deuxième est beaucoup plus varié, à tous les niveaux. Je n’entrerai pas profondément dans les détails (de toute façon, les acteurs s’en chargent amplement), mais je vous déconseille d’écouter ce film avec des jeans trop serrés.

Si l’on résume, on obtient ceci : un film de pirates, avec de l’action, de l’aventure, du fantastique ainsi qu’une bonne dose d’effets spéciaux. Et de sexe. On ne peut pas dire qu’un gros budget améliore nécessairement la qualité esthétique d’une œuvre, mais dans le cas de Pirates II : Stagnetti’s Revenge, on peut affirmer que ce film se distingue nettement d’un simple prétexte à la masturbation. Est-ce un chef-d’œuvre ? Non. Mais, même si on enlevait les scènes de sexe, ce film en supplanterait beaucoup d’autres médiocres. Alors, lorsqu’on les garde…

Note pour un film porno : *****

Note pour un film normal : ***

Par
Lire les 99 articles par

6 Réponses »

  1. Je ne suis pas un gros consommateur de porno, mais cette fois, tu me donnes le goût (de regarder le film, bien sûr!)

  2. Je me rappelle trop bien quand je travaillais dans un club vidéo et que le premier film Pirates était sorti. Comme la couverture n’est pas si érotique, nous l’avions tout simplement mis dans les films d’actions. Je ne fais que me souvenir les visages des clients lorsqu’ils revenaient porter le film après la location! Ça n’avait pas de prix!

  3. Ha ! Ha ! J’imagine leur face. Surtout que t’as une scène de sexe dans les 3 premières minutes, si j’me rappelle bien. Et disons que c’est sans équivoque. L’évolution de leur pensée a dû se faire comme suit : « Bon, regardons c’te film-là. Whoa, c’est un gros décolleté ça. Ça compense pour son jeu terrible. Oh merde, elle n’est pas la seule à être mauvaise. Mais qu’est-ce que… OK, j’me suis trompé de film. »
    Heureusement, le 2e est vraiment meilleur.

  4. g trouvé ce film mais je ne comprend rien a l’anglais ou peut on trouver des sous titre et est qu’il existe au moins une version francaise

  5. Hum… bonne question. Je ne sais pas si les films XXX ont l’habitude de traduire leurs œuvres. J’aurais tendance à dire que non, mais avec le budget de ce film, on ne sait jamais. Est-ce que tu as vérifié sur le DVD s’il y a une traduction ?

  6. Je pense qu’une version sous titré sortira bientôt ( si ce n’est pas déjà le cas ) car il y a une narration poussé , une vrai histoire des dialogues à prendre en compte … enfin des élément pas négligeable qui ont fait que ce film à un succès hors norme , il va surement avoir une version sous-titré (…).

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 16067 , 2