DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

Les comédiens : des drôles de moineaux

Par • 27 juin 2007 à 10:51

Je vais adopter un style antijournalistique aujourd’hui.  Je vais écrire mon article à la 1ere personne, au JE.  Comme le sujet de cette chronique m’interpelle particulièrement, je vais écrire en tant qu’auteur et metteur en scène et non en tant que journaliste culturel.

Étant metteur en scène depuis 12 ans et ayant côtoyé des dizaines et des dizaines de comédiens sur les planches, j’ai appris à travers le temps à apprivoiser cette race bien spéciale de gens qu’on appelle « comédien ».  Ils sont talentueux, généreux de leur temps et de leurs idées, enjoués, dynamiques et passionnés.  Ils sont aussi capricieux, immatures, hypersensibles, émotifs à souhait et prétentieux.

Avant de me sauter à la gorge, je dois bien évidemment faire un bémol.  Ce ne sont pas TOUS les comédiens qui sont prétentieux et enfantins.  Et ce ne sont pas tous les comédiens non plus qui sont talentueux et innovateurs… Quoiqu’il en soit, l’auteur, le réalisateur et le producteur sont tous à la merci de ces petites bêtes étranges s’ils désirent que leur film/télésérie ou pièce de théâtre soit un succès.  Un texte riche et fort ne vaut pas grand-chose s’il est mal interprété.

J’apprécie un bon comédien lorsqu’il est capable d’interpréter un texte juste au feeling.  Quand mon comédien peut faire n’importe quel rôle sans que j’aie à lui expliquer quoi que ce soit, je sais que j’ai un comédien talentueux entre les mains.  Le comédien doit être crédible.  Il doit faire ressentir l’émotion au téléspectateur.  Il ne doit pas trop pleurer; il doit sangloter juste assez pour amener le public à ressentir sa peine tout aussi intensément.  Le comédien doit sortir de lui-même et devenir le personnage s’il tient à rendre celui-ci le plus naturel et crédible possible.

Le comédien doit être ouvert à tout.  Il comprend que très souvent il devra commencer dans le bas de l’échelle.  Certains feront de la figuration pendant des années avant de décrocher un petit rôle dans un film ou dans une télésérie.  Regardez combien de comédiens québécois ont commencé leur carrière dans Watatatow?  On a qu’à penser à Serge Postigo, Marc-André Grondin ou à Véronique Bannon.  D’autres feront du théâtre aussi très longtemps avant d’avoir un premier rôle à la télévision.  Et Dieu sait qu’il est pratiquement impossible de vivre seulement d’un salaire de comédien de théâtre.  Saviez-vous que le cachet artistique moyen des professionnels des arts de la scène, pour les organismes subventionnés par le Conseil des arts et des lettres du Québec, est de 9 704$ par année.  Si vous vous dites que le salaire minimum actuel au Québec oscille autour des 16 000$, ça ne fait pas de très grosses commandes.

C’est donc un métier très ingrat qui demande beaucoup de sacrifices et on a à peine effleuré le sujet.  Mais les comédiens sont des gens passionnés qui vont souvent accepter ces sacrifices simplement pour réaliser leurs rêves.  C’est une race à part.  C’est facile de les aduler, de les aimer et de les détester tout à la fois.  Le talent pardonne bien des choses.  Je ne sais pas combien de fois j’ai voulu hurler en tant que metteur en scène quand le comédien qui campait le rôle principal ne savait que la moitié de son texte deux semaines avant la présentation. Ou que dire des bouffonneries qui peuvent durer des répétitions entières!  Oui ça peut être très frustrant de diriger des comédiens mais oh combien enrichissant et jouissif  de voir à la fin le fruit de ton imagination être joué avec tant de talent et d’émotions.

Par
Lire les 241 articles par

5 Réponses »

  1. Et puis après, On en a rien a cirer.

    De toute façon ces comédiens font partie du club des petits amis qui sont les bénéficiaires d’un régime de subvention distribué à une centaine de comédien sans plus.
    Il y a plus de six mile comédiens membre de l’UDA et c’est toujours les mêmes que l’on voit à la télé ou dans les films québécois depuis les 15 et même 20 dernières années.
    Alors la petite gloire de ces comédiens sans âmes et sans talents, toute comparaison faites avec les comédiens européens ou chilien, d’argentine ou américain, ne font pas le poids.

    Ce sont des vedettes locales, et lorsqu’ils ou elles ne tournent, ces soit disant comédiens ne deviennent que des vedettes de papier dans les feuilles de choux de Quebecor question de maintenir leur popularité entre deux McDO.

    C’est ça le show au Québec.

    Un petit spectacle lamentable de gens qui prennent le beurre à poignée et qui ne laissent rien aux autres comédiens en détresse.

    Il est là le drame.

    Alors ton JE, tu peux te le mettre ou je pense

    Les comédiens de drôle de moineaux.. Non monsieur il n’y a rien de drôle la dedans

    Jack

    Toujours le chef….

  2. je disais justement que j’adorais les comédiens et que leur talent m’enrichissait et me faisait jouïr! Je sais très bien qu’il y a des excellents comédiens sans contrat ou sans emploi et je les solicite pour qu’ils viennent jouer dans mes pièces; je ne demande rien de mieux! Mais que ce soit clair, j’aime, j’ADORE les comédiens malgré leurs défauts et c’est pourquoi j’aime ma passion;`l’écriture qui ne serait rien sans comédiens…

  3. J’aime les commentaires piquants, et celui de Jack me semblait justement structuré, intelligent et bien renseigné.

    Jusqu’à ce que je me rende compte que c’était un autre de ces imbéciles qui lisent les textes tout de travers, puis se choquent après les auteurs.

    Jack, je vais t’expliquer leeeeeeeeennnnnnnnnntement pour que tu comprennes bien. Doum a dit exactement la même chose que toi, sauf qu’il parle AUSSI du métier de ces acteurs, qui en sont tellement passionnés qu’ils en crèvent presque de faim mais continuent quand même. T’as parfaitement raison, y’a une tite gang de criss qui s’en mettent plein les poches dans l’UDA (on les reconnaît facilement, ce sont habituellement les moins talentueux du groupe), mais au lieu de vouloir à tout prix gueuler tes arguments, lis donc comme il faut, pis après dis ce que tu veux dire.

  4. Merci Jo! Très bien dit!!

  5. 🙂

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 4704 , 2