DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

Oh cinéma, fais-moi peur!

Par • 1 août 2007 à 10:48

La semaine dernière, je faisais une montée de lait sur les comédies minables et prévisibles qu’on nous sert plus qu’à volonté.  Cette semaine, j’aimerais vous parler d’un autre genre qui m’énerve encore plus que Will Ferrell en collants ou Pee-Wee Herman dans un cinéma pour adultes… Les films d’horreur!

Des comédies, il en mouille!  Des mauvais films d’horreur, on en a des buffets complets semaine après semaine sur les tablettes de vos clubs vidéos préférés.  Même que je crois qu’il y a plus de films de gros méchants monstres éventreurs que de films de Steven Seagal!  C’est une grosse affirmation ça…

Pourquoi a-t-on tant besoin de voir des corps déchiquetés?  Pourquoi a-t-on tant besoin de voir une bande d’ados se faire arracher les trippes par un maniaque masqué?  Est-ce que les massacres à la tronçonneuse font tellement partie de nos vies qu’on doive en faire d’innombrables longs métrages?  Le personnage de Hannibal Lecter méritait-il 4 films en son honneur?  Friday the 13th avait-il besoin d’étirer la sauce jusqu’à se rendre dans l’espace?

J’essaie de comprendre ce qui se passe dans la tête des gens lorsqu’ils s’installent avec leur bien-aimé(e) et un sac de popcorn sur un « chesterfield » moelleux devant  Décadence III. « Écoute chérie, que dirais-tu de regarder des os broyés, des têtes arrachées et des trippes extirpées ce soir, romantiquement? »  « Mais bien sûr mon amour, quel plaisir que de voir du sang gicler partout! »

En sommes-nous rendus à ce point?  Il semble bien que oui à la quantité de films d’horreur qui sortent chaque semaine.  Et soyons honnêtes!  Ça ne prend pas la tête à Papineau pour élaborer un scénario où tout le monde crève un après l’autre.  La seule grosse décision « artistique » à prendre est…. Comment vont-ils crever et quand??  Les têtes pensantes derrière les Final Destination ont bien compris cela et ils offrent même le choix aux assoiffés de sang!  Vous préférez que la fille meure électrocutée ou brûlée vive dans un cercueil à bronzer?  À vous de choisir!!  Vous pouvez même visionner les deux!  WOW!

Bref, je sais que je ne fais pas l’unanimité en levant le nez ainsi sur les films d’horreur mais j’ai toujours eu de la difficulté à comprendre la motivation tordue derrière la création ou même le visionnement d’un tel film.  On est plutôt  loin des films d’épouvantes où on avait vraiment peur; où on faisait des sauts!  Loin sont les Amytiville ou L’exorciste.

Autres temps, autres mœurs comme ils disent!  Il y a 60 ans, on pleurait devait Casablanca et on s’émouvait devant la tragédie de Ben-Hur.  Aujourd’hui, on attend impatiemment le 4e chapitre de I don’t care what you did last summer. Mais à bien y penser… Ben-Hur c’était mal joué et ennuyant en p’tit jésus de plâtre!

Par
Lire les 241 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 972 , 2