DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique dans le sous-solTrente ans dans la vie de Dominique, c'est loin d'être reposant. Des histoires aussi touchantes que rocambolesques racontées avec humour et sincérité.

Le seigneur est mon berger

Par • 23 juillet 2008 à 11:46

Quand j’étais au primaire, il y a avait beaucoup d’emphase sur la religion.  Dans mon cas, même au secondaire, la religion prenait beaucoup de place.  Le fait d’être dans un collège apostolique aidait sûrement à la chose…

 

Au primaire, nous avions deux cours de catéchèse par semaine.  Vous rappelez-vous des cahiers bleus avec trois poissons dessus?  C’était LE cahier pour les cours de catéchèse.  Avec des pages blanches et 5 ou 6 lignes au bas.  Et si ce n’était pas assez, il y a avait toutes les activités connexes comme la pastorale, la visite du curé de la paroisse, la préparation à la première communion etc.  Il y avait des crucifix dans toutes les classes et au moins deux de mes professeurs étaient des religieux.  Salut à vous Sœur Thérèse et Père Boileau!  Je me souviens que j’étais très jaloux des quelques élèves qui étaient exemptés de leurs cours de catéchèse en raison des religions différentes des parents.

 

Mais la religion n’était pas seulement présente à l’école.  Dans mon cas, elle l’était aussi beaucoup à la maison.  Je devais réciter mes prières à tous les soirs.  Mère Marie-Léonie, le Frère André, St-Jude, Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, Notre-Dame-De-La-Porte sans oublier les Notre Père et Je vous salue Marie.  De plus, je me rappelle vivement une petite statuette de Jésus version « glow in the dark » que je devais mettre sous mon oreiller avant de me coucher.

 

La fin de semaine, c’était le temps de la messe!  Le samedi à 16 heures avant d’aller souper au restaurant, soit au Bon Plat ou au Chevron, c’était le recueillement à l’église.  Heureusement, comme il n y avait pas foule à cette heure-là. Le sermon était quelque peu écourté.  Le dimanche matin, par contre, la messe durait une bonne heure facilement!  Pas de version express de l’homélie.  Et pas question que je quitte avant la fin non plus puisque j’étais servant de messe.  Oui, oui, avec la toge blanche et la corde autour de la taille.

 

Saint seigneur est ton nom!

Au plus haut dans les cieux!

Béni soit celui qui vient!

Jésus-Christ le seigneur!

 

Que de souvenirs!  Le plus amusant étant sûrement celui où j’étais assis à côté du curé sur l’autel pendant qu’un marguiller lisait un passage du nouveau testament. Je regarde le frisé curé et je lui lance à l’oreille : « M. le curé, votre perruque est croche! »  Visiblement contrarié, j’ai baissé la tête.  Le soir même, alors que nous étions au Bon Plat, nous sortîmes du restaurant, situé au dessus du Scandale, un bar de danseuses nues.  Devinez qui en est sorti à ce moment-là… Sans la perruque!

Par
Lire les 242 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1496 , 1