DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Orange Orange – Tropical Passion (2011)

Par • 9 novembre 2011 à 11:43

Orange Orange - Tropical PassionJ’ai adoré le premier album du duo Orange Orange et j’attendais le deuxième avec une impatience qui s’apparente à celle d’un chat qui veut voir sa gamelle remplie le matin. J’étais fébrile, surtout depuis leur fabuleuse performance aux Francofolies cet été. Maintenant que vous savez que je suis conquis à l’avance, vous pouvez lire ma critique en toute connaissance de cause!

Tropical Passion est un album qui s’inscrit dans la continuité de l’éponyme paru il y a deux ans; on nage dans le beat pop électrisant, on boit du synthé à grande lampées, on se laisser porter par les élans rythmés de la Rototom Party Girl – Lady Sabotage. Dom Hamel rappelle sa fougue, à la bonne heure, avec des riffs qui viennent trancher les mélodies bonbons avec front. Pour le reste, on pousse la programmation à un autre niveau, sans se perdre dans le buzz saturé que laisse parfois transparaître la musique électro-néo-trash-urbaine (oui, je viens d’inventer l’appellation). Enfin, soulignons le joli travail de Marc Bell des Troublemakers au mixage.

Virtuose, une pièce d’ouverture qui donne le ton, qui impose la cadence. Wannabe DJ, le hit de TON automne. Chamoiré, hymne nocturne, balayé par les néons du dance floor. Arrête, chanson qui donne envie de tout… sauf d’arrêter le lecteur CD. J’ai vu, reprise de Niagara qui se fond avec élégance dans le registre d’Orange Orange. Albator, aux saveurs vintage, psychédélique et robotique, un hymne souriant pour les héros du passé. L’ABC de la séduction, un texte conceptuel intéressant qui ferme l’album avec candeur, lueur de chandelle au plafond, avant d’appuyer sur «play it again baby yeah»! Tout ça et plus encore, dans un digipak drôlement osé, aux couleurs de Dunkin Donuts (orange et rose), avec la Sabrina de Milo en frontispice.

Je vous avais dit que j’étais conquis à l’avance?

★★★★½

Par
Lire les 382 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 4088 , 3