DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique femme au foyerAnimatrice radio à temps partiel, femme au foyer le reste du temps, Émilie vous invite à suivre ses aventures tous les mercredis.

Le choix de la robe de mariée

Par • 10 août 2011 à 13:31

Le grand décompte avant le jour M, pour mariage, a débuté pour moi lundi dernier. Une journée qui sera très spéciale pour mon chum et moi, mais aussi pour la famille qui se déplacera jusqu’en Gaspésie pour venir célébrer avec nous.

Quoi que l’on puisse en penser, un mariage n’est pas juste synonyme de moments romantiques et palpitant. Ces moments sont majoritaires, mais pas exclusifs. De la demande à la concrétisation du projet, il y a des moments d’angoisse (la liste d’invités, la poste en lock-out) ainsi que des périodes pénibles pour les proches qui n’entendent que les mots : mariage, mariage et mariage. Mais parmi les moments magiques, il y a certainement le choix de LA robe.

Toutes les filles ont déjà imaginé la robe de leurs rêves lorsqu’elles étaient plus jeunes. Une fois à l’âge adulte, on réalise que de trouver cette robe pour un coût modique en région, c’est souvent digne d’un conte de fées.

En partant, j’avais décidé de ne pas me ruiner pour acheter ma robe, c’est pourquoi j’ai décidé de prendre le risque de la commander sur Internet. Grâce à forum sur le mariage, je suis tombée sur un site qui fait la confection de  jolies robes : www.dailymoda.com

C’est sûr que tout le monde te fait sentir coupable en disant qu’encourager la Chine au détriment du local, ce n’est pas très éthique. Mais dans mon coin, il n’y a pas de boutiques de robes à moins de 500 kilomètres à la ronde. Problème réglé, on va encourager l’économie de notre portefeuille… et réinvestir localement avec l’argent économisé! J’étais quand même consciente de prendre un risque. Bien que j’aie donné mes mesures, il y a toujours la crainte que des problèmes surviennent. L’erreur est humaine, même en Chine.

Je vous épargne les quelques semaines d’angoisse et d’attente. L’arrivée du colis. Un paquet pas plus gros qu’un coussin de divan. Je me demandais si j’avais commandé une robe IKEA. J’ai résisté à ouvrir le colis jusqu’à 22 h. Ne me demandez pas comment j’ai fait. La future mariée peut facilement devenir une « Bridezilla », mais des fois elle va chercher de la patience dans des endroits très très enfouis!

Je parlais de moment de joie, magique et stressant… Mais il y aussi des moments loufoques. Comme celui d’essayer sa robe avec sa demoiselle d’honneur. Tu deviens vraiment intime avec ta demoiselle d’honneur lorsqu’elle te voit vulnérable dans ta robe. Ce que j’entends par là, c’est d’être littéralement prise dans la robe.

Nous avons dû l’enfiler comme un chandail, ce qui était vraiment gracieux. Je vous laisse imaginer le spectacle pour l’enlever. Étant une fille qui n’aime pas se sentir prise dans des petits endroits, je ne me sentais vraiment pas à ma place à travers le «juponnage» de ma robe. On a enfin réussi à l’enlever, à notre grande surprise, assez rapidement. Ça m’a quand même convaincu d’aller voir la couturière pour la faire agrandir légèrement. Ce n’est pas très sexy, lors de la nuit de noces, si le marié doit tirer sur la robe de toutes ses forces pour l’enlever. C’est ce qu’on appelle tuer le moment. Mention spéciale à ma couturière qui a réussi à me faire enfiler et enlever la robe sans jamais voir la couleur de mes sous-vêtements. C’est une vraie professionnelle!

Par
Lire les 52 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 3837 , 1