DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

La fin d’une époque politique?

Par • 8 juin 2011 à 20:14

La classe politique a été drôlement secouée au Canada avec l’élection en bloc de plus de 40 députés NPD issus du Québec lors du dernier scrutin fédéral du 2 mai dernier. Les Québecois ont alors montré la porte à Gilles et ses bloquistes tout en réduisant le parti Libéral du Canada au statut de 2e parti d’opposition. C’était le début d’une petite révolution. La soif de changement exprimée dans les sondages depuis près de 10 ans par les Québécois s’est enfin transformée en votes concrets. L’électorat a pour une fois décidé de donner suite à leurs assemblées de cuisine autour d’une (voire plusieurs) bières. Il n’était pas trop tôt.

Ce qui est intéressant, c’est que nous avons assisté à toute fin pratique à la mort d’un parti qui a autrefois été la fierté d’un peuple. La frénésie est passée, la fièvre s’est estompée et les Bloquistes se sont écrasés. La question que je me pose maintenant concerne le Parti Québécois et sa reine Pauline. Avec la démission de Mme Jacques Parizeau, Pierre Curzi, Louise Beaudoin et Jean Martin Aussant, sommes-nous en train d’assister tout doucement à la fin d’un autre parti politique? Est-ce que les Québécois en aurait marre de toutes ces chicanes internes qui ont coûté au PQ les trois dernières élections en plus de chasser leurs chefs tour à tour. Lucien a claqué la porte, André s’est fait pratiquement guillotiné sur la place publique, on n’a pas voulu de Bernard et après avoir échoué plusieurs fois, on couronne enfin Pauline. Je me suis toujours demandé pourquoi on croyait tout à coup en Pauline alors qu’on lui avait fermé la porte les dernières fois qu’elle avait essayé de prendre la tête du PQ.

Est-ce que comme l’Union Nationale de Duplessis, le Crédit Social de Réal Caouette et plus récemment le Bloc de Gilles Duceppe, le PQ de Pauline est destiné à s’effondrer? L’avenir le dira mais si le passé est garant de l’avenir, on peut s’attendre à ce que le paysage politique au Québec change drastiquement aux prochaines élections. On en a soupé des Libéraux de Charest, le PQ s’entre-déchire et l’ADQ ne s’est jamais remis de sa dernière dégelée. Depuis le départ de Mario, avec Deltell c’est tel que tel. Quant à Québec Solidaire, il demeure pour l’instant (je dis bien pour l’instant) un parti marginal malgré les délires d’Amir. Reste à savoir si les électeurs auront envie de passer « Go » et réclamer Legault.

Une bien mauvaise façon de terminer les travaux en chambre. Les barbecues de Pauline risquent d’avoir un désagréable goût de brûlé cet été. Quoi de plus inquiétant que de laisser les enfants partir pour l’été sans savoir quels mauvais coups ils vont manigancer pendant les vacances? Dans quel état d’esprit vont-il revenir à l’automne prochain? C’est ce qu’on verra à la prochaine « rentrée des classes ». Une prochaine session qui risque d’être fort intéressante. François Lagault aura alors dévoilé la dernière partie de son plan et Jean Charest va commencer à tâter le pouls de la population sur les intentions de vote. Pour l’instant, la seule chose dont on peut être certain c’est que personne en place actuellement à l’assemblée nationale n’a le luxe de se sentir confortable dans sa chaise…

Par
Lire les 242 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2564 , 1