DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique Habits du dimancheLes écrits restent, les habits du dimanche s'envolent. Des mots du passé qui résonnent aujourd'hui.

La raison d’être de DimancheMatin.com

Par • 16 septembre 2007 à 0:00

Habituellement, le dimanche matin, je m’éveille amorphe. Un peu comme si je savais que ma lassitude était pour me guider inévitablement vers le lundi et toutes ses obligations. Le dimanche laisse un arrière-goût de fin de semaine incomplète. C’est comparable à un verre de jus d’orange après s’être brossé les dents : c’est affreux.

 

Quoi qu’il en soit, je me lève, j’enfile mes pantoufles en phentex et un t-shirt et je vais chercher le journal dans le vestibule. Et allez savoir pourquoi, le dimanche, mon journal me semble plus épais – dans tous les sens du terme – que les autres jours. Il m’arrive souvent de songer à fermer ma feuille de chou pour me rendre à la messe tellement je m’ennuie. Parfois, je serais même prêt à échanger quatre dimanches et une carte recrue de Bobby Orr pour un seul samedi! Ça en dit long.

 

N’ayant toutefois ni la bravoure de me rendre à l’église qui est beaucoup trop loin de mon appartement, ni le courage de terminer mon sudoku  à peine amorcé, je tente de meubler mon temps libre d’activités anodines. Faire mon lit, regarder la télé, faire une sieste, refaire mon lit… Et en cas de désespoir, je redresse les cadres décentrés et je vérifie s’il y a des ampoules à changer.

 

N’allez surtout pas croire que je suis quelqu’un d’ennuyant. Non non non! Mes mardis sont électriques, mes vendredis aussi. Et que dire de mes samedis! Le seul problème, c’est le dimanche. On le voit tout de suite que c’est une journée à problèmes. Pensons juste à son entêtement d’être marginal en ne finissant pas par un «i» comme les autres jours de la semaine. Sacré fauteur de troubles ce dimanche.

 

C’est donc devant cette horreur dominicale que j’ai songé, à l’aide de confrères et consoeurs, à lancer le journal en ligne dimanchematin.com. L’ultime but de ce projet est de vous offrir un bulletin culturel pour vous faire découvrir des artistes, pour vous donner envie de sortir ou simplement pour vous divertir. Peut-être vos dimanches seront-ils toujours aussi mornes, mais au moins, vous n’aurez plus à perdre la face en allant répondre au camelot en robe de chambre!

 

***

 

Près de dix mois après le lancement dimanchematin.com, je persiste à croire en ces idéaux et je compte faire de mon mieux pour bâtir et maintenir une équipe qui saura vous livrer du contenu de qualité, et ce, quotidiennement. Depuis l’ouverture, aucune journée ne s’est passée sans qu’un nouveau texte soit publié, et je compte maintenir ce rythme au fil du développement de ce média citoyen culturel. À tous les collaborateurs et lecteurs, merci d’être parmi nous.

Par
Lire les 382 articles par

7 Réponses »

  1. Je viens d’essuyer une petite larme au coin de mon oeil. On dirait vraiment des discours de pré-retraite cette semaine, surtout après Dominique! Ce site me plait bien autant pour y écrire que pour y lire les articles et les chroniques. Ce que j’apprécie plus particulièrement, c’est le style propre des collaborateurs qui ont libre expression. Je prends en exemple la très colorée Ayavi, le feu de Jonathan, la passion de Dominique et les beaux souvenirs de Pierre-Luc. C’est un plaisir de lire et d’écrire dans cet environnement et je souhaite à dimanche matin, encore pleins de mots et de lecteurs!

  2. Salut gang!
    Votre rédacteur préféré n’a pas beaucoup de temps pour écrire ces temps-ci, il doit l’admettre*… (Je vais s’essayer d’écrire à la troisième personne). Mais, toutefois, je continue de vous lire attentivement! Avec la magie de Facebook, je n’ai jamais autant eu l’impression d’être près de vous.

    À la prochaine et je vous aime tous!

    * Si vous vous ennuyez de mes conseils: je vous suggère d’aller voir Bluff!

  3. La nouvelle structure du site s’inscrit dans le développement continuel que je promets dans ce texte. Je suis heureux de travailler avec des gens comme vous… et avec les autres qui se joindront éventuellement à notre belle équipe. Mais arrêtons un peu pour les fleurs, on recommencera pour célébrer le premier anniversaire de DimancheMatin, le 19 décembre prochain.

  4. Dimanchematin existe pour permettre à des passionnés de culture de pouvoir s’exprimer même sans le foutu diplôme! Et la gang ici fait une excellente job! Certains ont leur diplôme mais pas tous mais dimanchematin fait abstraction de cela. C’est une fenêtre extraordinaire pour exprimer nos talents, nos points de vue, nos passions sans jamais être remis en question. Et ce privilège, on le doit à Pierre-Luc Gagnon. Merci PL de nous donner cette opportunité de s’exprimer librement! T’as pas idée comment tu aides et combien on te respecte ici.

  5. 🙂 J’crois qu’on est tous bien contents de connaitre un mec talentueux comme ce Pierre-Luc Gagnon. Ce gars à l’humour rapide, à la barbe drue et au verbe invariablement conjugué. Cet homme attentif, dévoué et propre. Ce p’tit gars du Saguenay, avec le CH tatoué sul coeur, avec une église pourtant pas si loin de chez lui et une ampoule grillée sous la hotte de la cuisinière. Oui, CE Pierre-Luc Gagnon là. Celui qui ne demande qu’une chose, de penser cette fois à faire une sauvegarde de tous les éléments du site dimanchematin en cas de pépin. Ah, et son rêve de parcourir la route des bières en Belgique, puis de recommencer dans le sens inverse de la bière pour voir si ça va goûter pareil.

    Levons notre verre, fut-il rempli d’une quelconque eau de robinet fugace, oui levons notre verre à Pierre-Luc Gagnon. Ce visionnaire de la lecture, ce fin palais de l’Internet, ce découvreur de talents. Cet ami de tous les instants.

    PS : Oublie pas l’ampoule, s’il te plait.

  6. Oh la la… Mille mercis pour vos bons mots. Je ne sais plus quoi dire. Donc je vais citer une phrase que Nelligan a dite un jour : « Bonjour, je suis Nelligan »

  7. WO LÀ ! Je suis presque jalouse de tout l’honneur qu’on te donne! Bouah et tant pis, tu le mérites amplement! Mais n’en prend pas goût car deux semaines de flateries en ligne, c’est pas trop bon pour la productivité! 😀

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 952 , 1