DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

L’histoire de Cédrika et la langue de bois

Par • 24 juillet 2008 à 10:32

Wow ! C’est drôle comment quelques petits mots, une blague en apparence toute conne peuvent, même après plusieurs semaines de silence, péter en plein visage d’une personnalité au Québec. Vous avez entendu parler de cette joke de Mike Ward, qu’il a faite à Montréal le 27 juin dernier ? Je vous la cite ici, question de faciliter les choses.

 

«Revenu Québec, c’est des malades mentaux. Tu leur dois 8$, et ils vont kidnapper tes enfants. C’est eux autres qui ont la petite Cédrika!»

 

QUELLE HORREUR ! CRISS DE MIKE WARD, IL EST ALLÉ TROP LOIN ! PENDONS-LE HAUT ET COURT ! COMMENT OSE-T-IL !

 

Du calme, du calme. C’est juste une blague. Ce sont les fonctionnaires de Revenu Québec qui devraient rager, entre deux avis de réclamation à envoyer au montant de huit dollars. Pourtant, Ward a reçu des menaces de mort pour ce calembour. On a menacé de buter le gars parce qu’il a mentionné le prénom d’une fillette disparue lors d’une blague sur Revenu Québec, trois semaines auparavant. On aurait beau mettre Noam Chomsky et Stephen Hawking sur le cas, on ne pourrait pas réussir à expliquer un tel illogisme et une pareille stupidité. Où est passée notre liberté d’expression ?

 

Ah oui, cette fameuse liberté d’expression, celle dont on a crié le nom partout. De façon incroyable, le Québec a, depuis environ cinq ans, piétiné et craché allégrement sur l’un de ses droits les plus précieux, tout ça parce que le sens du mot qui la représente a été repris et malhonnêtement détourné par quelques gens qui ont outrepassé leurs droits. Depuis ce temps, évoquer la liberté d’expression, c’est s’exposer à des railleries. Fuck la liberté d’expression, il y a des choses qui ne doivent pas être dites, et on doit punir ceux qui les disent !

 

Par cette abrogation silencieuse mais collective de ce droit pourtant fondamental, le Québec a réussi à se débarrasser de quelques-uns de ses politiciens les plus flamboyants, par exemple, Jacques Parizeau, à en stigmatiser d’autres, notamment Mario Dumont. On fait passer des humoristes comme Mike Ward pour des gens cruels et insensibles, des personnes comme Bernard Landry pour des colériques. Les gens qui sont d’accord pour continuer le débat sur les accommodements raisonnables sont racistes ou intolérants, ceux qui sortent de la masse et proposent des idées ou provoquent des débats en dehors des grands courants de pensée minimalistes québécois sont ridiculisés sans autre forme de procès. Oh bien sûr, si quelqu’un s’exprime haut et fort au Québec, personne ne va vous tabasser ou vous assassiner, ils vont seulement vous menacer de le faire. On noie cependant cette personne et ces propos sous un flot d’avis contraires, tout aussi conformistes, et souvent encore plus extrêmes. Et le plus beau, c’est que c’est l’opinion publique qui s’en charge. On étouffe, on étiquette, on détruit une réputation par-ci, une carrière par-là. Il est temps de se réapproprier ce droit que nous sommes en train de perdre, consciemment et volontairement, nous Québécois qui sommes si prompts à critiquer le monde entier sur les manières des autres à réprimer la voix des peuples.

 

La farce de Mike Ward n’était pas vraiment hilarante. Et oui, elle était plutôt acide. Mais j’espère de tout cœur que, lorsqu’il sera sécuritaire pour lui de remonter sur la scène, il incorporera cette blague à son répertoire. Juste parce qu’il en a le droit.

Par
Lire les 155 articles par

9 Réponses »

  1. Tu résumes en ces quelques mots l’ambiguité dérisoire d’une majorité de Québécois. Très forts pour encenser et tout aussi forts pour détruire en utilisant ce qu’ils dénigrent eux-même, le conformisme. Très bon texte!

  2. Dans cette histoire, c’est la sortie de Claude Poirier que j’ai trouvée totalement inappropriée. Il a vraiment agi comme un gros has-been en disant dix fois dans son «éditorial» télé qu’il ne connaissait pas Mike Ward, mais que sa blague était déplorable et un manque de jugement flagrant. Premièrement, si tu ne connais pas l’humoriste, comment peux-tu te permettre de le juger ? Ne pas connaître Mike Ward, c’est un peu comme ne pas avoir regardé de gala d’humour à la télé pendant les dix dernières années. Pour donner un exemple clair : si je ne regarde pas le hockey pendant dix ans, je ne peux pas critiquer la ligue! Pour le reste, je trouve la joke de Mike ordinaire moi aussi, mais NULLEMENT scandaleuse. Vaut mieux rire du malheur que d’en pleurer. Et dans mon livre, ça s’applique aux petits malheurs comme aux gros.

  3. La famille Provencher a le droit de faire son deuil en paix ou de conserver un espoir de retour de la petite. Que le humoristes leur fiche la paix. Aimeriez-vous qu’on fasse une blagiue sur quelqu’un de votre famille qui a le cancer ?

  4. Dégoutant de faire son fric en exploitant de telles malheurs.

  5. Dégoûtant d’envoyer des menaces de mort à un humoriste qui fait une blague plutôt soft.

  6. @ J. Lévesque et Louis B.
    C’est justement en sortant l’événement de son cadre morbide que l’on peut passer à travers de telles choses. Comment pensez-vous que les parents de la petite Cédrika vont finir par s’en remettre ? En déprimant le plus longtemps possible ? Non, c’est justement en reprenant peu à peu un vie normale, et l’humour fait partie de ça. Et ni vous ni moi n’avons le droit ou la science infuse pour décider à quel moment il est temps de mettre fin à ce « deuil ».

    Et si moi j’avais le cancer, J’ESPÈRE que quelqu’un aurait les couilles de me faire une blague à ce sujet, oui. Probablement que j’en rirais. Rien de plus triste qu’un événement triste avec plein de gens qui s’évertuent à éterniser la tristesse.

    J. Lévesque : « La famille Provencher a le droit de faire son deuil en paix ou de conserver un espoir de retour de la petite »

    Ouais ben by the way, le fait que Mike Ward ait fait une blague sur Revenu Québec ne diminue en rien les chances de Cédrika d’être un jour retrouvée.

  7. J’avoue que toute cette histoire me laisse perplexe. Il est vrai qu’il s’agissait d’une simple blague et je suis certain que Ward n’avait aucune intention mesquine mais il est aussi vrai que c’est un sujet délicat et sensible. Certaines personnes ont dépassé les bornes en le menaçant de mort mais on a le droit de critiquer un humoriste lorsqu’il fait des blagues au goût douteux. À chaque fois qu’on se sent interpellés sur un sujet qui nous touche, on réagit souvent impulsivement. Entendre des blagues sur les gays ne me dérange pas si elles sont drôles. Lorsqu’il s’agit d’attaques mesquines, c’est autre chose. Dans le cas de Ward, je crois que c’était purement innocent. Je suis d’accord pour lui foutre la paix et tourner la page. Et à ceux qui ont pris mal cette blague, il faut faire preuve de discernement. Je suis d’accord avec Jo sur le fait que chaque blague peut toucher quelqu’un. Les gros, les fifs, les vieux… même les ados sont amplement ridiculisés par les humoristes. Il faut faire confiance aux humoristes sur la ligne qu’ils ne doivent pas traverser par souci de respect et bon goût. De toute façon, si un « comique » fait des blagues douteuses à répétition, le public va se charger de lui donner ou non l’attention qu’il mérite.

  8. Si quelqu’un critique Mike Ward, qu’on lui donne un micro pour se faire entendre.

    Si quelqu’un menace Mike Ward de mort, qu’on le batte jusqu’à ce qu’il promette de ne plus recommencer.

    Ce n’est pas seulement illégal, c’est complètement stupide. Me semble que la ligne entre « liberté d’expression » et « menacer quelqu’un de lui enlever violemment la vie » est pourtant assez claire, judiciairement et moralement, non ?

    Le pire, c’est que j’aime même pas Mike Ward…

  9. Bonjour a vous, Je vous invite a visité le nouveau site officiel de Cédrika Provencher.
    Mr. Henri Provencher ma mandatée en juillet dernier de faire le nouveau site officiel suite a mes créations.
    Vous allez voir toute les archives depuis le 31 juillet 2007 de la disparition de Cédrika.

    http://www.cedrikaprovencher.net
    Merci

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1711 , 2