DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

La moyenne inférieure

Par • 17 mai 2007 à 0:00

Bon jeudi, vous. Premièrement, cher lecteur, je m’excuse de mon manque de délicatesse : jeudi dernier, pour la première du Jour de Paye, je n’ai pas eu l’élémentaire politesse de présenter cette nouvelle chronique convenablement, me contentant d’aligner les unes derrière les autres les phrases de mon texte, sans plus de préambule. Pour vous donner un exemple, mon émérite collègue Dom Fortier, tout comme mon excellent ami PL Gagnon ont rudement mieux fait avec les leurs ; vous pouvez d’ailleurs aller le constater de visu aussitôt votre lecture effectuée. Bref, Jour de Paye, c’est un pétage de coche hebdo, c’est du chialage de bas étage et des textes aussi incisifs qu’agressants. Voilà, les présentations sont faites.

 

Et cette semaine, j’emmerde la Sainte-Flanelle. Je montre mon majeur bien droit à Gainey, à Samsonov, à Kovalev, mais aussi à Vigneault, Boivin, Koivu, ces acteurs de l’Histoire récente du CH qui ont failli à rendre cette équipe compétitive pour les treize dernières années. J’accuse !

 

Les premiers jours d’avril 2007 ont été difficiles pour les fans de l’équipe montréalaise : après avoir vu leurs favoris rater les séries par quelques minutes et deux ou trois buts, les amateurs de la métropole et d’ailleurs au Québec ont dû se soumettre à l’insupportable : soit bouder les éliminatoires, soit opter pour l’une des seize équipes en lice, ces équipes ennemies en saison régulière. Dire que nous étions si près de la huitième place ! Dire que pour les deux dernières saisons, nous avions atteint ce plateau ! Méchant, méchant Kovalev, ce Russe honni qui se pogne le cul à deux mains, et vilain vilain Koivu, ce faux leader à qui l’on a trop promptement accordé notre sympathie. Pauvre, pauvre petit Carbo, obligé de dealer avec de tels joueurs, soit trop peu talentueux, soit trop peu impliqués… Qu’à cela ne tienne, nous l’aurons cette huitième place dans l’Est l’an prochain ! Et, voyons grand, la coupe en 2024 !

 

Minute… Est-ce que la ligne est si mince ? Dès le lendemain de la défaite des Canadiens contre les Leafs, ce match maudit qui a coûté une place à l’équipe dans les séries, tout le monde, et surtout les gérants d’estrade, réclamaient à tort et à travers des changements en profondeur dans l’alignement comme dans l’administration. Gainey est trop faible ! Qu’attend-on pour échanger Samsonov, même pour pas cher ? Carbo a-t-il le caractère requis pour diriger l’équipe ? Nous aurions dû aller chercher Jean-Pierre Dumont au début de la saison, ou nous reprendre avec Ryan Smith en février ! Bref, qu’on lynche quelqu’un câlisse, qu’on détruise donc la carrière de quelqu’un d’autre pour calmer la populace, cette fidèle vache à lait qui s’accroche à un passé glorieux et fait preuve d’une patience de moine en ces temps troubles !

 

Imaginons un instant que le CH remporte le match à Toronto. Et disons que Kovalev marque le but victorieux. Deux ou trois jours plus tard, Montréal se retrouve en huitième place, prêt à affronter Buffalo en première ronde. Go pour la coupe ! Ben voyons… Combien de temps pensez-vous que le Canadien aurait survécu ? Le scénario le plus probable est qu’il se serait fait tasser par Buffalo, en quatre ou cinq matches. Une formalité. Et même s’il causait la surprise de l’année, tout de suite après j’aurais mis mon deux piastres sur Ottawa anytime. Ou même New York. Bref, sur n’importe quelle équipe qui devançait Montréal au classement. C’est ça, l’objectif ultime ? C’est ça, la réussite pour un fan du Canadien ? Quelques matches supplémentaires au Centre Bell, quelques bribes d’espoir bien vite annihilées par la dure réalité des éliminatoires ?

 

Le Canadien c’est une formation moyenne inférieure, ce n’est pas une équipe de gagnants. Elle ne l’a plus été depuis 1994, la dernière année où l’équipe s’est rendue le moindrement loin en séries. Après une performance décevante en 95, les hommes de Tremblay, puis de Vigneault, puis de Therrien et de Julien ont tenté de ravir le dernier (ou mieux, l’avant-dernier) spot pour les séries, manquant le plus souvent l’objectif. Depuis treize ans !! Seuls les Blue Jackets de Columbus et les Caps de Washington ont fait pire depuis : toutes les équipes d’expansion, ou qui ont connu des périodes creuses ont depuis impressionné au moins pendant une saison ou deux : Calgary, Tampa, Nashville, Anaheim, Pittsburgh, Edmonton, Buffalo, les ex-Nordiques du Colorado, les ex-Whalers de la Caroline, même les grosses têtes enflées des Rangers, même les minables Panthers ont eu leur heure de gloire. Quant à Detroit, Ottawa, New Jersey et quelques autres, ils sont en feu depuis des années.

 

Pourquoi pas le Canadien ? Pourquoi les gens se contentent-ils d’une minable huitième place à chaque année ? Pourquoi à chaque saison tout est à recommencer ? Pourtant, on met des légendes à la tête de cette équipe, des grands joueurs d’hier, les Tremblay, Carbonneau, Savard, Gainey, Muller et autres… Pourquoi cette semi-médiocrité, ces performances quelconques ? Peut-être parce que Montréal a les meilleurs fans de la ligue. Peut-être même un peu trop meilleurs, justement. Ah oui, ils sont exigeants, ils sont émotifs, ils sont chialeux. Mais Dieu qu’on peut les fourrer longtemps à coups de billets à 85 dollars avant qu’ils se décident à faire défection. Peu importe le moment dans l’année, c’est toujours plein au Centre Bell. Dieu qu’ils pardonnent rapidement, et pour pas cher… Pour une ou deux soirées de quelques points, Saku Koivu redevient le capitaine chouchou, pour deux ou trois victoires on oublie la disette de deux mois qui vient de se terminer. Pour une équipe qui a été parmi les meilleures, voire même la meilleure pendant près de 70 ans, je trouve qu’on se contente de bien peu, en exigeant la huitième place et une première ronde à nos « glorieux ».

 

J’imagine qu’étant donné que le hockey est ici une religion, ça prend ben d’la marde avant de se dire que ça fait.

Par
Lire les 155 articles par

13 Réponses »

  1. Tu as raison! Cette équipe déçoit! Regarde Chelios, Recchi et Schneider qui performent toujours aujourd’hui alors que le Canadien les avaient destiné à la retraite! Il y a un problème profond à Montréal. J’ai constaté deux choses. De l’un, on consacre des joueurs comme des vedettes alors qu’ils n’en sont pas (Koivu, Souray, Zholtok, etc) et de deux on donne à des joueurs le record de la pire saison de leur carrière… (Czerkawski, Bonk, Kovalev) … Pourquoi???? J’en sais rien!! C’est pour ça que je vote pour les Penguins depuis longtemps!! Merci Jo pour le compliment; je me plais à lire tes articles à chaque fois!

  2. À Dom : autant pour moi ! Pis t’as relevé un autre point : le fait que le Canadien est une équipe qui forme les jeunes joueurs avant de les shipper à rabais ailleurs, et qui ramasse les restants des autres équipes (Czerkawski, je l’avais oublié, lui!!). Quelquefois, juste quelquefois, il faudrait écouter ceux qu’on appelle les gérants d’estrade. Certains d’entre eux prennent de meilleures décisions que les grosses pointures de l’administration du CH.

    Ceci dit, ne perdons pas espoir. Et continuons à observer les Penguins, une des équipes les plus passionnantes et imprévisibles de la ligue à l’heure actuelle…

  3. Moi j’pense qu’il faut rappeller des gars comme Dave Manson, Patrick Poulin, Igor Ulavov, Zarley Zalapsky et le gardien Andy Moog. Sinon on est dans le jus! *sarcasme off now*

  4. Et moi je pense que ta dernière phrase fesse, et que je trouve qu’elle résume bien mon feeling 😛

  5. Sans oublier Patrick Traverse, Juha Lind (vous vous en rappelez de lui??) Turner Stevenson, Mick Vukota et Jesse Bélanger!

  6. Je crois que l’équipe a besoin d’un bon coup de pied au derrière.Après avoir été parmi les meilleurs au début de la saison, avec meilleur avantage et désavantage numérique de la ligue, pour finalement s’écraser à la limite des séries, je trouve que c’est vraiment décourageant.

    Je ne perd pas espoir et je reste fan à part entière du Tricolore.

  7. Ayoye… je me souvenais pas qu’il y avait eu autant d’espoirs déçus dans l’histoire récente du CH.

    Troublant…
    (Mentions spéciales à Lind et Zalapsky, les noms les plus laids des dernières années à Montréal…)

  8. Bon, c’est un belle petite claque dans la face cet article là… Mais il est irréaliste… Tu veux échanger Samsonov pour pas cher… Ehhhh on l’A mit au ballotage… Même gratuit, personne en a voulu et tu crois qu’un club va payer pour?? Rêveur va!! (on est « pogné » avec!

    Pour un Lynchage, sa sert à quoi? on va encore en sacrer un dehors qui va allé gagner ailleur pi après on va dire : Maudit qu’on aurait dû le garder. Rapelle toi Vignault, Therien, Julien à la limite Tremblay, maintenant il réussissent plus que bien ailleur… Regarde les Ducks, les Sabres… Le secret c’est la STABILITÉ et le système de développement, on a une belle relève à Hamilton, maintenant il faut leur faire de la place et garder un personnel stable. En passant réclâmer la tête de tout le monde, c’est pas vraiment la solution…

    Finalement, si la façon dont le club est administré fait pas ton affaire, bin t’as juste à prendre pour les Sénateurs, les Wings ou bien Buffalo…

  9. Pourquoi le CH ne peut faire mieux qu’une huitième place? C’est bien simple, l’organisation est déchirée entre les désirs irréalistes des partisans et le désir d’une bonne fois pour toute recommencer à neuf.

    Les partisans, en qui j’ai perdu tout espoir de trouver une conscience, ne comprennent pas qu’ils doivent soi se contenter d’une éternelle huitième place ou bien en arracher pendant deux trois ans pour ensuite dominer, enfin! Ils ne comprennnent pas que la solution n’est pas de signer des gros noms à tort et à travers…non, évidemment ils préfèrent chialer contre la direction, persuadés qu’ils pourraient faire mieux s’ils avaient à « dealer » avec des aveuglés qui, justement, ne voient pas que les équipes qui ont du succès en ont arraché à leur tour et ont batti de l’intérieur. Ce n’est pas avec des 15e choix et des échanges à la Josh Gorges qu’on va gagner la Coupe…ni avec un Steve Bégin qui n’est pas capable de scorer dans un filet désert! Mais on préfère l’aduler lui, plutôt que l’homme qui peut vraiment nous aider…

    Bref, vive le Québécois moyen et son complexe d’infériorité qui l’empêche de voir clair.

  10. Je suis émus. Vraiment c’est un excellent article. Je ne suis pas d’accord avec toutes tes opinions, mais en gros tu as bien raison. Mais il ne reste que je penses que le Canadien va gagner la coupe d’ici 5 ans.J’en suis persuadé, avec le talent qu’on retrouve à Hamilton. Il faudrait seulement que les dirigeants du CH soit vraiement des vraies merde pour tout échanger ce talent qu’on n’a dans nos mains.

  11. À M-A47 :
    1. Seulement pour laver le nom de l’équipe « Canadiens de Montréal », je paierais pour me débarrasser de Samsonov.

    2. Le boutte du lynchage, ça s’appelle du sarcasme. On fait tout le temps ça, le public (et les médias) ont toujours la tête de celui qui fait plus leur affaire. Et on le remplace par la saveur du jour, la plupart du temps un gars qu’on sort des boules à mites.

    3. Je sais bien que le secret c’est la stabilité. Mais comme le disait NDSuto juste après toi, personne a la patience d’attendre les 2-3 ans nécessaires, et je dis juste que ça fait 13 ans de pognage de cul et de niaisage collectif. Ça en fait pas mal des périodes de transition.

    4. T’as ben raison, la façon dont le club est administré est merdique, et je prends maintenant pour les Flames de Calgary. Ils sont plus là, ils sont rarement plus haut que la septième place, ils sont super loin, mais au moins je suis pas déçu toutes les deux semaines. J’ai pris pour Montréal jusqu’à la 38ème Grande Dépression Annuelle, à la fin décembre dernier.

    Conclu : tu me sembles être un fan aguerri du CH. Tant mieux pour toi, mais si tu pouvais m’expliquer quelles bribes d’espoir ont maintenu intact ton enthousiasme tout ce temps, ça m’intéresserait. J’imagine que c’est le même sentiment d’appartenance qui animait les partisans des Nordiques, à l’époque… Je ne dénigre pas, je veux juste comprendre.

  12. À Macsimm : merci !

    Et je leur souhaite (très sincèrement) aux fans du CH, et à l’équipe par le fait même qu’ils gagnent la coupe d’ici 2012.

    Ceci dit, sans vouloir faire de jeux de mots poches, on est loin de la coupe aux lèvres…

  13. À NDSuto :
    LOL !! Josh Gorges vs. Rivet, l’échange le plus chicken de l’histoire du hockey.
    Pourtant, Gainey dans le temps, quand on lui passait la puck, y comptait des buts…

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1942 , 1