DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

Les remords hypocrites

Par • 22 novembre 2007 à 14:16

Les accommodements raisonnables nous ont déjà apporté un bon lot de déclarations les plus farfelues les unes que les autres.  Mais le summum est arrivé lorsque Mgr Ouellet s’est mis de la partie pour clamer haut et fort que la solution à tous nos problèmes passait par le retour des brebis égarées.  Laissez-moi rire…

 

La religion nous a imposé et nous impose encore trop de restrictions, trop de doctrines archaïques et discriminatoires.  Il est temps de passer à autre chose.  Ici, au Québec, on a réussi à se débarrasser de ce fardeau en bonne partie; de grâce, ne le ramenez pas!  On guérit un cancer, on enraye une épidémie, ce n’est pas pour rien!  Le mari jaloux, alcoolique et violent; une fois qu’il est hors de notre vie, il doit demeurer le plus loin possible.  La même chose pour cette foutue religion qui n’amène que contraintes et problèmes.  La religion n’est-elle pas à l’origine de toutes les grandes guerres de cette planète?

 

Et voilà qu’en buvant mon café hier matin, je lis la lettre de Mgr Ouellet qui s’excuse pour ce que la religion catholique a fait subir à ses fidèles dans le passé!  Méchant timing le monseigneur… Profiter d’une fenêtre pour revenir à la charge.  En cette période de questionnement profond des Québécois sur leur identité, voilà qu’on nous ramène le p’tit Jésus sur le tapis par la porte d’en avant.  Il regrette vraiment ce que la religion a fait subir aux femmes?  Eh bien qu’ils leur donnent accès à la prêtrise.  Il regrette ce que la religion a fait aux gays?  Eh bien qu’il leur donne le droit au mariage!  C’est aussi simple que ça sinon ses paroles ne demeurent que des paroles opportunistes sans valeur profonde et surtout sans véritables regrets.  Ça pue l’hypocrisie à plein nez.  C’est comme un guru qui recrute des gens faibles.  Vous cherchez un sens à votre vie?  Venez me voir, je vais vous montrer, MOI, le chemin à suivre.

 

La religion est une illusion pour les faibles.  Soyons forts et débarrassons-nous pour de bon de cette fausse image de sécurité et croyons en nous-mêmes, en nos proches.  Pour ma part, tuer au nom d’Allah ou se détruire la santé à faire 14 enfants au nom de Dieu, ce n’est pas ce que j’appelle des aspects constructifs de la religion.  Et les bonnes valeurs que la religion inculque?  Le partage, le respect?  Tout le monde peut être généreux s’ils le veulent.  Pas besoin d’un roman de 1500 pages pour nous dire d’être généreux en se faisant crucifier.

 

Alors Mgr Ouellet, reprenez vos discours, vos crucifix et votre p’tit Jésus et foutez-nous la paix.  On est beaucoup mieux au Québec depuis que la religion ne dicte plus nos vies.  C’est clair, c’est simple, c’est précis.  Pas besoin d’un roman de 1500 pages pour vous expliquer ça.

Par
Lire les 241 articles par

13 Réponses »

  1. Il faut faire la part des choses dans ce genre de débat. Le problème, ce n’est pas la religion en tant que tel, ni Dieu également. Là où le bât blesse, c’est dans l’interprétation (très souvent profondément stupide) que les Hommes en font. Si l’on lit le Coran ou même la Bible, on y trouve effectivement des enseignements pacifiques qui, s’ils sont souvent dépassés et/ou contraignants, n’en ont toutefois pas moins le mérite d’éclairer la vie de bien des gens. Je suis peut-être un peu naïf, mais malgré toutes les guerres et l’ignorance, je crois que ces repères de vie ont plus souvent aidé les individus, et même l’Humanité en général que le contraire.

    D’après moi, il faut donc se rappeler que la grande faute revient aux humains, qui se prennent pour les interprètes de Dieu au lieu de tout simplement le laisser nous parler.

  2. Ce commentaire laisse sous-entendre que Dieu existe vraiment alors. Et dans cette optique, on ne peut pas argumenter contre Dieu… Alors le débat prend alors abruptement fin puisque c’est ce que prétendent les fanas religieux. Dieu a raison mais il n’est pas là pour le dire alors on se tait tous et on suit ses enseignements aveuglement… Hmmmm pas sûr…

  3. Je ne veux pas non plus jouer l’avocat du diable car je suis la première à marcher dans tes traces Dominique mais la bible est une belle fable, un peu trop prise au sérieux. Les belles valeurs, ce sont nous qui les lèguons à nos enfants par le biais de leur éducation. À la base, celà a bien pu provenir de la religion mais l’important est que nous considérions toujours ces valeurs comme importantes dans notre société. La religion est trop associé à la spiritualité et comme la religion est « désuète » dans notre monde de connaissance, les gens se sentent perdus en essayant de croire à une « utopie ». Je pense que la spiritualité est importante pour l’équilibre de l’esprit mais peu importe notre croyance personnelle, plus elle est individuelle à nous-même, plus elle risque de nous aider. Le carcan qu’impose la religion n’est pas adapté pour celà. Et je persiste à croire que la religion FANATIQUE (et j’insiste sur ce mot) est une insulte à l’intelligence et à l’évolution humaine.

  4. @Dominique : Je ne suis pas sûr que Jonathan sous-entendait que Dieu existe. Je pense qu’il considère simplement les écrits religieux comme un bon mode de vie. Un bon manuel d’instruction pour être une bonne personne. À moins de mal s’en servir. Y’a des gens qui ne savent pas lire les instruction eh eh!

    @Jonathan : Si j’ai bien compris ce que tu expliques (et je crois que nous en avons déjà débattu entre deux bières), tu affirmes que la religion a fait plus de bien que de mal ? Probablement plus oui, mais le mal causé est plus énorme. Et je parle de toutes les religions confondues. La religion devient trop souvent un prétexte pour dicter notre conduite, en bien ou en mal. Un prétexte n’est jamais une bonne chose. C’est un permis d’hypocrisie qui justifie certains actes que l’on assume simplement pas. Quand tu interdis, par exemple, à une femme de faire telle chose parce que tel livre religieux le dit, tu démontres parfaitement que tu n’as pas envie de voir une femme faire cette chose, mais tu mets le blâme sur la religion. Des intention déguisées en fausses prophéties, ça fait vômir.

    @Amélie : Pas besoin d’être fanatique pour abuser de la religion pour se sortir de nos remords. Le confessionnal est une invention qui nous laisse croire que nos péchés sont lavés, au nom de la religion. Un bon washing de conscience gratuit, tant que tu restes fidèle et que tu te bourres d’hosties. Les valeurs dictées par la Bible, par exemple, sont très bonnes pour la plupart, mais des bonnes valeurs, il y en a partout. Pas besoin de la religion pour les dicter. Les contes pour enfant contiennent d’excellentes morales aussi, mais personne n’a fait de Martine une déesse grèque. Dans la vie, il faut des modèles, mais aussi du discernement. Sans ça, c’est trop facile de s’auto-justifier…

  5. Daco-dac avec cet article bien entendu…La religion fait partie du passé en évoluant point voila!!!!
    Que laisse les gens utiliser l’euthanasie sous controle si leur vie est vraiment foutue..QU,on laisse les femmes a leur corps en leur permettant l’avortement si necessaire…Que l’on accepte le mariage chez les pretres et qu,ils se masturbent en paix pour empecher la prostatite ou meme le cancer de la glande sans y voir un péché mortel…Que la pilule anti-conceptionnelle soit jugée necessaire et efficace pour empecher la naissance d’enfants non-désirés; ceci dit, pcq plusieurs fanatiques de la religion catholique ne la prennet pas pour ne pas commettre un péché…Et qu,on cesse les balivernes genre: péchés mortels, péchés véniels et aussi le fameux cathéchiste qui est désuet vieux comme Noé…Meme chose pour les péchés capitaux qui n’en sont, tout simplement pas….Abolissont les niaiseries genre: les commandements de Dieu et ceux des hommes…Nous ne sommes plus en 1880 après tout!!!!
    Dans ce monde tout évolue rapidement sauf quoi???? : La religion qui reste et restera surement sur ses positions encore des siècles et des siècles..Amen….
    La sexualité juste pour le plaisir et non pour procréer est la preuve que les gens n’écoutent plus la  »parole de Dieu comme avant…que la religion et le Pape tout-puissant s’en rendent donc compte une fois pour toute….
    Et dire que les pretres se demandent pouquoi nos églises sont vides…Ayoye et encore une fois: Amen!!!!!

  6. salut M. Fortier
    je ne connais pas la situation, l’emprise de la religion au Québec puisque je suis français mais j’apprecie beaucoup la franchise de votre discours.Ici, il est difficile de s’attaquer de frontà la religion sans se faire taxer d’anti cecin anti cela.La liberté d’opinion religieuse ne semble aller que dans un sens.On ne peut être contre le christianisme dans entendre » vous renier les fondements de notre société judeo-chrétienne », si on critique l’islam ça devient de l’islamophobie et surtout du racisme anti arabe car les bons penseurs croient que religion et origine ethnico-géographiques sont indiscutables.On ne peut être arabe et protestant ou juif, boudhiste voire athée !! Enfin, critiquer le judaisme c’est évidemment être anti sémite. Alors que bon,la majorité des juifs d’aujourd’hui sont autant sémites qu’un eskimo.
    http://dieuestdangereux.canalblog.com/

  7. Merci de vos commentaires! Depuis longtemps que la religion ne fait plus partie de ma vie et pourtant j’y allais à chaque semaine étant jeune, je connaissais toutes les chansons et j’étais même servant de messe! Alors je ne parle pas à travers mon chapeau; j’en faisais partie avant de réaliser tout ce qu’il y a de corrompu et laid à l’intérieur de ces doctrines… J’ai vu des gens êtres très désabusés et déçus par la religion; à commencer par ma mère qui souffrait de sclérose en plaques et qui priait 2 heures par soir… Et je peux vous garantir qu’elle l’avait la foi et elle s’est éteinte à 49 ans. Mais bon, chacun ses croyances… Mais de grâce, si vous voulez louanger le p’tit Jésus ou Allah ou Petula Clark, faites la même chose qu’on dit sur la vie sexuelle des gens. Gardez ça CHEZ VOUS!! La religion n’a pas sa place ni dans la politique ni dans les milieux de travail. On nous interdit de fumer la cigarette partout parce que c’est dommageable pour les autres; eh bien, à mon humble avis, la religion et ses visions rétrogrades sont toutes aussi dommageables à une société.

  8. En fait j’ai effectivement dit que je crois que « Dieu » existe vraiment, mais qu’on oublie le vieux barbu, c’est quelque chose de différent, c’est une force qui nous dépasse. Mais croire à ça, ça ne veut pas dire prier tous les soirs et croire que quelque chose va nécessairement changer. Ça s’appelle plutôt, comme le disent nos voisins anglophones, du « wishful thinking ». Si l’on croit que ça marche, c’est purement psychologique.

    L’histoire de ta mère est plutôt triste, mon cher Dom. Je ne sais pas si tu sous-entendais que malgré ses prières intenses, ta mère n’avait pas été « sauvée », dans un certain sens, par Dieu. Si tel est le cas, eh bien malheureusement c’est encore souscrire à la croyance populaire, à l’interprétation que les Hommes font de certains écrits qui datent de milliers d’années. Dieu, s’il existe, n’est pas une espèce de trèfle à quatre feuilles cosmique, ou encore le parfait magicien. De croire que ceux qui croient réellement en lui seront sauvés, c’est d’une stupidité déconcertante. En fait, je crois que s’il existe, Dieu se fiche éperdument des misères humaines. Pourrions-nous l’en blâmer ? On n’a jamais pensé que ce n’était peut-être pas son travail, sa « raison d’être ». Quand un événement triste et / ou inexplicable arrive, il faut se trouver une raison, c’est humain après tout. Et on blâme Dieu parce qu’il n’a rien fait, ou bien on y voit la preuve de sa non-existence. Encore là, pure interprétation, et non vérité ou mensonge, foi ou hérésie.

    S’il existe, et oui je crois que c’est le cas, eh bien Dieu (ou appelez-le comme vous voulez) n’est pas là pour soigner les p’tits bobos de la vie. Tout simplement parce nous avons en nous-mêmes cette force.
    Je sais que c’est un peu complexe, mais brièvement, son rôle n’est pas de rendre la vie meilleure à ceux qui croient en lui de toutes leurs forces, ou à ceux qui se font imposer l’interprétation humaine de ses « enseignements ». Son rôle, c’est juste d’être là, pour ceux qui en ont besoin.
    Est-ce que vous blâmeriez votre meilleur ami d’être incapable de vous soigner de votre cancer ou de rembourser vos dettes ? Non, et pourtant il pourrait être ce que vous avez de plus précieux au moment où vous en avez vraiment besoin, seulement par sa présence. Et ça c’est positif, je pense.

    PS : j’espère ne pas sonner trop preachy, c’est pas mon but. Mais je crois que c’est vraiment la mode maintenant de cracher sur la religion, autant que c’était le contraire voilà quelques années.

  9. À PL : juste pour rajuster le tir, mon grand. Oui je crois aussi que malgré tout ce fouillis d’interprétations, la religion a fait plus de bien que de mal dans l’Histoire. C’est comme regarder les nouvelles, et se dire que le monde va mal. On sait très bien que les petits gestes qui rendent le monde meilleur ne se retrouvent pas au bulletin de 18 heures à LCN.

  10. Si Dieu c’est la force de l’esprit qui nous permet d’avoir confiance en soi et/ou de se prendre en main et/ou de guérir… alors moi aussi j’y crois. Mais Dieu ce n’est pas ça. Ou du moins, ce n’est pas ce que la religion en a fait. Et c’est de la religion qui est d’abord question. La religion ne se résume pas en Dieu, mais en une tonne de principes, appliqués ou non, intensément ou non, selon le degré de pratique. Je ne défends ni Dieu, ni la religion. Je ne condamne aucun des deux non plus. Mais je trouve que ça demeure une foutue bonne raison pour faire des guerres d’idéologies. Et à ça, je ramène l’idée de croire en soi, croire en un monde meilleur. Et ça, c’est pas Dieu, c’est l’espoir.

  11. Eh bien moi la religion ca rime avec « ceux qui étaient riches quand les autres mourraient de faim ». J’ai beaucoup de misère à accepter celà. Je ne peux pas accepter toutes les richesses que possèdent les églises de ce monde alors que le petit peuple se bornait à enfanter des familles difficiles à nourrir. Bien sûr que sans la religion comme celà, la natalité aurait peut-être pas été ce qu’elle fût mais d’endoctriner les gens comme elle l’a fait, de forcer les gens à se priver au nom de la sacro sainte religion, excusez moi mais je ne suis pas d’accord avec ça. Je persiste, la religion n’est pas une affaire de groupe, la spiritualité, c’est un développement individuel.

  12. Je crois qu’on est tous d’accord que l’Église a accumulé les fautes dans son Histoire, et ses récentes purges (incluant cette sortie de monseigneur Ouellet) ne font que prouver qu’on commence à capoter pas mal en haut lieu. En fait, la religion elle-même, seulement elle, est mauvaise. Si on la définit comme étant exclusivement ce tas d’histoires, de principes et de valeurs qu’on nous as longtemps imposés de force par un habile stratagème d’auto-flagellation psychologique, et qui continue de faire son oeuvre sous toutes sortes de formes ailleurs dans le monde. Sous cet angle, oui ça semble négatif en effet.

    Ce que je dis, c’est que si on condamne tout en bloc, c’est-à-dire à la fois la spiritualité, les interprétations arbitraires, les écrits, les valeurs, les implications, on passe complètement à côté du problème, on est pas mieux que ces prêtres et ces curés que nous sommes si prompts à condamner. Mais, comme dans la population en général, on oublie que 98% des gens sont des êtres bons. Parfois stupides, parfois arrogants, parfois agressifs ou paresseux, mais les vrais trous de cul sont plutôt rares, et si on généralise, on est automatiquement dans le tort. Et c’est ce qu’on fait dans ce cas, on ferme la porte à toute possibilité qu’il existe un Dieu sous une forme qui nous dépasse complètement, tout ça parce que des gens sans scrupules ont trahi les principes de base qui font qu’une religion doit d’abord être un guide pour les gens.

    On croit ou on ne croit pas, mais je pense qu’on peut très bien discuter de Dieu sans embarquer dans un débat qui implique de façon automatique la religion et ce qu’elle est devenue, c’est-à-dire une institution basée sur le contrôle de l’esprit.

  13. Je suis complétement d’accord avec Pierre-Luc sur ce sujet. Ayons confiance en NOUS, en l’humanité. On peut très bien prendre les bonnes valeurs des religions; soit le partage, la tolérance, la compassion etc… Mais on peut TRÈS bien vivre ces valeurs par nous-mêmes sans la religion comme guide. De cette façon, on nourrit nos bonnes valeurs, nos bonnes actions sans avoir à se soucier des contraintes que les religions nous imposent comme leur vision des femmes, des gays, de l’avortement et j’en passe! N’est-ce pas le meilleur des deux mondes de croire en soi, d’adopter de bonnes valeurs sans pour autant être « redevable » à un Dieu ou une religion??

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1906 , 1