DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Megadeth – United Abominations (2007)

Par • 3 février 2008 à 19:31

Au début de la décennie, le groupe de métal Megadeth semblait bel et bien mort. Enfin !, auront dit certains : après trois ou quatre albums qui avaient fait décliner en vitesse la qualité du répertoire du groupe, le quartet californien se retirait officiellement, par la force des choses (le chanteur, guitariste émérite et leader de la formation, Dave Mustaine, ayant subi une grave blessure à un bras qui, comme on le sait, est un membre déterminant dans le jeu de guitare). Mais c’était sans compter l’indomptable volonté de notre ami Dave (et l’inextinguible soif du public, acheteur de tout ce qui date des / rappelle les années 80, par les temps qui courent) ; en 2004, Megadeth revenait en force dans les bonnes grâces des vrais « metalheads » avec The System Has Failed. Avec le suivant, United Abominations, il a reconquis également un public plus volatile, mais aussi plus profitable commercialement, celui qui écoute la radio et s’y conforme comme à une messe diffusée sur les ondes. Cet album a littéralement réhabilité le groupe.

 

Pourtant, peu du matériel présent trouverait sa place sur les ondes FM, même à notre époque libérale et permissive : très engagé, même incendiaire, plutôt violent par moments, truffé de dialogues et d’effets sonores, on imagine mal la plupart des morceaux se frayer un chemin parmi les pépites pop qui gravitent à la radio. Megadeth a alors repris un de ses anciens morceaux pour le remettre au goût du jour, la chanteuse de Lacuna Coil y ajoutant son épice toute particulière (À Tout Le Monde, qui était paru en 1994 sur Youthanasia) ; le résultat a été le plus grand succès FM du groupe à Mustaine depuis les jours de déclins de Cryptic Writings en ’97. Tout ça alors qu’À Tout Le Monde est à classer parmi les moments les plus faibles de United Abominations.

 

On est encore loin des jours glorieux de Megadeth (grosso modo, de 1986 à 1992) ; le disque n’est pas un franc retour aux sources pour la troupe de L.A., mais on y retrouve tout de même parmi les meilleures compositions de Mustaine depuis une décennie et demie (Sleepwalker, Washington Is Next, Gears Of War, You’re Dead, Never Walk Alone). Surtout, on est loin du « nu metal » que certains vieux dinosaures du métal ont essayé d’imiter et d’assimiler ces dernières années (le plus souvent avec peu ou pas de succès, l’une des rares exceptions en ce domaine étant Dream Theater). Les fans reconnaîtront tout de suite la voix caractéristique et les solos de guitare en spirales de l’ami Dave, les rythmes militaires à pédale double qui ont fait la renommée de ces précurseurs de la musique métallique, les rythmes de basse presque funky par moments, détonnant avec la pesanteur du reste de la fresque.

 

Il y a aussi du filler, beaucoup de filler sur cet album (on remarque à peine Play For Blood, la pièce-titre, le closer Burnt Ice), mais pour une galette métal un peu old school qu’on laisse jouer en arrière-plan, United Abominations fait amplement le travail. Megadeth prouve surtout qu’il est bel et bien vivace, et qu’il va falloir péter les deux poignets de Dave Mustaine pour l’arrêter pour de bon. Espérons que ça n’arrive jamais.

 

J’ai particulièrement apprécié :

– Sleepwalker

– Washington Is Next !

– Gears Of War

 

Note : *** ½

Par
Lire les 155 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 691 , 2