DimancheMatin.com | Et si la semaine commençait autrement en 2020? :-o   

Mes 10 meilleurs pires films

Par • 20 février 2007 à 17:03

Ce mois-ci, le magazine Maxim nous offre une liste des « 20 Best Worst Movies », à savoir ces films qui, sans être de grandes oeuvres, nous ont divertis par leur côté ludique, bassement comique ou même carrément viril. J’ai décidé à mon tour de vous proposer ma liste des « 10 Meilleurs Pires Films » qui ont marqué mon enfance. En avant la nostalgie !

 

1. Missing in Action (1984)

 

De la chair à canon vietnamienne. Chuck Norris. Que demander de plus ?

 

2. Rocky IV (1985)

 

Rocky contre Drago. L’Amérique contre l’URSS. C’était loin d’être nouveau comme concept à l’époque de la Guerre froide. Or, non seulement ce film renferme des scènes de boxe mémorables, mais c’est dans le quatrième de la série que l’on voit tous les classiques de Rocky : il court dans la neige, il frappe sur une carcasse de viande, il fait des sit-ups dans une grange, il lève des pierres et une charrette remplie de personnes… Et que dire de la réplique d’Ivan Drago : « Je vais te briser ». Ou bien « Cet homme est dur comme de la pierre ». Un bijou.

 

3. Rambo : First Blood Part II (1985)

 

Encore de la chair à canon vietnamienne. John Rambo. Tout est là.

 

4. Naked Gun (1988)

 

Quelle comédie que cette parodie de film policier ! Les deux derniers commençaient à être redondants, mais le premier m’avait agréablement surpris. Y’a-t-il vraiment autre chose que des gags visuels dans ce film ? Difficile à dire. Mais le sérieux de l’agent Frank Drebin (Leslie Nielsen) dans les situations les plus loufoques m’a longtemps fait rire.

 

5. Terminator 2 : Judgment Day (1991)

 

Arnold Schwarzenegger contre un robot du futur qui passe à travers des barreaux de métal. Nous étions impressionnés par pas grand-chose dans ce temps-là…

 

6. Under Siege (1992)

 

Ah ! Les aventures de Casey Ryback (Steven Seagal), cuisinier et spécialiste en arts martiaux à ses heures, à bord d’un gigantesque cuirassé de la marine américaine. Seagal nous donne une leçon sur comment maîtriser une armée de terroristes à bord d’un navire avec, comme seules armes, des prises d’immobilisation et une playmate idiote. Du grand art !

 

7. Hot Shots! Part Deux (1993)

 

Dans la même veine que Naked Gun, cette parodie de Rambo sonde les profondeurs de l’âme humaine afin de trouver les choses les plus ridicules à mettre en arrière-plan. Mention honorable à Topper Harley (Charlie Sheen), un des noms les plus ridiculement virils du monde du cinéma.

 

8. Surf Ninjas (1993)

 

Deux enfants qui découvrent leur origine royale et qui surfent jusqu’à une île sur laquelle ils apprennent le kung-fu. Un jeu vidéo qui dicte le futur. Il ne m’en fallut pas plus pour enflammer mon imaginaire de bambin. Et la chanson du générique : magique.

 

9. D2 : The Mighty Ducks (1994)

 

Encore une compétition entre des Américains et des étrangers à l’accent bizarre. Emilio Estévez en entraîneur de hockey, un adolescent de Los Angeles avec son lancer « coup de poing » et un cowboy du Texas qui attrape un joueur avec son lasso. Que d’émotions ! Par contre, ce foutu lancer « coup de poing » ne fonctionne étonnamment pas dans la réalité…

 

10. The Quest (1996)

 

Jean-Claude Van Damme à son meilleur dans le rôle de Christopher Dubois, cet Américain qui tente de remporter une compétition de combattants au pays du Muay Thaï. Comment oublier ce combattant qui se bat comme un animal ou ce lutteur sumo qui se fait coucher par un seul coup de poing de la part du géant mongol ? Un classique.

 

Et vous, quels sont vos choix ?

Par
Lire les 99 articles par

3 Réponses »

  1. Moi il y a plusieurs films d’intérêt moyen qui ont marqué mon enfance et/ou mon adolescence. Il y en a beaucoup que je serais prêt à revoir, juste dans un élan de nostalgie :
    – Les aventuriers du timbre perdu
    – Bodo (un genre de jeune homme surdoué qui conçoit un clone de lui-même)
    – Le Masque (eh oui)
    – E.T. (ça a bien vielli)
    – Le lagon bleu (désolé)
    – Willow
    (… et la liste pourrait être bien longue)

  2. Plus jeune, j’ai adoré
    -Princesse Bouton d’Or (j’ai d’ailleurs le DVD maintenant, hahaha),
    -Suzy Frisette (j’ai aussi le DVD, ouf ça va mal mon affaire)
    -Ace Ventura (le premier évidemment, trop bon…!)
    -J’ai aussi trippé avec mon frère sur les trois Mighty Ducks.
    -Les Ninjas Turtles (les deux premiers, YO MICHELANGELO!)
    -Et l’incontournable du mauvais film : Betthoven! (je crois qu’ils en sont rendus au numéro 6?? l’art de faire patate avec un « succès »)
    -ah oui et Madama Doubtfire
    -et j’avais peur de Jumanji

  3. Ha ha ! Des tonnes de films que j’ai en vidéocassettes ici qui ont tous marqués mon enfance et que j’ai écouté 15 ou 30 fois, ainsi que des films plus ou moins récents qui ne valent pas très cher…

    – Slappy et les gamins (L’otarie et les anglais)
    – E.T. (E.T. Téléphone Maison, émouvant et à revoir encore et encore, Dieu qu’on est liés d’amitié avec ce doigt lumineux.)
    – Basile, détective privé (de mémoire d’enfant, je n’ai jamais compris ce film, même après une dizaine de visionnements assidus)
    – Le Fils du Masque (encore pire que Le Masque, on s’entend)
    – Y a-t-il un pilote dans l’avion ? (v.f. de « Airplane », allez savoir pourquoi on traduit aussi mal, l’interprète devait avoir consommé pendant le boulot.)
    – Les Petits Garnements (mon film culte, qui, avec du recul, est vachement ridicule)
    – Dr. Dollitle (Meuh, fait la vache, Bêê, fait le mouton. Allez mélanger les enfants maintenant.)
    – The Little Engine That Could (J’arrive plus à trouver le nom en français, qui d’ailleurs n’y ressemblait pas du tout, et encore là nous sommes chanceux, « Le Petit Moteur Qui Pourrait » ça n’aurait pas fait frétiller autant d’enfants. Tout pour dire que c’était un moment magique lorsque j’étais jeune de m’asseoir devant un film mettant en vedette une locomotive bleue avec un visage.)
    – Etc, etc, [insérer ici un million de navets] 😛

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2966 , 2