DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique entre-actesLe milieu de la télévision et l'art de la scène est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut s'imaginer. Incursion dans les dessous de ces formes d'art qui font partie intégrante de nos vies.

La musique dans la tête

Par • 15 août 2007 à 12:51

Comme vous le savez déjà si vous lisez régulièrement mes chroniques; je suis un fort défenseur des films à scénarios.  Avec un texte fort, des émotions et des dialogues bien ficelés.  Une fois que ces ingrédients sont bien mélangés et que notre brochette d’acteurs est bien cuite, il reste à y rajouter quelques épices.  Et cet assaisonnement pourrait se traduire par la musique.

 

Tellement souvent, une bonne trame sonore est venue sauver des scènes plutôt ordinaires.  Vous imaginez Steven Seagal casser des cous sans musique d’action en arrière-plan?  Vous imaginez Freddy trancher la tête de ses victimes sans musique d’épouvante?  Ou pire encore, Nikki qui quitte Victor sans trame sonore dramatique?  Une scène ne peut pas reposer complètement sur la musique, mais elle peut être d’un grand secours.  Dans plusieurs films, on retrouve presque toujours des scènes sans parole.  Sans parole mais avec une musique bien présente.  Et cette musique nous rive à l’écran bien inconsciemment.  On embarque dans la poursuite folle ou dans la montée dramatique.  La musique suggère.

 

Elle est si présente qu’elle reste dans la tête. Il m’arrive parfois de vivre des événements dramatiques et qu’une trame sonore sombre tourne en arrière-plan dans ma tête.  Bon vous pouvez aussi mettre ça sur le fait que je suis un peu cinglé mais en général, la musique nous marque et reste imprégnée dans notre imaginaire collectif.  Tout le monde se rappelle de la chanson thème de Mission Impossible ou de James Bond.  On associe même parfois plus souvent un thème musical à un film qu’un acteur!

 

Si elle est bien utilisée, la trame sonore n’est jamais de trop.  Dans plusieurs romans-savons américains ou téléséries québécoises comme Fortier, on entend de la musique du début à la fin et personne ne s’en plaint.  Même que pour certains téléromans où certaines scènes semblent interminables; la musique est plus que bienvenue…

 

Un film sans musique, c’est une fraise sans crème fouettée, un spaghetti sans sauce, un Pierre-Luc Gagnon sans barbiche… Quel bonheur d’être bercé par ces douces mélodies; d’être porté de la peur au suspense, du bonheur aux larmes.  Tant d’émotions vécues à travers de petites notes.  Ô musique, je te rends hommage!

Par
Lire les 242 articles par

4 Réponses »

  1. LOL maudit bon texte Dom. Moi qui bouffe d’la musique à longueur de journée, je peux pas être plus en accord avec toi sur le rôle primordial de celle-ci au cinéma et à la télé. Parfois même, ça aide beaucoup à se souvenir de telle ou telle oeuvre un peu poussiéreuse (exemple Lord Of The Rings, Star Wars et Indiana Jones, ou encore la délicieuse mélodie de de Miami Vice, ou celle de Passe-Partout). Ça donne une idée comment le talent et l’inspiration d’un artiste qui compose pour une oeuvre imagée peut être déterminant pour le succès, à court ou long terme, d’un film ou une série.

  2. Les poissons gigotent, les poissons barbotent, les poissons vivent dans l’eau… 😛

  3. Joli texte, toujours avec le ton pour rire. Et pour conclure, une superbe comparaison qui me met en vedette. Que demander de mieux ? La lune ? Nah!

  4. Mange mange mange, des bons gros légumeuuu… mange mange mange, j’ai l’goût d’en manger… ah, cette époque bénie de la propagande du Ministère de l’Éducation.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2065 , 4