DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Nouveau : Clayton MacDonald – Dog Days Of August

Par • 26 juin 2008 à 8:56

Pour Clayton MacDonald, la musique est une vieille amie. Toute sa jeunesse, il a chanté dans les chorales d’église. À l’âge de onze ans, il commence à jouer de la guitare classique. Mais c’est à quinze ans qu’il découvre l’aspect de la musique qui l’attire le plus: l’écriture. Des mots inspirés, des accords séduisants, voilà la recette qui contribue à donner vie à une chanson voire à cristalliser une émotion. Cette découverte capitale, un art traditionnel en constante évolution, sera la force motrice de l’activité musicale chez Clayton. Pour illustrer son propos et sans égard au style, elle le poussera à expérimenter tous les genres. Folk, reggae, blues des Appalaches, rock, soul et r&b font tous partie de sa palette musicale. D’ailleurs, tous les genres musicaux qui ont marqué son adolescence refont surface dans « Dog Days of August ». Il s’agit là d’une musique introspective mais universelle, intime et accessible, comme en témoigne « Plastik » son premier extrait radio.

 

Durant les vacances d’été, Clayton travaille comme garçon de table dans les restaurants de la rue Prince-Arthur; et durant ses temps libres … il y chante. Durant l’année scolaire, il étudie le jazz et l’électroacoustique à l’Université Concordia. En 2003, il réalise et finance lui-même son premier album, intitulé « Womb Temperature ». Un extrait de cet album, « Lightly » est même choisi pour la compilation Café Mélies 2, qui se vend à plus de 12,000 exemplaires, dont 3,000 en France. L’an dernier, en compagnie d’artistes tels que Jean Leloup, Stefie Shock et Djelem Project, on a même pu entendre Clayton dans « Le Zoo » (Orange Music), un hommage rendu au légendaire cinéaste Jean-Claude Lauzon.

 

Pour enregistrer Dog Days Of August aux renommés Studios Mixart, Clayton se joint à Nicolas Petrowski, une collaboration qui se révélera très fructueuse. Au reste, le chanteur montréalais reconnaîtra que « Nick a réalisé l’album et en a fait tous les arrangements; il a toujours su développer le potentiel pop de mes compositions acoustiques avec un sens de l’esthétique irréprochable ».

 

Au sujet de Dog Days of August, Clayton avoue: « ce n’est pas un secret: l’écriture d’une chanson résulte d’un besoin de se confesser et son interprétation se veut souvent une forme de thérapie ». Il va jusqu’à préciser qu’il appréhende l’écriture comme un processus circulaire. À son avis, « l’émotion mène d’abord vers l’intention qui fait naître la chanson. Puis, la chanson provoque une impression chez l’auditeur, idéalement une empreinte de l’émotion initiale ».

 

Avec une parole poétique mais fluide, une musique attachante et une voix prenante, on peut prédire un bel avenir à Clayton MacDonald sur la scène musicale québécoise et canadienne.

 

Relations de presse : Gong Communications 514.495.4520

Site internet : www.claytonmacdonaldmusic.com ou www.orangemusic.net

Par
Lire les 156 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1282 , 1